Patrimoine civil

Passage Lemonnier

Passage Lemonnier, 4000 Liège (Belgique)

Classé comme monument le 15 décembre 1988

Ce passage couvert, reliant la rue de l’Université au Vinâve d’Île, a été bâti d'après les plans de L. D. Lemonnier et inauguré en 1839, avant d’être entièrement transformé en 1934 par l’architecte H. Snyers dans un style moderniste teinté d’Art déco. Il ne subsiste de la construction d’origine que les façades externes de style néoclassique tournées vers la rue de l’Université et la rue Lulay des Fèbvres.

Cet ensemble est formé de deux galeries rectilignes légèrement désaxées bordées de boutiques. Le croisement avec la rue Lulay des Fèbvres est monumentalisé par une coupole ovoïde soutenue par huit nervures en béton armé. Elle était primitivement composée d’un remplissage de briques de verre, aujourd’hui remplacées par des mosaïques bleues. Le décor abstrait en mosaïques dorées et statues est dû à M. Schoofs et porte la signature de H. Snyers en mosaïques dorées. Les galeries sont élevées sur deux niveaux : vitrines et lambris de marbre jaune au rez-de-chaussée, baies rectangulaires à l’étage, enduit et peint, et portes en fer forgé de style Art déco. La couverture d’origine en briques de verre du Val-Saint-Lambert a été remplacée dans les années 1960 par une superstructure translucide.

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Fontaine de Saint-Jean-Baptiste

Rue Hors-Château 46 (en face), 4000 Liège (Belgique)

Classée comme monument le 15 janvier 1936

Cette remarquable fontaine composée d'un édicule de calcaire a été érigée en 1634. Ce dernier, de plan carré, est flanqué aux angles de quatre colonnes toscanes entre lesquelles prennent place des vasques moulurées. Celles-ci sont surmontées de quatre niches à coquilles, dont trois supportent les dauphins alimentant les bassins. La fontaine a été complétée en  1667  par une statue monumentale de saint Jean-Baptiste en bronze, due au sculpteur Jean Del Cour. L’artiste a également réalisé le bas-relief de la niche nord-ouest, représentant le baptême du Christ.

Lieu : 
Tags : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Ancienne halle aux viandes de Liège

Rue de la Halle 1, 4000 Liège (Belgique)

Classé comme monument le 20 mai 1950

Construite de 1544 à 1546, comme l’attestent plusieurs millésimes répartis sur le bâtiment, notamment sur un cartouche au-dessus du portail sud (1544), l’ancienne halle aux viandes a conservé son affectation première jusqu'à sa fermeture en 1981. Elle a ensuite bénéficié d’une restauration profonde de 1995 à 1997 par l’atelier d’architecture P. Hebbelinck et A. Richard. Elle abrite aujourd’hui l’Office du Tourisme de Liège.

La halle se compose de larges bâtiments en briques et calcaire, longs de quatorze travées dont quatre seulement, au nord, sont pourvues d’un étage. Les façades, principalement en calcaire, sont élevées sur un soubassement biseauté et percées de baies jadis à croisée de pierre au rez-de-chaussée ou à six jours à l’étage. Les croisées disparues ont été restituées par des meneaux en fonte d’aluminium. Les appuis ourlés se prolongent et contournent les linteaux cintrés ou surbaissés des portes d’entrée. Celles-ci sont surmontées d’armes montrant un perron doré et un bœuf gris sur fond rouge. Les parties supérieures des pignons sud et nord, en briques, conservent quelques petites baies chaînées à encadrement en tuffeau. La halle est couverte de toitures en bâtières d’ardoises à coyaux et croupettes, pour les quatre travées nord. L’espace intérieur comprend deux nefs séparées par des colonnes, partiellement enterrées, à chapiteaux mosans.

