VAN NECK Joseph

FRÈRE-ORBAN Walthère

Monument Frère-Orban, réalisé par Paul Du Bois, avec l’aide de l’architecte Joseph Van Neck, 27 septembre 1931.

La dédicace figurant sur le monument Frère-Orban installé au boulevard d’Avroy est inversement proportionnelle à l’allure générale de l’œuvre réalisée par le sculpteur Paul Du Bois et l’architecte Joseph Van Neck :
A
FRERE-ORBAN
1812-1896

Le personnage honoré est-il à ce point connu qu’aucun autre commentaire n’est nécessaire ? Si tel est le cas, pourquoi a-t-il fallu attendre plus de trente ans après sa mort pour inaugurer son monument ? La posture de la statue – Frère-Orban est représenté les bras croisés sur sa poitrine – semble même illustrer une forme d’impatience. À son décès, en 1896, les éloges de circonstances n’avaient pas manqué de mettre en évidence le parcours politique remarquable du Liégeois. Avocat, il avait contribué à la rédaction de la Charte libérale en 1846 et était entré à la Chambre des représentants l’année suivante : sans interruption, il allait y siéger jusqu’en 1894. D’emblée, il s’était vu confier des responsabilités ministérielles et il avait fait partie de tous les cabinets libéraux qui avaient marqué l’histoire politique belge du XIXe siècle. En charge des Travaux publics (1847-1852), puis des Finances (1857-1867), il s’était vu confier la direction du Cabinet libéral – l’équivalent de premier ministre – de 1867 à 1870 et de 1878 à 1884. Ardent défenseur du libre-échange et de l’enseignement public, créateur de la Banque nationale, de la Caisse d’Épargne et du Crédit communal, il n’avait jamais caché ses réticences à l’égard d’un suffrage universel sans conditions. L’échec électoral de 1884 plongea cependant le parti libéral dans les affres de l’opposition et Frère-Orban devint le primus inter pares. Traversé par des courants idéologiques de plus en plus distants, son parti restera prostré dans l’opposition jusqu’à la Grande Guerre : ce climat était par conséquent peu propice à l’exaltation du dernier premier ministre libéral wallon du XIXe siècle, d’autant que le paysage politique ne paraissait pas devoir évoluer.
D’autres villes wallonnes que Liège vivaient la même atmosphère politique ; cela n’avait pas empêché Verviers d’honorer Ortmans-Hauzeur, Ohain la famille Mascart, Tournai Jules Bara sans omettre l’inauguration, en 1905, du monument Charles Rogier… dans la cité ardente à l’entrée du parc d’Avroy. Là, déjà, près de 30 ans s’était écoulé, avant que le prétexte du 75e anniversaire de la Belgique ne conduise à honorer cette autre personnalité libérale de Liège. Libéral doctrinaire, l’ancien bourgmestre Julien Warnant avait pris la tête, en 1897, du comité chargé d’ériger le monument Frère-Orban. En 1910, Paul Van Hoegaerden lui succède sans plus d’efficacité, même si le projet dessiné par Paul Du Bois paraît déjà validé. Cependant, si libéraux et socialistes forment cartel pour gagner les élections, le POB – dont le premier objectif est d’obtenir le suffrage universel pur et simple – n’oublie pas que Frère-Orban en fut un ardent opposant ; et son anticléricalisme forcené n’a pas non plus été oublié par les catholiques. Après la Grande Guerre, les autorités communales et provinciales liégeoises apportent leur soutien au comité du monument Frère-Orban désormais dirigé par Émile Digneffe. S’appuyant sur un capital important obtenu par souscription publique, le Comité peut enfin aboutir : un an après les festivités du centième anniversaire de la Belgique, le monument est inauguré le 27 septembre 1931, soit dans le cadre des Fêtes de Wallonie qui commencent progressivement à se développer dans tout le pays wallon. La famille libérale surtout s’est rassemblée pour entendre les discours de Paul Hymans et du bourgmestre Xavier Neujean. La franc-maçonnerie est aussi présente.
La lecture du monument conforte les réticences affichées par les opposants politiques. La statue de Frère-Orban illustre forcément l’homme d’État ; plutôt que l’impatience, ses bras croisés indiquent l’élan que l’orateur, le front haut et dominateur, a donné à tout un pays. En témoignent les deux allégories de la Belgique placées à la droite et à la gauche du décideur. Éplorée et assise, la femme de gauche représente l’état du pays avant que n’intervienne Frère-Orban ; son mécontentement disparaît complètement grâce aux réformes introduites par le leader libéral ; debout, admirative, l’allégorie de droite tente de rassembler sur sa seule personne toutes les facettes du contentement que peut exprimer le sculpteur. Sur la face arrière, le bas-relief illustre encore les bienfaits attribués à Frère-Orban, le progrès social, l’abolition des octrois en 1860, la caisse d’épargne publique, etc.
À l’heure où le monument est enfin inauguré, Paul Dubois (Aywaille 1859 – Uccle 1938) est un sculpteur reconnu, qui a signé une œuvre variée et abondante (près de 200 sculptures), confirmant les espoirs mis en lui par ses formateurs. En 1884, le prix Godecharle l’avait placé d’emblée parmi les sculpteurs les plus prometteurs de sa génération. C’est de cette époque que remonte cette signature – Du Bois – qui doit lui permettre de se distinguer de son parfait homonyme français, voire de Fernand Dubois. Originaire d’Aywaille, formé à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles (1877-1884), il a été l’élève de Louis François Lefèbvre, de Jean-Joseph Jaquet et d’Eugène Simonis, avant de profiter des conseils de Charles Van der Stappen. Après trois années passées à visiter les musées d’Europe, l’artiste wallon installe son propre atelier à Bruxelles, avec Guillaume Van Strydonck. Ouvert à l’avant-garde sans renier son attachement à la Renaissance, membre-fondateur du groupe bruxellois d’avant-garde le Cercle des XX, puis de la Libre Esthétique, il excelle dans les portraits quand lui parviennent les premières commandes officielles de la ville de Bruxelles. Sans abandonner des œuvres de son inspiration qui sont remarquées et primées lors de Salons et d’Expositions à l’étranger, il réalise le monument Félix de Mérode (Bruxelles, 1898) qui symbolise le début de son succès. En 1900, il est nommé professeur à l’Académie de Mons (1900-1929) et, deux plus tard, il est chargé du cours de sculpture ornementale (1902-1905), puis de sculpture d’après l’antique (1905-1910) à l’Académie de Bruxelles où il reste en fonction jusqu’en 1929. En 1910, il succède à Charles Van der Stappen à l’École des Arts décoratifs. Vice-président du jury d’admission des œuvres pour le Salon des œuvres modernes de l’Exposition internationale de Charleroi (1911), il signe plusieurs monuments commémoratifs à Bruxelles et en Wallonie (Alfred Defuisseaux à Frameries en 1905, Antoine Clesse à Mons en 1908, de la Chanson wallonne à Tournai en 1931), ainsi que des bijoux, des médailles (dont celle de l’Exposition universelle de Liège en 1905) et des sculptures allégoriques variées. Le monument Frère-Orban est une synthèse aboutie du savoir-faire du sculpteur qui a été aidé par l’architecte Van Neck pour la partie inférieure du monument. En forme d’hémicycle, le soubassement en pierre de taille est précédé d’un large parterre, tandis que des effets d’escalier sont créés latéralement.

