Châteaux et demeures de prestige

Château fort

Rue du Château, 6830 Bouillon

Classé comme monument et site le 26 mai 1975
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Installé sur une crête rocheuse enserrée par la Semois, le site du château est, en réalité, double. Sur un premier éperon rocheux était installée une motte castrale classique. En 1082, un second donjon fut construit par Godefroid de Bouillon qui vend le domaine à l’évêque de Liège avant de partir en Croisade. À l’Époque moderne, le château est réaménagé notamment sous l’impulsion de Vauban, durant l’occupation française : ouvrages en avancée, casernes, arsenal et une poudrière. Sous le régime hollandais, le donjon est détruit en 1824 pour laisser la place à d’autres casernes, mais le site militaire est déclassé en 1853. Il devient vite un site touristique très prisé.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Remparts de Binche et ancien palais

Rue des Promenades, 7130 Binche

Remparts classés comme monument le 20 octobre 1947
Remparts repris sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie

D’origine romaine et au centre d’un noeud routier important, Binche est située dans une contrée agricole riche. Dès le XIe-XIIe siècle, les comtes de Hainaut construisirent sur l’éperon rocheux ceinturé par la rivière Samme un imposant donjon rectangulaire, appui du palais Renaissance de Marie de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas. Au XIIe siècle, Baudouin IV, comte de Hainaut, dote la cité d’une première enceinte qui utilise précocement la pierre, tout en n’abandonnant pas l’usage du bois. Durant tout le XIVe siècle est érigée la grande enceinte en pierre dont la longueur totale est de 2 km, dont seulement 300 m ont disparu, ainsi que cinq tours sur 30 et les portes. Avec le concours de l’Union européenne, la Région wallonne a été en mesure de lancer une vaste campagne de restauration des remparts de Binche et, corollairement, de procéder à des fouilles archéologiques d’envergure qui ont permis de prendre pleinement conscience de l’intérêt majeur du site de Binche et de son système de défense médiéval extrêmement bien conservé.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Château de Beloeil et ses jardins

Rue du Château 11, 7970 Beloeil

Classés comme monument et site le 20 juin 1949
Jardins classés comme monument le 9 décembre 1993
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Propriété des princes de Ligne depuis le XIVe siècle, le château actuel a été partiellement reconstruit après l’incendie de 1900 sur son plan médiéval avec les quatre tours d’angle et les douves. Les splendides jardins du XVIIIe siècle, constitués principalement d’un vaste rectangle (20 ha) où sont aménagés, au centre, le Miroir ou bassin de Neptune et, latéralement, une succession de bosquets, de salons de verdure, de pièces d’eau, ainsi qu’un potager, se prolongent par une longue allée de hêtres (4 km) – la Grande Avenue –, interrompue par le bassin de la Héronnière et accostée du Rond Bois. Si le bois et la Grande Avenue ont été cédés à la Région wallonne, le reste du domaine est géré par la Fondation Ligne qui y organise chaque année un prestigieux festival de musique classique.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Tour de Burbant

Rue du Gouvernement, 7800 Ath

Classée comme monument et site le 16 octobre 1975
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

La tour de Burbant, érigée par le comte de Hainaut Baudouin IV dit le Bâtisseur, est un donjon de type anglo-normand de la seconde moitié du XIIe siècle. Construit en pierre locale et parementé au XVIe siècle de pierre bleue pour les parties hautes, il fonde sa défense sur sa masse : murs de 14 m de côté pour 4 m d’épaisseur, élévation d’au moins 20 m et faibles prises de jour. Le premier niveau était seulement accessible par une plate-forme escamotable et une échelle, nécessaire également pour gagner le deuxième étage.

L’intérieur est subdivisé en quatre niveaux. La base aveugle abritait les réserves – devenues prison –, surmontées d’étages d’habitation disposant de cheminées, d’une latrine et d’une chapelle. Une voûte couvre l’édifice, une première pour l’époque en Hainaut. Quant à la terrasse supérieure, elle était autrefois entourée de créneaux. Aucune trace ne subsiste par contre du grand pavillon Renaissance en briques, œuvre de Jacques du Broeucq, qui surmontait le donjon dès 1570.

