Grand-Hornu

Le Grand-Hornu

Le site du Grand-Hornu a connu son développement le plus considérable sous le régime hollandais, sous l’égide d’Henri de Gorge. Cependant, les premiers bâtiments du complexe sortent de terre dès 1810. Dès la fin du XVIIIe siècle, des prospections et de timides débuts d’exploitation de la houille sont entrepris sur le site. À l’époque, les terrains, essentiellement réservés à l’agriculture, appartiennent à l’abbaye de Saint-Ghislain. Après la Révolution, une concession est attribuée à Sébastien Godonnesche, fermier des octrois de Valenciennes, qui décède dans les premières années du XIXe siècle. En 1810, en pleine période de renouveau technologique sous l’impulsion des réformes impériales, Henri de Gorge, garde-magasin des chauffages militaires originaire du Quesnoy, reprend la concession. Pendant près de vingt ans s’étale ensuite un chantier de construction d’importance devant faire du Grand-Hornu une cité ouvrière idéale. Les bâtiments constituent encore de nos jours un très bel exemple d’intégration architecturale et économique. À côté des bâtiments industriels se trouve une cité au plan géométrique et aux maisons en ligne permettant aux ouvriers de loger sur le lieu même de leur travail. On y trouve également une école dans laquelle sont formés les porions et les géomètres et divers lieux de loisir (bibliothèque, jardin public…).

Devenu musée d’art contemporain et brillamment restauré, le Grand-Hornu a été classé dans son ensemble en 1993 avant de d’être reconnu successivement patrimoine exceptionnel de Wallonie et patrimoine mondial de l’Unesco.

Map

Carte : 
Titre alternatif : 
Grand-Hornu
Catégorie : 
Tags : 
Auteur de la fiche : 

DEGORGE Henri

Statue à la mémoire de Henri De Gorge, réalisée par Égide Mélot, 1855.

Propriétaire et directeur des charbonnages du Grand-Hornu, dans le Couchant de Mons, propriétaire d’autres concessions plus au sud, Henri Degorge (1774-1832), dit De Gorge-Legrand, a durablement frappé l’imaginaire de ses contemporains en réalisant, à partir de 1823, un ambitieux projet architectural sous la forme d’une cité ouvrière modèle. Conçu par l’architecte tournaisien Bruno Renard, le site du Grand-Hornu est achevé à l’entame des années 1830, avec la fameuse salle de l’Atelier de Construction de Machines à Vapeur et de Mécaniques (1831-1832). L’épidémie de choléra qui frappe l’Europe en 1832 emporte cet entrepreneur originaire de Lille qui venait d’être désigné pour représenter l’arrondissement de Mons au Sénat. Afin de témoigner leur reconnaissance à leur illustre parent, ses héritiers décident d’élever, au centre de la grande cour elliptique conçue par Bruno Renard, une statue en bronze – fondue chez « VP » à Paris – qui représente Henri de Gorge, tenant dans la main gauche un plan roulé (son avant-bras droit fait actuellement défaut). À ses pieds apparaissent divers attributs de l’industrie minière (cordage, pic). Sur les quatre compartiments du piédestal, les inscriptions suivantes indiquent :

« H-J. DE GORGE
FONDATEUR
1810 » (AVANT).

« NÉ À VILLERS-POL
LE 12 FÉVRIER
1774 » (CÔTÉ DROIT)

« DÉCÉDÉ À HORNU
LE 22 AOÛT
1832 » (CÔTÉ GAUCHE).

« HOMMAGE
PAR
SES SUCCESSEURS
1855 » (À L’ARRIÈRE).

Il s’agit vraisemblablement de la toute première statue élevée en Wallonie en l’honneur d’un patron d’industrie. Elle a été réalisée par Égide Mélot (1816-1885), élève de l’École anversoise. Formé à l’Académie d’Anvers, sa ville natale, il a suivi les Anversois Joseph et Charles Geefs à Paris, à l’École des Beaux-Arts auprès de Jean-Étienne Ramey ; concurrent malheureux des Geefs pour le Prix de Rome 1836, Mélot parfait sa formation à Bruxelles, où il reçoit les précieux conseils du Liégeois Louis Jehotte. Très tôt, il participe à de nombreux Salons et, dans les années 1850, il est choisi pour réaliser la statue à la mémoire de Henri de Gorge. Par la suite, Mélot contribue à la réalisation des statues du temple élevé à Laeken pour les funérailles de Léopold Ier (1865) ; dans les années 1870, il travaille surtout à Bruxelles, sur le chantier de la Bourse et du Théâtre de la Monnaie et, dans les années 1880, sur celui du Conservatoire de Musique et celui du Palais des Beaux-Arts (Musée d’Art ancien) – il signe l’allégorie de la peinture, statue placée au-dessus de l’entrée principale. Plusieurs jeunes sculpteurs (comme Desenfans) viendront parfaire leur formation dans son atelier installé à Schaerbeek.

Léopold DEVILLERS, dans Biographie nationale, t. 8, col. 115-117
Hubert WATELET, dans Ginette KURGAN, Serge JAUMAIN, Valérie MONTENS, Dictionnaire des patrons en Belgique, Bruxelles, 1996, p. 166
Jacques VAN LENNEP, La sculpture belge au 19e siècle, catalogue, t. 1. La Sculpture belge, Bruxelles, CGER, 1990, p. 50, 54, 65, 77, 88, 165, 248, 269 ; t. 2, Artistes et Œuvres, p. 309, 338, 348, 416, 461, 562, 593
Jean-Jacques HEIRWEGH, Patrons pour l’éternité, dans Serge JAUMAIN et Kenneth BERTRAMS (dir.), Patrons, gens d’affaires et banquiers. Hommages à Ginette Kurgan-van Hentenryk, Bruxelles, Le Livre Timperman, 2004, p. 430 et 434
Marie-Laure ROGGEMANS, Jean-Marie DUVOSQUEL, Autour du Grand-Hornu, Bruxelles, Crédit communal & Fondation roi Baudouin, 1989
Hubert WATELET, Le Grand-Hornu. Joyau de la révolution industrielle et du Borinage, Bruxelles, 1993, 2e éd.
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. II, p. 160

Monument Henri De Gorge

Monument Henri De Gorge

Map

Carte : 
Adresse : 
au cœur de la cour principale du site industriel – Grand-Hornu (Rue Sainte Louise 82, 7301 Boussu)
Titre alternatif : 
DEGORGE Henri
Image : 
Monument Henri De Gorge
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 

DE GORGE Henri

dit DE GORGE-LEGRAND

Orsinval (Villers-Pol) 12/02/1774, Hornu 22/08/1832

S'abonner à RSS - Grand-Hornu