Institut du Patrimoine wallon

Photo : 

Abbaye du Val-Saint-Lambert et son entrée monumentale

Esplanade du Val, 4100 Seraing, Belgique

Classement comme monument et comme site le 26 novembre 1973

Fondée dans le premier quart du 13e siècle par des moines venus de Signy, dans les Ardennes françaises, l’abbaye cistercienne du Val-Saint-Lambert a connu de multiples phases de construction. Les premiers bâtiments claustraux sont édifiés à partir du 13e siècle, parallèlement aux travaux de l’église, incendiée et reconstruite à plusieurs reprises. Une porte est construite au 16e siècle, une enceinte est érigée en plusieurs phases au 17e siècle et le dortoir des moines est aménagé en 1718. Sous l’abbatiat de Joseph de Harlez, une nouvelle abbaye est érigée à partir de 1750, quelques décennies avant la suppression de la communauté à la Révolution. Au 19e siècle, le site connaît une implantation massive de locaux industriels et l’abbaye est réaffectée en cristallerie. Cette manufacture de cristal jouit d’une réputation internationale de premier plan et fait la fierté de l’industrie serésienne pendant un long moment. Après un véritable âge d’or, la cristallerie régresse jusqu’à sa liquidation en 1975 et la création de la Manufacture des cristaux du Val-Saint-Lambert, dont l’actionnaire est la Région wallonne. Les ateliers existent toujours actuellement et occupent quelques dizaines d’ouvriers. L’entrée du site se fait par une porte monumentale située à front de rue et construite dans le troisième quart du 18e siècle, comme le reste des bâtiments en briques et calcaire. Elle est surmontée d’un fronton courbe aux armes de l’abbé Joseph de Harlez, commanditaire de son édification. La porte servait également de colombier pour l’abbaye.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Château Antoine

Rue A. de Borre 11, 4101 Jemeppe-sur-Meuse, Belgique

Classement comme monument le 7 décembre 1979

Le château Antoine forme un complexe de bâtiments composés d’un donjon et d’un château-ferme. Jadis entouré de douves alimentées par le ru d’Hollogne et aujourd’hui situé dans un parc arboré, l’ensemble est dominé par une haute tour médiévale, la « Tour Antoine », érigée par le chevalier Antoine de Jemeppe, seigneur local ayant pris le parti des Waroux dans la guerre de lignage qui les opposa aux Awans entre 1297 et 1335. L’historien Jacques de Hemricourt rapporte que la construction de la tour débuta vers 1295. Sa masse verticale presque entièrement aveugle de 17,20 m de hauteur, sans le toit, impressionne tant aujourd’hui qu’à l’époque. Elle comporte quatre étages, construits en grès houiller et calcaire de Meuse, des pierres de la région. L’intérieur de cette bâtisse a conservé plusieurs témoins de son dispositif ancien : une cave voûtée, une cuisine avec une large cheminée et un étage résidentiel. Le donjon se caractérise ainsi par son côté à la fois militaire mais également privé. C’est dans cette tour que plus de 300 habitants de la localité périrent asphyxiés par le feu bouté en 1636 par l’armée de Jean de Weert, un ennemi du prince-évêque de Liège. À côté de la tour se trouve le château-ferme d’une conception toute différente présentant des façades de la fin du 17e siècle et du début du 18e siècle. On y accède par une tour-porche de trois niveaux contre laquelle sont accolés les bâtiments, disposés en U autour d’une cour ouverte.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Château de Courtejoie

Rue Arnold de Lexhy 36, 4101 Jemeppe-sur-Meuse, Belgique

Classement comme monument le 18 mars 1980

Un premier château est érigé à cet endroit au 12e ou au 13e siècle. Il était la propriété de la famille Courtejoie, seigneur de Jemeppe. Deux bâtiments voisins reliés par une construction récente forment aujourd’hui le château Courtejoie, aussi appelé château d’Olloy ou d’Oley. Au numéro 36 se trouve une bâtisse, peut-être du 15e siècle, actuellement occupée par une bibliothèque communale. Ce quadrilatère de briques et pierre calcaire était autrefois entouré de douves et est caractérisé par son très beau portail, jadis précédé d’un pont-levis. Ce portail cintré est surmonté d’une grande dalle moulurée frappée des armoiries effacées de « COVRTEIOYE » et « BOVBAY » (seuls les noms subsistent), probablement celles de Jean de Courtejoie, seigneur de Grâce-Hollogne décédé en 1623, et de son épouse Jeanne de Boubay. De part et d’autre de cette dalle, on devine d’anciennes meurtrières. La façade était autrefois prolongée par une tour circulaire, située à l’emplacement de la grotte Notre-Dame de Lourdes, aménagée au 19e siècle. À côté, la seconde construction affiche une belle façade de style Renaissance mosane érigée au 16e siècle, en briques, calcaire et tuffeau. Après avoir appartenu à la famille Courtejoie, le château passa à la famille de Lexhy, dont l’un de ses membres fut bourgmestre  de Jemeppe. Il est la propriété de la commune depuis 1963.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Chapelle Notre-Dame au Puits de Trivières

