Le carnaval de Fosses-la-Ville

Fosses-la-Ville

Laetare, trois semaines avant Pâques

La ville de Fosses-la-Ville fête son carnaval le quatrième dimanche de carême. Les personnages principaux de celui-ci sont les Doudous et surtout les Chinels. Les Doudous, bien moins nombreux que les Chinels, portent un costume rembourré de paille à l’avant et à l’arrière affublant ainsi le personnage de deux bosses. Le Chinel, quant à lui, est une création plus récente, dérivée du Doudou, et datée des environs de 1869. Face à l’embourgeoisement de la cité, les costumes de Doudou jugés trop modestes sont remplacés par ceux des Chinels, plus somptueux, en tissus plus nobles et aux couleurs plus chatoyantes.

Une légende tente d’enraciner ces personnages dans le passé mythique de Fosses. Celle-ci raconte : « deux bossus allèrent trouver les fées « au chêne du pont de l’Allou » mais tandis que l’un, bon et charitable, voyait sa bosse disparaître, l’autre, dur et avare, en voyait pousser une deuxième à l’avant. »

Le dimanche à 14 heures, le cortège composé de Chinels et de Doudous, mais également de groupes locaux et étrangers, prend son départ. Les Chinels taquinent le public par le sabrage (ils caressent, à l’aide de leur sabre de bois, les mollets des filles, par surprise) et les coups de bosses (ils arrachent, à l’aide de leurs bosses, la pipe ou la cigarette des fumeurs).

Le lundi est réservé aux différents groupes locaux, qui défilent dans les rues et vont rendre visite aux notables de la ville. 

Les Chinels de Fosses-la-Ville  © SPW-SG/J.-L. Carpentier

Musée international du Carnaval et du Masque, Emilie Botteldoorn et Sabine Maüseler, mai 2013