DUPONT Louis

WAUTERS Arthur

Monument Arthur Wauters, réalisé par Fernand Hubin et, pour le buste, par Louis Dupont, 13 octobre 1963.

Waremme dispose de deux monuments Wauters ; l’un, rue de l’École moyenne, est dédié à Joseph (1875-1929) et remonte à 1931 ; l’autre, place Ernest Rongvaux, à deux pas de la gare, commémore le souvenir d’Arthur (1890-1960) et son inauguration remonte à l’automne 1963.
Licencié en Sciences politiques et sociales et docteur en Sciences économiques de l’Université libre de Bruxelles, volontaire de guerre, Arthur Wauters est tout autant engagé dans le mouvement socialiste que son frère Joseph, son aîné de quinze ans ; quand ce dernier devient ministre du Travail et de l’Industrie (1918-1921), Arthur le rejoint comme chef de Cabinet. Attiré par l’action internationale, auteur de plusieurs rapports sur l’URSS, ainsi que sur la situation au Congo, le fondateur de la maison d’édition L’Églantine (1922) apportera, sa vie durant, des témoignages originaux sur la société russe, voire sur les pays de l’Est et la Chine communiste. Professeur à l’Université libre de Bruxelles (1933), journaliste, il succède à son frère Joseph à la direction du Peuple (1929-1937), ainsi que comme député (1929), avant d’être coopté comme sénateur (1932-1936), puis de revenir à la Chambre (1936-1944), en tant que représentant de l’arrondissement de Huy-Waremme. Lui aussi ministre (1937-1939, 1939, 1939-1940, 1946), il est parmi les tout premiers parlementaires à rejoindre Londres pour y poursuivre la guerre contre l’Allemagne nazie. Nommé à la tête des services de l’Information au ministère des Affaires étrangères, après la Libération, il renonce à son mandat de député, est envoyé comme ministre extraordinaire en Pologne, avant d’être nommé ambassadeur plénipotentiaire de Belgique à Moscou (1952-1955).
Au moment de l’annonce du décès d’Arthur Wauters, le conseil communal de Waremme unanime s’engage à ériger rapidement un monument en son honneur. En 1963, le CLéO de Waremme présente un projet qui est validé par les autorités locales, dont son bourgmestre Edmond Leburton. L’architecte Fernand Hubin est chargé d’exécuter l’ensemble au centre duquel vient prendre place un buste dû au ciseau de Louis Dupont. L’inauguration se déroule en présence de nombreuses personnalités politiques locales, dont le ministre et bourgmestre Leburton, ainsi que les architecte et sculpteur.
Au moment de la préparation du monument, Fernand Hubin (1919-1989) n’est pas encore totalement absorbé par la politique ; certes, comme son père, il milite dans les rangs du Parti socialiste et, depuis 1954, il siège au Conseil provincial de Liège et, depuis 1958, au conseil communal de Huy, mais il est avant tout architecte. Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Liège, section Urbanisme (1945), le Hutois associé à Jean Dehasque dans leur bureau d’architecture (1946-1984) réalisera notamment l’Hôpital du Bois de l’Abbaye à Seraing. Par la suite, c’est-à-dire à la fin des années 1960, il devient tour à tour échevin puis bourgmestre de la ville de Huy (1979-1982), député (1971-1978) puis sénateur (1979-1985) et membre du Conseil régional wallon (1980-1985) à ses débuts. Mais c’est l’architecte qui réalise les plans du monument Arthur Wauters et ses aménagements, en 1963, et le buste est exécuté, quant à lui, par un sculpteur waremmien à la réputation solidement établie.
Natif de Waremme, élève d’Adrien de Witte, Louis Dupont (1896-1967) a toute sa carrière derrière lui quand lui est confié le buste d’Arthur Wauters. Dans les années 1920, il avait déjà signé le bas-relief Hubert Stiernet (1925), le buste Jean Varin (1928), le médaillon Georges Antoine (1929) et surtout les bustes Ysaÿe (1936) et César Thompson (1939). Boursier du gouvernement (1921), Prix Trianon (1928), il a collaboré avec Adelin Salle et Robert Massart sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha (1937), il a signé le Métallurgiste pour le monument Albert Ier à l’île Monsin (1939) et au-delà d’autres bas-reliefs, il a réalisé le monument national de la Résistance (1955), ainsi que des allégories sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, professeur de sculpture à l’Académie de Liège (1949-1967), Louis Dupont avait reçu en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble d’une œuvre à laquelle s’ajoutait, en 1963, le buste d’Arthur Wauters, inauguré dans sa ville natale.