Rue du Perron, 7100 Trivières, Belgique

Classement comme monument le 12 janvier 1981

Cette petite chapelle, qui tire son nom de la proximité de l’ancien puits seigneurial, a été fondée par le seigneur de Trivières, Antoine de Namur, le 18 février 1509. Le but du commanditaire était d’y placer une relique de l’épine de la couronne du Christ. C’est également à cet endroit qu’il se fit enterrer comme le témoigne encore de nos jours son imposante pierre tombale. L’édifice existant actuellement a toutefois été modifié au fil des siècles. De l’époque de son édification ne subsistent que les fondations et la porte latérale, aujourd’hui obturée. Fortement endommagée lors des guerres de religion qui ont fait rage dans nos régions au 16e siècle, la chapelle a été reconstruite en 1664 ou 1665 par le seigneur du lieu. C’est à ce moment qu’elle prend sa forme actuelle : petite chapelle gothique à nef unique ornée, sur sa façade principale, d’une pierre portant les armoiries du baron de Wolff de Moorseel, bourgmestre de Trivières, auteur d’une restauration de l’ensemble en 1875. Cette chapelle est également un sanctuaire à répit comme l’indique l’inscription présente sur la pierre tombale de Philippe Wanquin représentant un bébé emmailloté. L’édifice abrite ainsi la sépulture d’un enfant mort avant d’avoir reçu le sacrement du baptême et se trouvant dans les limbes, un espace situé entre le paradis et l’enfer.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Église Saint-Vaast de Saint-Vaast

Rue Rombeau, 7100 Saint-Vaast, Belgique

Classement comme monument le 24 avril 1941

Depuis une donation faite par l’évêque de Cambrai en 1153, l’église Saint-Vaast était liée à l’abbaye d’Aulne. Érigée en grès de Bray, une pierre de la région, elle conserve des parties anciennes remontant au début du 13e siècle, voire peut-être du 12e siècle. Il s’agit du massif intérieur de la tour, les parties inférieures des murs de la nef et une partie des murs du chœur. L’imposante tour gothique a été transformée au 16e siècle au moment où sont érigées quatre tourelles d’angle octogonales. En 1643, un incendie abîme fortement l’édifice qui doit être réparé : la tour est réduite d’un étage et le chœur est voûté en 1679. La nef est pour sa part entièrement reconstruite par les soins de l’abbaye d’Aulne entre 1786 et 1789 ; une sacristie est érigée au même moment. Par la suite, l’ensemble a pu profiter de plusieurs campagnes de restauration : en 1872, en 1925 et au début des années 1990. À l’intérieur sont conservées quelques belles œuvres d’art parmi lesquelles une chaire de vérité en bois peint construite aux alentours de 1700 et un beau christ en croix en bois polychrome du 14e siècle.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Fours bouteilles de la manufacture Royal Boch

Boulevard des Droits de l’Homme 19, 7100 La Louvière, Belgique

Classement comme monument le 25 août 2003

Parmi les éléments classés comme monument de l’ancienne faïencerie Boch figurent trois exceptionnels fours bouteilles. Ces fours ronds à tirage vertical sont protégés par un dôme en briques évoquant la forme d’une bouteille. Les fours de Boch ont été construits vers 1865-1870 et étaient disposés en batterie de trois à l’intérieur d’entrepôts, endroits plus commodes pour la préparation des objets à enfourner et défourner. La manufacture louviéroise en comptait neuf à douze exemplaires. La cuisson des céramiques était longue et laborieuse. Après chargement, les productions cuisaient pendant 48h, les fours étaient chauffés à 1 300°C au moyen de charbon et plusieurs heures de refroidissement étaient nécessaires avant de procéder au défournement. Une unique porte permettait à un « enfourneur » d’entrer dans le four pour y disposer les pièces à cuire. Celles-ci étaient placées dans des boites, empilées en colonnes avec un grand savoir-faire. Devenus obsolètes au début du 20e siècle, les fours bouteilles de La Louvière sont abandonnés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Les trois fours aujourd’hui rescapés sont les derniers témoins belges de ce mode de cuisson typique de l’ère industrielle.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Ancien atelier de la manufacture Royal Boch