 

Ancienne halle aux viandes de Liège - G. Focant © SPW

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 
Image : 
Ancienne halle aux viandes de Liège - G. Focant © SPW

Ancien Institut de Pharmacie et de Botanique de Liège

Rue Fusch 3-5, 4000 Liège (Belgique)

Classés comme monument le 7 juillet 1994 (deux instituts et intérieur du laboratoire)

L’ensemble des bâtiments universitaires des anciens instituts de Pharmacie et Botanique ont été construits d'après les plans de l'architecte L.-H. Noppius et inaugurés en 1883.

Situé à l'angle des rues Fusch et Courtois, un vaste bâtiment de style néoclassique abrite l'Institut pharmaceutique. Il s’agit d’un édifice adoptant un plan en L d'un seul niveau sur haut soubassement. L’angle est monumentalisé par un avant-corps central percé d’un portail  composé d'une porte centrale en plein cintre flanquée de deux fenêtres. Deux colonnes ioniques engagées, une disposition répétée au niveau des baies rectangulaires, ainsi que deux pilastres d'angle, partiellement cannelés, supportent un entablement. Couronnant le portail, le fronton triangulaire est orné d'un tympan sculpté. L’aile longeant la rue Fusch, longue de 70 m, s’étend sur vingt et une travées.

À l'arrière de l'Institut pharmaceutique, deux corps de bâtiments terminés en hémicycle, abritaient autrefois l'Institut botanique et étaient reliés à l'origine par de vastes serres aujourd'hui détruites.

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Serres du Jardin botanique de Liège

Rue Fusch, 4000 Liège (Belgique)

Classé comme site le 26 mai 1975 et comme monument (serres) le 7 juillet 1994

Aménagé à l'instigation du professeur Charles Morren d'après les plans de l'architecte Julien-Étienne Rémont approuvés en 1839, le Jardin botanique fut doté dès sa création de remarquables serres. Restées inachevées, les serres furent terminées vers 1882. Partiellement détruites lors de la Deuxième Guerre mondiale, ces installations furent reconstruites et modernisées de 1951 à 1956 par l'architecte M. Gysbrechts. Les serres se développent sur un plan en E composé de deux pavillons latéraux de plan octogonal et complété par des ailes allongées plus basses et trois ailes perpendiculaires.

 

Serres du Jardin botanique de Liège - G. Focant © SPW

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 
Image : 
Serres du Jardin botanique de Liège - G. Focant © SPW

Pont de Fétinne

4000 Liège (Belgique)

Classé comme monument et site le 14 mars 1994 (avec le pont de Fragnée et le square Gramme)

Conçu par l'ingénieur Émile Jacquemin pour enjamber l'Ourthe à proximité de son confluent avec la Meuse, le pont de Fétinne se trouve dans le prolongement direct du pont de Fragnée. L’ouvrage, achevé en 1903, se compose d'une élégante arche métallique, réalisée par la société John Cockerill et épaulée par deux culées de calcaire.

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Palais des Congrès de Liège

Esplanade de l’Europe 2, 4000 Liège (Belgique)

Classé comme monument le 29 décembre 1997
Parc de la Boverie et Jardin d’acclimatation classés comme site le 4 octobre 1974

Ce vaste complexe situé dans le parc de la Boverie a été conçu par le groupe d’architectes L'Équerre, dont il constitue une des réalisations les plus marquantes. Inaugurée en 1958, cette construction de béton et verre est entièrement revêtue d’un parement en calcaire de Vinalmont. Ses volumes, résolument simples, font la part belle aux lignes horizontales et épousent harmonieusement la courbe de la Meuse. Outre les aménagements nécessaires pour en assumer la fonction, le Palais des Congrès abrite également l’ensemble des éléments techniques liés à la tour cybernétique, reconnue comme patrimoine exceptionnel de Wallonie.

Aménagé au milieu du XIXe siècle, le parc lui-même se poursuit vers le confluent de l’Ourthe et de la dérivation de la Meuse. Lieu prisé dès son aménagement, cet espace vert a été complété par un jardin d’acclimatation accueillant une collection de plantes exotiques dès 1865 et a abrité l’Exposition universelle de 1905 dont subsiste notamment le Palais des Beaux-Arts. Le confluent est réservé à une roseraie et un jardin à la française orné des bustes de Liégeois célèbres.