Lionel JONKERS, 1914-2014. Cent ans de mayorat à Waremme, s.l., s.d. [2014], p. 128-129
Hubert LABY, Joseph Wauters, dans Grands hommes de Hesbaye, Remicourt, éd. du Musée de la Hesbaye, 1997, p. 83-86
Paul VAN MOLLE, Le Parlement belge 1894-1972, Ledeberg-Gand, Erasme, 1972, p. 380-381
Paul DELFORGE, Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010
Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
Musée en plein air du Sart Tilman, Art&Fact asbl, Parcours d’art public. Ville de Liège, Liège, échevinat de l’Environnement et Musée en plein air du Sart Tilman, 1996
La Vie wallonne, janvier 1930, CXIII, p. 165-173

 

Monument Arthur Wauters (Waremme)

Monument Arthur Wauters (Waremme)

Map

Carte : 
Adresse : 
place Ernest Rongvaux – 4300 Waremme
Titre alternatif : 
WAUTERS Arthur
Image : 
Monument Arthur Wauters (Waremme)
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

VARIN Jean

Buste Jean Varin, réalisé par Louis Dupont, 6 février 1928.

Au lendemain de l’Exposition universelle de 1905, le parc de la Boverie, à Liège, devient progressivement le lieu privilégié pour accueillir des monuments dédiés principalement à des artistes liégeois. Dès 1907, est inauguré un buste dédié au peintre Léon Philippet ; en juillet 1923, Gilles Demarteau est honoré à son tour, avant que ne les rejoignent, sans être exhaustif, Louis Boumal (1925), Jean Varin (1928), Jean-Barthélémy Renoz (1930), Armand Rassenfosse (1935), Adrien de Witte (1938), Georges Antoine (1938), Auguste Donnay (1956 ?) et Richard Heintz (1956). Une galerie des bustes prend ainsi place dans la pergola du parc de la Boverie ; elle permet au public de croiser une palette d’artistes de renom, du moins jusqu’au début du XXIe siècle. On assiste en effet alors à une série de disparitions et d’actes de vandalisme (vols, dégradation, lancer de buste dans la Meuse…) contraignant les autorités liégeoises à mettre à l’abri certains bustes restants. Si quelques monuments restent intacts, d’autres ont entièrement disparu, comme en témoignent certains socles nus.
Inauguré le 6 février 1928, le buste de Jean Varin n’a pas échappé à ce phénomène de vandalisme urbain. Le socle est toujours présent, mais le buste a disparu. Réalisé en bronze coulé, d’une dimension de 83 centimètres de haut sur 91 de large et 53 de profondeur, il n’en reste que le plâtre qui est précieusement conservé par le BAL. Comme d’autres bustes, il était dû à l’initiative de l’Œuvre des Artistes qui en avait confié la réalisation au sculpteur liégeois Louis Dupont (1896-1967). Natif de Waremme, élève d’Adrien de Witte, il n’a pas encore une grande expérience quand lui est confié le buste de Jean Varin, mais ceux qui l’ont choisi sont sûrs de son talent. N’a-t-il pas reçu une bourse du gouvernement en 1921 et, en 1928, le Prix Trianon lui est décerné. Par la suite, au bas-relief Hubert Stiernet (1925), au buste Jean Varin (1928), au médaillon Georges Antoine (1929) et surtout au buste Ysaÿe (1936) puis à celui de César Thompson (1939) s’ajouteront d’autres expériences concluantes comme sa collaboration avec Adelin Salle et Robert Massart sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha (1937), ou son Métallurgiste pour le monument Albert Ier à l’île Monsin (1939). De nombreuses autres commandes parviendront à l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, principalement des bas-reliefs, avant que ne lui soient confiés le monument national de la Résistance (1955), puis les reliefs sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, professeur de sculpture à l’Académie de Liège (1949-1967), Louis Dupont recevra en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble de son œuvre. Le buste Jean Varin est quasiment une œuvre de jeunesse ; elle a dû constituer une sorte de défi pour Louis Dupont car il lui était demandé de représenter une personnalité qui s’était particulièrement illustrée en tant que graveur et médailleur à la cour du roi de France.
Natif de Liège en 1607, Jean Varin a fait une carrière prestigieuse à Paris (où il est décédé en 1672) ; il y est aussi sculpteur et ses bustes de Richelieu, de Louis XIII et de Louis XIV adolescent contribuent à sa renommée artistique. Redécouvert à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, il est l’un des meilleurs représentants de l’excellence du pays wallon du XVIIe siècle. Tailleur général des monnaies et réformateur du système monétaire du royaume de France, réalisateur du sceau de la toute nouvelle Académie française, « contrôleur général des poinçons et effigies » (1647), ce Wallon avait obtenu, en 1650, « ses lettres de naturalisation française ». « Conseiller et secrétaire du Roy, intendant et ordonnateur des bâtiments royaux, jardins, tapisseries et manufactures » (1656), Varin n’en finira pas d’être honoré sous Louis XIV qui le nommera « Conseiller du Roy en ses Conseils d’État et privé » (1660). En 1665, il est encore reçu comme membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture et c’est là que ses contemporains saluent son talent et ses efforts pour rendre ses lettres de noblesse à l’art de la médaille de la France. Plus de 250 médailles, pièces de monnaie et jetons portent les coins et poinçons gravés par Jean Varin.

Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
Charles BURY, Les Statues liégeoises, dans Si Liège m’était conté, n°35, été 1970, p. 15
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
Musée en plein air du Sart Tilman, Art&Fact asbl, Parcours d’art public. Ville de Liège, Liège, échevinat de l’Environnement et Musée en plein air du Sart Tilman, 1996
La Vie wallonne, janvier 1930, CXIII, p. 165-173
Georges de FROIDCOURT, dans Biographie nationale, t. 26, col. 497-501
Georges de FROIDCOURT, Les origines liégeoises de Jean Varin, graveur général des monnaies de France, Bruxelles, 1934
Edmond GLESENER, dans La Vie wallonne, janvier 1930, CXIII, p. 165-173
Nicole DARDING, Jean Varin, de Liège à Paris, dans Mélanges Pierre Colman, Art&Fact, Liège, 1996, n°15, p. 128-130
Marie-Georges NICOLAS-GOLDENBERG, La Vie wallonne, IV, 1975, n°352, p. 193-203
Histoire de la Wallonie (L. GENICOT dir.), Toulouse, 1973, p. 259, 302
La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. II, p. 289-290
Jules HELBIG, La Sculpture et les Arts plastiques au Pays de Liège et sur les bords de la Meuse, Liège, 1890, p. 16

 

Buste Jean Varin (Liège) – inauguration du buste

Buste Jean Varin (Liège) – inauguration du buste

Map

Carte : 
Adresse : 
parc de la Boverie – 4020 Liège
Titre alternatif : 
VARIN Jean
Image : 
Buste Jean Varin (Liège) – inauguration du buste
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

STIERNET Hubert

Bas-relief Hubert Stiernet, 30 septembre 1927
Réalisé par Louis Dupont.