Une haute-cour entourait la tour, suivie au XIIIe siècle par une basse-cour, toutes deux dotées de murailles circulaires. Indépendamment de ce système défensif, la ville neuve d’Ath sera elle aussi pourvue d’une enceinte au XIVe siècle et marquée, lors de son annexion à la France dans la seconde moitié du XVIIe siècle, de l’empreinte de Vauban. Durant la période hollandaise, le donjon deviendra un arsenal, puis un entrepôt avant d’être restauré au tournant des XIXe et XXe siècles.

 

Tour de Burbant - G. Focant © SPW

 

Tour de Burbant - G. Focant © SPW

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 
Image : 
Tour de Burbant - G. Focant © SPW
Tour de Burbant - G. Focant © SPW

Donjon de Crupet

Rue Basse, 5332 Assesse (Crupet)

Classé comme monument le 22 janvier 1973
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Centre d’une seigneurie liégeoise, puis namuroise (1344), cette forte bâtisse rectangulaire est érigée au milieu de larges douves. L’accès au donjon se faisait à l’origine par une passerelle amovible, aujourd’hui remplacée par un pont à trois arches qui aboutit à la basse-cour, devenue une ferme, également protégée par des douves et par un porche fortifié. La tour comprend trois niveaux d’origine en moellons de calcaire, dont le troisième correspondait à l’espace de vie privilégié ; il est plus largement éclairé et il possède encore une latrine en encorbellement. Le quatrième étage en encorbellement aussi, en brique et en colombage, date du XVIe siècle.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Tour romane

Rue de l'Industrie 38, 4540 Amay

Classée comme monument le 5 juillet 1965
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Le donjon d’Amay dit « tour romane » dresse sa silhouette quadrangulaire entre la rive gauche de la Meuse et l’agglomération proprement dite, en un lieu propice à la création de douves, encore indiquées sur la carte de Ferraris au XVIIIe siècle. Non datée avec précision, cette maison forte, construite en grès houiller et calcaire mosan pour certains détails, doit remonter au plus tard au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Elle était accompagnée jusqu’en 1928 d’un « vieux château », manoir des XVIe-XVIIe siècles ayant pris le relais des fonctions résidentielles du donjon.

La tour se compose d’une succession de quatre étages sur une hauteur de 15,60 m sous corniche : cave, étage de jour voûté d’arêtes, le premier à être accessible de l’extérieur, étage de nuit et enfin, niveau supérieur remanié tardivement, tout comme la toiture. Les circulations s’opéraient à l’origine par un étroit escalier aménagé à l’intérieur des parois. Bien qu’austère, le bâtiment fournissait un certain confort : cheminée, évier, armoires murales ou latrine. Il a bénéficié d’une restauration dans les années 1980 accompagnée d’interventions contemporaines de l’architecte Herbecq. Dotée d’une annexe fonctionnelle à demi enterrée, la tour a été reconvertie au profit du Syndicat d’initiative local.

Lieu : 
Tags : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Château de Jehay

Rue du Parc 1, 4540 Amay (Jehay)

Classé comme monument le 4 octobre 1974
Patrimoine exceptionnel de Wallonie

Témoin remarquable d’un complexe seigneurial avec ses douves, sa chapelle castrale, sa tour-porche, sa ferme domaniale et son corps d’habitation, le château de Jehay, mentionné dès le XIIe siècle, a acquis sa physionomie actuelle au XVIe siècle. De style gothico-Renaissance, les façades extérieures offrent un exemple rare d’appareillage en damier de pierres calcaires et de moellons de grès. Le complexe est actuellement la propriété de la Province de Liège qui l’exploite à des fins touristiques et de promotion artistique.

 

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Pages

S'abonner à RSS - Châteaux et demeures de prestige