DAOUST Alex

DEFOIN Maurice

Monument à la mémoire de Maurice Defoin, réalisé par l’architecte Édouard Frankinet père et le sculpteur Alex Daoust, 21 ou 27 avril 1928.
 

Sur la rive droite de la Meuse, au pied du Rocher Bayard, apparaît sur la gauche de la N95 en venant de Givet un monument honorant la mémoire d’un motocycliste dinantais. Son nom, Maurice Defoin (1894-1927), ne doit pas être confondu avec celui d’Alphonse Defoin que porte la rue où est installé le monument. Marchand de bois de son état, conseiller communal libéral de Dinant élu en 1926, Maurice Defoin partageait surtout une forte passion pour la course motocycliste. C’est au volant d’une Gillet qu’il trouve accidentellement la mort, le 2 octobre 1927, à hauteur de Profondeville, alors qu’il se rend à Bruxelles pour participer à la dernière manche du Rallye national Gillet (Coleau). Co-fondateur de l’Union Motor Dinant, Defoin est immédiatement honoré, quelques mois après son décès, par la création d’une compétition portant son nom (le Grand Prix Maurice Defoin à partir du printemps 1928) et par l’inauguration d’une stèle dont la réalisation a été confiée à l’architecte Édouard Frankinet père (1877-1937) et au sculpteur Alex Daoust (1886-1947). Outre le médaillon présentant le profil droit du pilote avec son casque et ses lunettes de motocycliste, le sculpteur a réalisé un bas-relief allégorique où la mort munie de sa faux vient ôter la vie au « motard ». Entre le médaillon et le bas-relief, la pierre en granito est également sculptée sur sa face avant, illustrant le blason du club motocycliste. Quant à la partie supérieure de la pierre, elle est recouverte d’une sorte de dôme, tandis les quatre angles légèrement arrondis sont recouverts de décorations allégoriques coulées dans le bronze.
Dessinateur talentueux, Alexandre Daoust s’est pris de passion pour la sculpture quand il enseignait les mathématiques à l’Abbaye de Maredsous. Diplômé sur le tard pour pouvoir enseigner le dessin dans les Écoles moyennes de l’État, il accomplit toute sa carrière, comme professeur de dessin, à l’Athénée de Dinant (1920-1946). En parallèle, le co-fondateur de l’Université populaire de Dinant enseigne aussi à l’École industrielle de Dinant. Durant toute la période de l’Entre-deux-Guerres, Daoust s’attèle à ressusciter et à rénover l’art de la dinanderie. Quant à sa propre sculpture, elle se dégage du côté « académique » de ses débuts, pour exprimer son amour de la Wallonie, de ses habitants, de son terroir et de ses traditions. Destiné à immortaliser l’assaut aussi héroïque que vain de quelques « pantalons rouges » lancés à l’attaque de la Citadelle, son remarquable monument L’Assaut, au cimetière français de Dinant, lui ouvre de nouvelles portes (1927). C’est par conséquent vers un artiste local à la notoriété naissante que se sont tournés les promoteurs du monument. Continuant à sculpter des œuvres d’inspiration personnelle, Daoust répond aux demandes de particuliers comme à celles émanant des pouvoirs publics. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il se lance dans un projet qu’il mûrit depuis longtemps : « réaliser un ensemble d’œuvres sculpturales (reliefs, statues) et fusains dont le thème serait d’essence tout à fait wallonne », qu’il intitulerait L’Âme wallonne et qui serait installée à Liège. De ce projet ambitieux, il n’aura l’occasion de réaliser que la partie centrale, « Noël de Wallonie » (1946-1947).
Quant à Édouard Frankinet, né Theux en 1877, il a étudié la sculpture et l’architecture à Saint-Luc, à Liège, avant de faire une partie de sa carrière à Bruxelles (1900-1907) où il se laisse gagner par les principes du Modern Style. En 1907, il s’installe à Dinant où il échappe de peu aux massacres d’août 1914, mais pas à la déportation. Avec Arthur Defoin et Léon Sasserath notamment, il fait partie des 416 civils emmenés en Allemagne, sans enquête, interrogatoire ni jugement. Les otages dinantais sont maintenus en détention à Cassel pendant trois mois, avant d’être relâchés. En novembre 1914, l’architecte Frankinet retrouve Dinant en état de ruines. Il ne peut être que préoccupé par la reconstruction de la cité mosane pour laquelle il nourrit plusieurs projets. Après l’Armistice, il est étroitement associé au relèvement de Dinant, contribuant notamment à l’aménagement de la Grand-Place, à la (re)construction du Casino, du Musée communal ou de l’Église Saint-Nicolas. Dans la vallée de la Meuse, entre Hastière et Namur, plusieurs villas en style Renaissance mosane doivent aussi leur existence aux plans de cet architecte.