Sur la façade d’une maison de la rue du Pont, un bas-relief dédié à Hubert Stiernet et signé Louis Dupont est inauguré le 30 septembre 1927. Les amis de l’écrivain et les autorités communales de Waremme ont tenu à honorer l’auteur de Haute Plaine et du Roman du tonnelier de son vivant. Pour l’écrivain, les années 1920 sont celles de la gloire : un volume anthologique lui est consacré par l'Association des Ecrivains belges (1923) ; il est élu à l'Académie de langue et de littérature françaises, l’Académie Destrée (1925) ; il est fêté par les Amis de l’Art wallon (1930) et le prix de la Société d'Encouragement à l'Art wallon lui est décerné en 1930. La Ville de Waremme et l'Association des Anciens Elèves de l’Ecole moyenne n’ont pas manqué leur rendez-vous, en 1927, en le recevant solennellement et en apposant une plaque commémorative sur sa maison natale.

Sensible à ces hommages multiples, Hubert Stiernet (Waremme 1863 – Laeken 1938) doit s’être rappelé qu’il avait accompli ses études primaires et secondaires à Waremme, avant d’entrer à l’École normale de Huy (1879), et de décrocher, à Bruges, son diplôme de régent littéraire (1884). Désigné comme enseignant à Laeken, il s’installe à Bruxelles et, en 1907, il est nommé directeur de l’École moyenne de Schaerbeek, fonction qu’il exerce jusqu’en 1924, mises à part les années d’occupation allemande au cours desquelles son hostilité à la politique de flamandisation de l’enseignement lui vaut d’être révoqué. L’écrivain, quant à lui, s’est déjà manifesté dès la fin des années 1880, par une production variée : romans, contes pour enfants, poète, il fleurte avec le romantisme, s’essaye au fantastique, mais surtout, ce qu’il lui réussit le mieux, il raconte, dans un genre réaliste, les aventures de personnages que lui inspire la rue du Pont, la rue de sa maison natale. Ses multiples voisins, on les retrouve dans les six nouvelles Haute Plaine (1911), dans Le récit du berger et Le roman du tonnelier (1921 et 1922), ainsi que dans son dernier opus, Par-dessus les clochers en 1931.

L’attachement de l’écrivain pour Waremme et ceux de la rue du Pont condamnait au choix d’un sculpteur de… Waremme, et nécessairement au statuaire Louis… Dupont (1896-1967). Élève d’Adrien de Witte, celui-ci n’est pas encore très connu quand il travaille sur le bas-relief d’Hubert Stiernet, puis sur le buste de Jean Varin (1927), puis le médaillon Georges Antoine (1929). Ceux qui l’ont choisi sont cependant sûrs de son talent. N’a-t-il pas reçu une bourse du gouvernement (1921) ? En 1928, il recevra le Prix Trianon. Par la suite, il sera associé à Adelin Salle et à Robert Massart sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha (1937) ; il sera aussi chargé de la réalisation du Métallurgiste du monument Albert Ier à l’île Monsin. De nombreuses autres commandes parviendront à l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, principalement des bas-reliefs, avant que ne lui soient confiés le monument national de la Résistance (1955), puis les reliefs sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, professeur de sculpture à l’Académie de Liège (1949-1967), Louis Dupont recevra en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble de son œuvre.

Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
La Vie wallonne, février 1928, LXL, p. 188
La Vie wallonne, 1980, n°369, n° spécial « millénaire », p. 359-376
Maurice JOACHIM, Hubert Stiernet, dans Nouvelle Biographie nationale, t. IV, p. 372-374

Bas-relief Hubert Stiernet – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam

Bas-relief Hubert Stiernet

Map

Carte : 
Adresse : 
Rue du Pont (devenue rue Stiernet), 4300 Waremme
Titre alternatif : 
STIERNET Hubert
Image : 
Bas-relief Hubert Stiernet – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

THOMSON César

Buste César Thomson, 17 juin 1939.
Réalisé par Louis Dupont.

