Château de Bonneville

Andenne

Rue Sterpisse, 5300 Bonneville, Belgique

Classement comme monument le 19 octobre 1982

La première mention d’une tour fortifiée à Bonneville date de 1538. À l’époque, celle-ci est jointe à quelques bâtiments agricoles pour former une cense, c’est-à-dire une ferme dont le tenancier entretenait des rapports privilégiés avec le seigneur du coin. Mis à part quelques bases englobées dans l’aile est du château, rien ne subsiste de cette tour. En 1617, Jacques Zualart, bourgmestre de Namur, achète la maison et la cense. Son fils édifie l’aile nord délimitée par deux tours d’angle et prolongée par deux courtes ailes en retour vers la cour au milieu du 17e siècle. En 1692, l’ensemble passe dans les mains du chevalier Jean-Hubert de Tignée qui restaure l’édifice et fait construire l’aile ouest ainsi que la petite chapelle située à l’étage de la tour nord-ouest.  Cette aile principale est érigée en brique rouge, pierre bleue et moellons de grès sur deux niveaux ponctués de larges fenêtres. À la fin du 18e siècle, la porte d’entrée est ornée de motifs floraux et précédée d’un perron ; la lucarne la surmontant abrite un carillon. Les importants travaux des Zualart transforment le site en imposant château-ferme : le quartier du maître se situe alors dans l’aile nord-est et celle du censier et les bâtiments agricoles du côté ouest. Victime d’un incendie en 1899, la ferme est par la suite isolée du château.

Institut du Patrimoine wallon