Michel COLEAU, Dinant reine de la Meuse, Dinant 1994, p. 163, cité par  http://www.dinant.be/patrimoine/celebrites/autres/defoin-maurice (s.v. mars 2015)
André LÉPINE, 80 monuments insolites d'Entre-Sambre-et-Meuse, Cerfontaine, 1989, p. 9
http://racingmemo.free.fr/M%20COURSES%20INTER/MOTO%20BELGIQUE.htm
http://www.dinant.be/patrimoine/celebrites/art-&-culture/frankinet-edouard  (s.v. mars 2015)
Jean SERVAIS, Le sculpteur Alex Daoust, dans La Vie wallonne, 1947, n°238, p. 81-104
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 288

 

Monument Maurice Defoin (Dinant)

Monument Maurice Defoin (Dinant)

Map

Carte : 
Adresse : 
au pied du rocher Bayard – 5500 Dinant
Titre alternatif : 
DEFOIN Maurice
Image : 
Monument Maurice Defoin (Dinant)
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

SEBALD Henri

Monument au premier soldat français tombé en Belgique en 1914
Réalisé par le sculpteur Alex Daoust et l’architecte Paul Dislaire, juin 1984.

Dès l’annonce de l’attaque allemande, le 4 août 1914, chaque village de Wallonie est plongé en état de guerre. À Houffalize, on s’empresse d’abattre de grands arbres sur toutes les chaussées d’accès et une importante barricade est dressée sur la route de Liège. En suivant la voie du chemin de fer vicinal, les premiers soldats allemands sonnent néanmoins à la porte du bourgmestre, dès le 5 août, et le lendemain, une dizaine d’Uhlans logent à l’Hôtel du Commerce. Surpris à leur réveil par l’arrivée d’un escadron de plusieurs dizaines de Dragons français venant de Libramont, ils se réfugient dans l’écurie et les premiers coups de feu éclatent. Pour sommer les Allemands de se rendre, le brigadier de réserve Henri Sebald, relevant du régiment des XXIIIe Dragons (1er escadron, Vincennes), pénètre dans la cour de l’hôtel. En guise de réponse, il est abattu sur le perron. Il devient ainsi le premier soldat français tombé au combat en Wallonie durant la Grande Guerre. Tandis que les dragons tentent de faire exploser puis d’incendier le lieu de refuge des Allemands, ces derniers tentent de s’échapper : trois sont tués et quatre blessés. Houffalize découvre la guerre. Le 8 août, les quatre soldats tués sont enterrés ensemble dans une fosse commune. Après la guerre, les autorités locales transfèrent les restes du soldat français et lui accordent une concession à perpétuité, juste à côté du monument funéraire dédié aux Houffalois morts durant la guerre. Mort au combat à Houffalize le 7 août 1914, Henri Sebald était né à Versailles le 21 février 1889. Apprenti charcutier, il avait accompli son service militaire de 1910 à 1912 et avait été rappelé comme réserviste pour effectuer un mois d’entraînement en juin 1914. Le 1er août, il était mobilisé comme cinq de ses frères.

À l’automne 1936, dans un contexte général marqué par la montée du nazisme et par le changement de politique extérieure du gouvernement belge (politique dite d’indépendance), les « Anciens Combattants du canton de Houffalize » lancent le projet de commémorer ce fait d’armes et d’honorer le premier Français tombé en Belgique en 1914. Il doit s’agir d’un signe de l’amitié franco-belge. Selon les moyens financiers qui seraient rassemblés sous forme de souscription, le « Comité Sebald » présidé par G. De Greef (aidé par M. Goose, secrétaire-trésorier) envisage indifféremment une plaque ou un monument. L’initiative est placée sous les auspices de l’administration communale, et la présidence d’honneur est attribuée à Justin Dubru, le bourgmestre de la localité en 1914. Ayant obtenu le soutien de l’ambassade de France, les initiateurs mettent sur pied un comité d’honneur où se retrouvent l’ambassadeur de France, le consul général Fernand Sarrien, Paul Van Zeeland, Paul-Henri Spaak, le général Denis, etc.

Le 10 juillet 1938, l’inauguration se déroule en grandes pompes. Quatre jours plus tard, le catholique liégeois Octave Lohest dit toute l’émotion qui l’a gagné lors l’événement, en évoquant l’amitié aux Combattants français. « Cette amitié a reçu dimanche à Houffalize le plus éclatant témoignage. Houffalize avait à toutes ses fenêtres des drapeaux français et belges ; comme en novembre 1918 on criait « vive la France » on répondait « vive la Belgique ». J’étais fier de voir passer en tenue les beaux dragons de France (comme en août 1914). 58.000 Français sont tombés sur notre sol pour sa défense (...) Il y a des heures où le cri de vive la France devient une nécessité (...) ».