Situé dans les jardins de la partie centrale du boulevard Piercot, au cœur de Liège, un buste en pierre calcaire de César Thomson rend hommage à l’illustre violoniste. Il a été réalisé sur le modèle du buste en marbre blanc de Louis Dupont inauguré le 17 juin 1939 : ce jour-là, le buste en marbre de Thomson rejoint notamment celui d’Eugène Ysaÿe au Conservatoire de Liège. Dans le même temps, une cérémonie est organisée par l’Union des professeurs du Conservatoire de Liège : cette Union avait en effet lancé la souscription publique et elle réunit à Liège tous les amis de César Thomson, venant d’Amérique et d’Europe, au moment où se tient également à la périphérie de la cité ardente l’Exposition internationale de l’Eau. En présence de l’échevin de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Auguste Buisseret, entouré de Charles Radoux-Rogier (président du Comité organisateur), d’Edmond Glesener (directeur général des Beaux-Arts) et de Fernand Quinet, le directeur du Conservatoire, discours et concert sont au programme de cette journée où la ville de Liège rend officiellement hommage à l’un de ses enfants, dont les traits ont été figés dans le marbre par le statuaire Louis Dupont (1896-1967).

Natif de Waremme, élève d’Adrien de Witte, il a travaillé sur quelques bustes et bas-reliefs comme le bas-relief Hubert Stiernet (1925), le buste Jean Varin (1927), le médaillon Georges Antoine (1929) et surtout le buste Ysaÿe. Ceux qui l’ont choisi sont sûrs de son talent. N’a-t-il pas reçu une bourse du gouvernement (1921) et le Prix Trianon (1928) ? N’a-t-il pas été associé à Adelin Salle et à Robert Massart sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha (1937) ? Et alors que l’on inaugure le buste de César Thompson, Dupont était en train d’achever la réalisation du Métallurgiste du monument Albert Ier à l’île Monsin. De nombreuses autres commandes parviendront à l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, principalement des bas-reliefs, avant que ne lui soient confiés le monument national de la Résistance (1955), puis les reliefs sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, professeur de sculpture à l’Académie de Liège (1949-1967), Louis Dupont recevra en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble de son œuvre. Le buste de César Thomson figure parmi ses réussites. Il est posé sobrement sur un socle en pierre très simple où est gravé le seul nom César Thomson. Il s’agit d’un piédestal similaire à celui d’Eugène Ysaÿe.

Élève de Jacques Dupuis (1830-1870), ce virtuose, professeur de violon au Conservatoire de Liège, César Thomson (Liège 1855 – Bissone, Suisse, 1930) est l’un des maillons importants de l’École wallonne du violon dont François Prume, Henri Vieuxtemps et Eugène Ysaÿe sont les figures les plus connues. Enfant prodige, César Thomson cultive le don que la nature lui a offert auprès de Dupuis. Médaille de vermeil du Conservatoire de Liège (1869), il est plébiscité sur les scènes suisses, italiennes et allemandes, après avoir été acclamé partout où il se produisait en pays wallon. Quand César Thompson, Martin Marsick, Eugène Ysaÿe et Rodolphe Massart – génération dorée – se produisent ensemble sur une scène liégeoise, la quintessence de la musique est alors rassemblée pour le plus grand bonheur d’un public wallon composé de mélomanes avertis. Professeur au Conservatoire de Liège de 1882 à 1897, César Thomson quitte la cité ardente pour Bruxelles où il remplace Eugène Ysaÿe comme professeur au Conservatoire, avant de gagner les États-Unis après la Première Guerre mondiale. Soliste à Berlin (1879-1881), premier violon de son propre quatuor à cordes (1898), compositeur, Thomson s’est fait l’interprète d’œuvres méconnues de Paganini et a contribué à la revalorisation d’œuvres de l’école italienne.

Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
Charles BURY, Les Statues liégeoises, dans Si Liège m’était conté, n°35, été 1970, p. 6
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
http://www.sculpturepublique.be/4000/Dupont-CesarThomson.htm (s.v. juillet 2013)
http://balat.kikirpa.be/photo.php?path=B177042&objnr=10152117 (s.v. juin 2014)
La Vie wallonne, 15 août 1939, CCXXVII, p. 333-336
Musée des Beaux-Arts, Exposition Le romantisme au pays de Liège, Liège, 10 septembre-31 octobre 1955, Liège (G. Thone), s.d., p. 187

 

Buste César Thomson – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam

Buste César Thomson

Map

Carte : 
Adresse : 
Boulevard Piercot, 4000 Liège
Titre alternatif : 
THOMSON César
Image : 
Buste César Thomson – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

YSAYE Eugène

Buste d’Eugène Ysaye, réalisé par Louis Dupont, 23 octobre 1936, puis 27 septembre 1947.

Situé dans les jardins de la partie centrale du boulevard Piercot, au cœur de Liège, un buste en calcaire blanc d’Eugène Ysaÿe (1858-1931) rend hommage à l’illustre musicien. Réalisée par Louis Dupont, l’œuvre a été inaugurée en 1935 ; sur une dalle ont été gravés les noms d’illustres violonistes qui ont apporté leur contribution à l’érection du monument Ysaÿe. Par la suite, le buste connut divers avatars et c’est pour la troisième fois qu’une cérémonie a lieu le 27 septembre 1947, dans le cadre des Fêtes de Wallonie, pour remettre le buste en place, face au Conservatoire de Liège, tandis que, le soir même, était inauguré le « Studio Ysaÿe » au Conservatoire, en même temps qu’était donné un concert Ysaÿe. Selon Pierre Henrion, le buste inauguré en 1947 est une troisième sculpture commandée à Louis Dupont, suite à la destruction du buste de 1936 et d’une deuxième version installée en 1939.
Entré au Conservatoire de Liège à l’âge de 7 ans, le jeune Ysaÿe attire l’attention du maître verviétois Henri Vieuxtemps qui va désormais guider ses pas. Premier Prix au Conservatoire de Liège (1873), Ysaÿe obtient une bourse grâce à Vieuxtemps qui l’introduit auprès du Polonais Wieniawski, soliste à la cour de Saint-Pétersbourg. Il fait venir ensuite le jeune virtuose à Paris, sous sa direction (1877). Premier violon à Berlin (1880), Ysaÿe reçoit des compositions spécialement écrites pour lui de  Debussy, Saint-Saëns, Fauré… Continuateur de Vieuxtemps, Ysaÿe conservera, malgré sa célébrité, l’esprit de son maître, défendra et imposera la musique de ses amis et des jeunes qu’il aura, à son tour, reconnus (notamment quand il est professeur au Conservatoire de Bruxelles de 1886 à 1898). Il exerce ainsi une influence déterminante sur la musique de son temps en Wallonie. Véritable étoile internationale, il écrit aussi des pièces pour violon mais ce sont surtout ses Six Sonates pour violon seul qui constituent « le chef-d’œuvre d’un homme à la fin de son automne » (J-J. Servais). Compositeur de l’opéra Pier li Houyeu (1931), « maître de Chapelle de la Cour de Belgique », il a créé et donné son nom à un concours de très grande réputation, le Concours Ysaÿe (1937), qui deviendra par la suite le Concours musical international reine Elisabeth (1951).
C’est à cet enfant du pays que les autorités liégeoises rendent hommage en soutenant l’initiative d’un Comité Eugène Ysaÿe. Ensemble, ils choisissent le sculpteur Louis Dupont (1896-1967). Natif de Waremme, élève d’Adrien de Witte, il a travaillé sur quelques bustes et bas-reliefs comme le bas-relief Hubert Stiernet (1925), le buste Jean Varin (1927) ou le médaillon Georges Antoine (1929), mais il n’a pas encore une grande expérience lorsque lui est confié le buste du musicien. Ceux qui ont collaboré avec lui sont sûrs de son talent. N’a-t-il pas reçu une bourse du gouvernement (1921) et le Prix Trianon (1928) ? Le buste que son ciseau découpe dans la pierre ne déçoit personne. Il est posé sobrement sur un socle en pierre très simple où est gravé le seul nom Ysaÿe. Par la suite, avec Adelin Salle et Robert Massart, Dupont travaillera sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha (1937), avant de réaliser Le Métallurgiste du monument Albert Ier à l’île Monsin (1939). De nombreuses autres commandes parviendront à l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, principalement des bas-reliefs, avant que ne lui soient confiés le monument national de la Résistance (1955), puis les reliefs sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, professeur de sculpture à l’Académie de Liège (1949-1967), Louis Dupont recevra en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble de son œuvre.

Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
http://ysaye.kbr.be/
José QUITIN, Biographie nationale, t. 33, col. 763-778
Paul DELFORGE, Cent Wallons du Siècle, 1995
Charles BURY, Les Statues liégeoises, dans Si Liège m’était conté, n°35, été 1970, p. 5
http://www.sculpturepublique.be/4000/Dupont-EugeneYsaye.htm (s.v. août 2013)
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
La Vie wallonne, 1947, n°239, p. 221
Pierre HENRION, dans Musée en plein air du Sart Tilman, Art&Fact asbl, Parcours d’art public. Ville de Liège, Liège, échevinat de l’Environnement et Musée en plein air du Sart Tilman, 1996

Buste Eugène Ysaye

Buste Eugène Ysaye

Map

Carte : 
Adresse : 
boulevard Piercot – 4000 Liège
Titre alternatif : 
YASYE Eugène
Image : 
Buste Eugène Ysaye
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

ANTOINE Georges

Stèle et plaque à la mémoire d’un musicien et d’un combattant de 1914 victime de la grippe espagnole, réalisées par Louis Dupont, 20 novembre 1938.

Dans le prolongement du Jardin d’Acclimatation, le parc public de la Boverie, à Liège, accueille, dans un décor d’arbres et de fleurs, plusieurs sculptures rendant hommage à des personnalités marquantes du monde culturel. Située face aux anciens bureaux de la RTBf-Liège, une stèle surmontée d’une plaque a été installée à la mémoire de Georges Antoine (1892-1918). Compositeur, musicien, cet artiste liégeois était promis à un bel avenir quand éclate la Première Guerre mondiale. Engagé volontaire en 1914, il combat du côté de l’Yser lorsque sa santé se détériore. Éloigné de sa terre natale, le soldat-musicien-compositeur est finalement emporté par la fièvre de la grippe espagnole, en novembre 1918.
Afin de rendre hommage au musicien trop tôt disparu, une première initiative est prise en 1929. Présidé par Sylvain Dupuis, puis par Ch. Radoux-Rogier, un Comité inaugure un médaillon au Conservatoire de Liège. Quelques années plus tard, une autre initiative est prise par une Association pour l’étude de la musique de Chambre, présidée par le professeur Bohet et soutenue par la Section de Liège des Amis de l’Art wallon, ainsi que par la ville de Liège. Le sculpteur Louis Dupont (1896-1967) se voit confier la réalisation du petit monument.
Natif de Waremme, élève d’Adrien de Witte, il reçoit une bourse du gouvernement au sortir de la Grande Guerre et ouvre son atelier. D’emblée, il reçoit quelques commandes pour des bustes et des bas-reliefs, tels le bas-relief Hubert Stiernet (1925), le buste Jean Varin (1927), le médaillon Georges Antoine (1929) ou le buste Eugène Ysaÿe (1936). Prix Trianon (1928), il obtient une nouvelle bourse de voyage du gouvernement en 1937. La même année, avec Adelin Salle et Robert Massart, il travaille sur l’important chantier des bas-reliefs du Lycée de Waha, avant de réaliser Le Métallurgiste du monument Albert Ier à l’île Monsin. De nombreuses autres commandes parviennent à l’artiste après la Seconde Guerre mondiale, principalement des bas-reliefs, avant que ne lui soient confiés le monument national de la Résistance (1955), puis les reliefs sur les bâtiments de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (1958). Dessinateur, médailliste et statuaire, Louis Dupont reçoit en 1954 le Prix de Sculpture décerné par la province de Liège pour l’ensemble de son œuvre. Celle-ci comprend de multiples réalisations d’inspiration personnelle : après s’être acharné à faire du très joli, l’artiste n’a pas hésité à volontairement tomber dans l’excès inverse. Cherchant sa voie dans l’Entre-deux-Guerres, il aspire sereinement à la beauté dans les statues féminines qu’il affectionne, passant de l’esprit de Maillol à un symbolisme plus marqué avec la maturité.
En pierre calcaire, la stèle rectangulaire, pourvue de deux colonnettes engagées, est actuellement placée devant l’entrée des anciens bureaux de la RTBf-Liège. Elle porte une plaque carrée, en bronze, qui présente le profil droit de Georges Antoine. Sur la stèle figurent les mentions :