 

Palais des Congrès de Liège - G. Focant © SPW

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 
Image : 
Palais des Congrès de Liège - G. Focant © SPW

Ensemble urbanistique de la place de Bronckart

Place de Bronckart 1-27, 4000 Liège (Belgique)

Place classée comme site le 20 octobre 1978 et comme immeubles comme monument le 14 mars 1985

Cette vaste place quadrangulaire, agrémentée de quelques arbres, a été aménagée après 1863 lors de la création de ce nouveau quartier, né à proximité de la gare de chemin de fer. Elle est traversée en son centre par un axe routier nord-sud (rues Fabry et Dartois) reliant la gare des Guillemins à la rue Saint-Gilles. À chaque angle de la place, partent les rues de Rotterdam, des Ixellois, Simonon et de Chestret.

La construction des immeubles bordant la place s’est étalée sur plus de vingt ans. Ces maisons de maître présentent toutefois de nombreux points communs. On y retrouve une hauteur semblable (trois niveaux de hauteur dégressive), des toitures aux pentes similaires, des rez-de-chaussée en petit granit appareillé à refends ou à bossage, des étages d’une teinte blanchâtre uniforme (enduit ou pierre de Gobertange), des balcons à balustres en pierre ou des loggia au premier niveau, etc. La volonté manifeste d’unité de style et de proportions contribue donc au charme de cet ensemble architectural dont l’homogénéité est unique à Liège.

Chaque tronçon se distingue pourtant des autres, tels les immeubles n° 7 à 19, qui présentent des balcons, parfois doubles ou triples, sur consoles à volutes et à balustres en pierre, ou encore les immeubles n° 21 à n° 25 et qui sont dotés de loggia.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Académie Grétry ou ancienne maternité de l'hôpital de Bavière

Boulevard de la Constitution 81, 4000 Liège (Belgique)

Classée comme monument (avec zone de protection) le 8 décembre 2008

Construit en 1905 par la Commission d’Assistance publique de Liège, cet ensemble est un des derniers éléments de l’ancien hôpital de Bavière dont il constituait la maternité, particulièrement moderne pour l’époque. Ce vaste quadrilatère composé de plusieurs ailes aux façades conçues dans un style sobre où alternent briques et pierre, enserre deux cours. Deux bow-windows sur châssis en fer typiques du style Art nouveau ornent la plus grande de ces cours.

L’intérieur est tout aussi remarquable, en témoignent les élégants sols en mosaïques ou en parquet. Le complexe est également doté de vastes caves dont l’une d’elles servait à élever les lapines utilisées jadis en obstétrique pour le « test de la lapine », déterminant si une patiente était enceinte. L’ensemble est devenu l’Académie Grétry en 1989.

Catégorie : 
Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Chapelle de l'ancien hôpital de Bavière

Rue des Bonnes Villes 5, 4000 Liège (Belgique)

Classée comme monument le 19 avril 1990

La chapelle de l’ancien hôpital de Bavière, primitivement dédiée à la Vierge Marie, a été construite en 1606. Elle fut rebâtie à son emplacement actuel lors du transfert de l’hôpital de Bavière. L’édifice actuel, connu sous le vocable de chapelle Saint-Augustin, a quant à lui été érigé en 1894 en style éclectique d'après les plans de Laurent Demany.

L’édifice se compose d’une mononef de trois travées, suivie d’un chœur d’une travée fermé par une abside à trois pans. Édifié en briques et calcaire, il est caractérisé par des stries de bandeaux de calcaire soulignant son horizontalité. Les baies sont pourvues d’un linteau intradossé à clé. La chapelle est couverte d’une toiture en bâtière piquée d’un clocheton. L’intérieur est, quant à lui, marqué par une voûte en berceau et un riche mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Chapelle de l'ancien hôpital de Bavière - G. Focant © SPW

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 
Image : 
Chapelle de l'ancien hôpital de Bavière - G. Focant © SPW

Pages

S'abonner à RSS - Patrimoine civil