La réalisation du monument a été confiée au sculpteur Alexandre Daoust (Bioul 1886 – Champion 1947), aidé par l’architecte houffalois Paul Dislaire qui venait d’achever l’école primaire de la localité. D’une hauteur d’un mètre cinquante, un socle en pierre calcaire supporte à l’origine un imposant obélisque. Sur la face avant du piédestal, le bas-relief réalisé par Daoust montre un soldat français touché par une balle en train de s’écrouler. Le prénom et le nom de ce soldat sont indiqués en lettres grasses au-dessus du bas-relief, tandis que son identité complète est déclinée sur la partie inférieure de la stèle :

BRIGADIER DU XXIIIe DRAGONS
PREMIER SOLDAT FRANÇAIS
TOMBE EN BELGIQUE EN 1914
7 AOUT – 7H

Situé sur la place de la gare, le monument a traversé indemne la Seconde Guerre mondiale, du moins jusqu’à l’offensive Von Rundstedt. En décembre 1944, en effet, il a été fortement endommagé et, une fois la paix définitivement revenue, les autorités communales ne conservent que la partie basse qu’elles déplacent dans le parc de l’hôtel du Commerce, à l’endroit même où Sebald a été tué. Finalement, en juin 1984, le monument est une nouvelle fois démonté et rétabli place de la Gare, au croisement de la rue Moulin Lemaire et de la rue Porte à l’Eau, dans un square spécialement aménagé. L’œuvre de Daoust est ainsi respectée, hormis le fait que l’obélisque n’a jamais été reconstruit, ni les deux pans latéraux du socle où étaient incrustés deux blasons.

Quand il est sollicité, en 1937, pour le monument Sebald, Daoust jouit d’une solide réputation. Dessinateur talentueux, il s’est pris de passion pour la sculpture quand il enseignait les mathématiques à l’Abbaye de Maredsous. Diplômé sur le tard pour pouvoir enseigner le dessin dans les Écoles moyennes de l’État, il accomplit toute sa carrière, comme professeur de dessin, à l’Athénée de Dinant (1920-1946). En parallèle, le co-fondateur de l’Université populaire de Dinant enseigne aussi à l’École industrielle de Dinant. Durant toute la période de l’Entre-deux-Guerres, il s’attèle à ressusciter et à rénover l’art de la dinanderie. Quant à sa propre sculpture, elle se dégage du côté « académique » de ses débuts, pour exprimer son amour de la Wallonie, de ses habitants, de son terroir et de ses traditions. Destiné à immortaliser l’assaut aussi héroïque que vain de quelques « pantalons rouges » lancés à l’attaque de la Citadelle, son remarquable monument L’Assaut, au cimetière français de Dinant, lui ouvre de nouvelles portes (1927). Continuant à sculpter des œuvres d’inspiration personnelle, Daoust répond à des demandes de particuliers et à des commandes officielles. Le bas-relief réalisé pour Houffalize synthétise à la fois ses convictions et son savoir-faire. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il se lance dans un projet qu’il mûrit depuis longtemps : « réaliser un ensemble d’œuvres sculpturales (reliefs, statues) et fusains dont le thème serait d’essence tout à fait wallonne », qu’il intitulerait L’Âme wallonne et qui serait installée à Liège. De ce projet ambitieux, il n’aura l’occasion de réaliser que la partie centrale, « Noël de Wallonie » (1946-1947).

Archives du Consulat de France à Liège, chemise « monument à Houffalize » (1938)
Archives du Consulat de France à Liège, chemise 14 juillet, note Ambassade n°157, Europe n°142, 15 juillet 1938 (dont l’intervention d’Octave Lohest)
Fonds d’histoire du Mouvement wallon, Fonds Carlier, boite 62, Correspondance
La Vie wallonne, juin 1938, CCXIV, p. 290
La Voix du Combattant, 3 septembre 1938
Le Gaulois, 4 mars 1950, n°183, p. 6
Jean SCHMITZ, Dom Norbert NIEUWLAND, Documents pour servir à l’histoire de l’invasion allemande dans les provinces de Namur et de Luxembourg, Bruxelles, Paris, première partie, 1920, p. 56-57
Paul GEORGES, Luc NOLLOMONT, Jo VERBRUGGHEN, Fors l’oubli. Petit guide des monuments et plaques commémoratives des deux guerres 1914-1948 — 1940-1945 situés sur la commune de Houffalize, dans Bulletin du Cercle d’Histoire et d’Archéologie, Segnia, 1994, t. XIX, fascicule n°3, p. 24 et 27
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/premier-fran%E7ais-belgique-sujet_4682_1.htm (s.v. mai 2014)
Jean SERVAIS, Le sculpteur Alex Daoust, dans La Vie wallonne, 1947, n°238, p. 81-104
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 288

Monument au premier soldat français tombé en Belgique en 1914 – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam

Monument au premier soldat français tombé en Belgique en 1914

Map

Carte : 
Adresse : 
Place de la Gare, 10 juillet 1938 ; au croisement de la rue Moulin Lemaire et de la rue Porte à l’Eau, 6660 Houffalize
Titre alternatif : 
SEBALD Henri
Image : 
Monument au premier soldat français tombé en Belgique en 1914 – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

DAOUST Alex

Bioul 5/06/1886, Champion 7/01/1947

Sculpteur et dessinateur au talent aussi grand que sa modestie, Alex Daoust a marqué une génération de jeunes Dinantais durant l’Entre-deux-Guerres par son enseignement, et l’histoire de la sculpture de Wallonie par plusieurs réalisations remarquables.

S'abonner à RSS - DAOUST Alex