A G. ANTOINE
AU COMPOSITEUR
AU SOLDAT
1892-1918

Sur la stèle en pierre a été gravé le nom du commanditaire, l’« Association pour l’étude de la musique de Chambre. 1938 ». Saluée par les mouvements wallons de l’époque, l’inauguration a lieu le 20 novembre en présence des autorités locales et de personnalités du monde artistique et militaire. Échevin des Beaux-Arts, Auguste Buisseret accepte, au nom de la ville de Liège, d’assurer la pérennité du monument.

 

Sylvie DELLOUE, Nathalie DE HARLEZ, Pierre FRANKIGNOULLE, Bénédicte MERLAND, Étude historique sur sept parcs liégeois, projet réalisé par l’asbl Homme et Ville pour l’échevinat de l’Urbanisme de la Ville de Liège, Liège, 2006
Paul DELFORGE, G. Antoine, dans Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, Institut Destrée, 2000, t. I, p. 58
Paul DELFORGE, Société des Amis de l’Art wallon, dans Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, Institut Destrée, 2001, t. III, p. 1484-1486
Charles BURY, Les Statues liégeoises, dans Si Liège m’était conté, n°35, été 1970, p. 11
Louis Dupont : exposition du 29 avril au 21 mai 1983, Liège, Province de Liège, Service des affaires culturelles, 1983
Salon de la libération : musée des beaux-arts, du 1er juin au 15 juillet 1946... (hommage à la résistance liégeoise) : la peinture française, de David à Picasso, art wallon contemporain, le peintre Jacques Ochs, les sculpteurs Louis Dupont, Robert Massart, Adelin Salle, Liège, imprimerie Bénard, 1946
La Wallonie nouvelle, n°49, 27 novembre 1938, p. 3
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 532-533
La Vie wallonne, 15 janvier 1939, CCXXI, p. 101-103
Marcel PAQUOT, Georges Antoine, l’homme et l’œuvre, mémoire couronné par l’Académie, Bruxelles, 1935
Pierre-Yves DESAIVE, dans Musée en plein air du Sart Tilman, Art&Fact asbl, Parcours d’art public. Ville de Liège, Liège, échevinat de l’Environnement et Musée en plein air du Sart Tilman, 1996

 

Map

Carte : 
Adresse : 
Jardin d’Acclimatation du Parc de la Boverie - 4020 Liège
Titre alternatif : 
ANTOINE Georges
Image : 
Stèle et plaque Georges Antoine – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

DUPONT Louis

Waremme 1896, Liège 06/03/1967

Après avoir étudié le dessin à l’Académie de Liège, dont il deviendra professeur entre 1949 et 1967, Louis Dupont s’oriente vers la sculpture ; il est accueilli dans l’atelier de Georges Petit qui le suit pendant deux ans. Bénéficiant d’une bourse du gouvernement, il ouvre son propre atelier à Waremme. Ses premières réalisations sont des bustes, des nus et des compositions symboliques. Louis Dupont est aussi médailleur.

LEJEUNE Rita

Herstal 22/11/1906, Liège 18/03/2009

S'abonner à RSS - DUPONT Louis