Boulevard des Droits de l’Homme 19, 7100 La Louvière, Belgique

Classement comme monument le 25 août 2003

Le riche passé industriel de La Louvière est en grande partie caractérisé par la présence sur le territoire de la ville de la faïencerie Boch. Au 19e siècle, la renommée et le rayonnement de la « capitale du Centre » sont fortement liés à la création d’une manufacture par le grand faïencier Jean-François Boch. Baptisée « Keramis » (vase de terre en grec), la faïencerie est inaugurée le 1er août 1844. L’usine se développe au fil des ans et acquiert une importante notoriété grâce à l’imitation des décors de Delft ou de Rouen, mais surtout à la production Art déco. Les années d’après-guerre constituent pour l’entreprise une période d’expansion considérable. La société emploie alors plus de 1 500 personnes et de nombreux ménages belges possèdent de la vaisselle produite par Boch. Toutefois, la faïencerie périclite lentement à partir des années 1980 avant d’être définitivement déclarée en faillite le 7 avril 2011. Aujourd’hui, la Wallonie a reconnu l’intérêt patrimonial d’une partie des anciens bâtiments industriels : les trois fours bouteilles et l’atelier situé au sud de ceux-ci ont été classés comme monuments. Depuis mai 2015, le site connait une nouvelle jeunesse : l’ancienne faïencerie a été réhabilité sous l’égide de l’Institut du Patrimoine wallon et abrite « Kéramis », le centre de la céramique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les édifices classés ont été particulièrement mis en valeur et un bâtiment moderne abrite les collections muséales.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Maison Art nouveau, rue Warocqué, 70-72

Rue Warocqué 70-72, 7100 La Louvière, Belgique

Classement comme monument le 17 juin 1996

Cette maison construite en 1908 mêle à la fois le style Art nouveau, de par la présence d’un  remarquable décor de carreaux de faïence, et l’architecture éclectique. La façade, élevée sur trois niveaux, est typique de ce style d’architecture alliant diverses inspirations architecturales. On y retrouve une loggia située aux deux étages de la travée de gauche ainsi que des colonnes et des pilastres ioniques. Vers 1900, les panneaux carrelés monumentaux étaient très prisés pour la décoration des loggias, vérandas ou jardins d’hiver. Dans l’intérieur du pays, des loggias comme celle-ci sont tout à fait exceptionnelles car on les retrouvait principalement à la côte. Les carreaux de faïence vert et blanc ont curieusement été réalisés par l’entreprise Gilliot basée à Hemiksem (province d’Anvers) et non par la faïencerie Boch, pourtant fleuron de l’industrie louviéroise à l’époque. On retrouve sur ces carreaux des motifs floraux et végétaux, des motifs géométriques, ainsi qu’un remarquable décor paysager probablement dû aux artistes Georges de Geetere, peintre formé à Bruxelles et travaillant principalement pour Boch, et Émile Diffloth.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Ferme de Sars-Longchamps

Rue de Baume 45, 7100 La Louvière, Belgique

Classement comme site le 8 décembre 1981 et comme monument le 1er octobre 1992

Appelée également « ferme Guyaux », cette exploitation fait partie d’un domaine cité pour la première fois en 1410 dans le cartulaire de la couronne du Hainaut. En 1713, elle est mentionnée comme relevant de la terre du Rœulx et des princes de Croÿ avant d’être achetée à la fin du 18e siècle par la famille Warocqué de Morlanwelz. Cette ferme a une valeur indéniable en tant que dernier témoin de l’activité agricole de La Louvière et également par son environnement en milieu urbain constitué de prairies et de douves. La ferme en elle-même est un imposant quadrilatère construit aux 18e et 19e siècles, en partie réaménagé au début des années 1990, groupant des bâtiments en briques et pierre calcaire autour d’une cour pavée. L’accès se fait par une porte charretière qui était autrefois précédée d’une drève. Le logis, de style néoclassique, date du second tiers du 19e siècle et se situe en face d’une grange en long datée de 1771. Si l’ensemble est classé comme site, la grange a pour sa part été classée comme monument. Inscrite sur la liste des biens confiés à l’Institut du Patrimoine wallon, il est question de la restaurer et de l’intégrer dans un projet global alliant salles de restaurant, de banquets et de réceptions diverses.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Ancienne cure de Haine-Saint-Pierre

Rue Haute, 7100 Haine-Saint-Pierre, Belgique

Classement comme monument le 27 mars 1990

Non loin de l’église dédiée à saint Pierre se trouve l’ancienne cure du village. Elle est composée de deux bâtiments parallèles comprenant, à front de rue, un ancien relais de chasse de l’abbaye d’Aulne daté de 1635 et, au fond de la cour, une habitation datée de 1731. L’ancien relais de chasse, construit en briques et pierre calcaire, ne comporte pas d’étage. Il est percé de deux fenêtres et d’une grande porte cochère dont l’arc est orné de part et d’autre des inscriptions « ANNO » et « 1635 ». Le petit fronton présent au-dessus de l’entrée est flanqué des armoiries du curé André de la Motte, supportées par une tête d’ange et entourées par deux autres anges en pied portant une palme et une couronne de végétaux. L’écu ovale contient une croix et porte la devise latine « De lamento a serta », des lamentations à la couronne. Ces armoiries évoquent probablement les souffrances du Christ en croix. L’ensemble a toutefois été fortement remanié au 18e siècle. À l’arrière se trouve le logement du curé de la paroisse. Érigé en briques chaulées, il ne comporte pas d’étage. On accède par un perron de quelques marches à la porte d’entrée, surmontée d’un oculus.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Pages

S'abonner à RSS - Institut du Patrimoine wallon