Joseph TORDOIR, Des libéraux de pierre et de bronze. 60 monuments érigés à Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, Centre Jean Gol, 2014, p. 94-100
http://search.arch.be/BE-A0510_000280_002648_DUT.ead.pdf
Jean-Jacques HEIRWEGH, Patrons pour l’éternité, dans Serge JAUMAIN et Kenneth BERTRAMS (dir.), Patrons, gens d’affaires et banquiers. Hommages à Ginette Kurgan-van Hentenryk, Bruxelles, Le Livre Timperman, 2004, p. 434
Charles BURY, Les Statues liégeoises, dans Si Liège m’était conté, n°35, printemps 1970, p. 11
Nicole LUBELSKI-BERNARD, dans Nouvelle Biographie nationale, 1990, t. II, p. 161-171
Jean-François POTELLE (dir.), Les Wallons à l’étranger, hier et aujourd’hui, Charleroi, Institut Destrée, 2000
Judith OGONOVSZKY, dans Jacques VAN LENNEP (dir.), La sculpture belge au 19e siècle, catalogue, t. 2, Artistes et Œuvres, Bruxelles, CGER, 1990, p. 374-378
Anne MASSAUX, dans Nouvelle Biographie nationale, t. 4, p. 142-145
Paul Du Bois 1859-1938, édition du Musée Horta, Bruxelles, 1996
Anne MASSAUX, Entre tradition et modernité, l’exemple d’un sculpteur belge : Paul Du Bois (1859-1938), dans Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, Louvain-la-Neuve, 1992, t. XXV, p. 107-116
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. 1, p. 517-518

Monument Frère-Orban

Monument Frère-Orban

Map

Carte : 
Adresse : 
boulevard d’Avroy – 4000 Liège
Titre alternatif : 
FRÈRE-ORBAN Walthère
Image : 
Monument Frère-Orban
Catégorie : 
Auteur de la fiche : 
S'abonner à RSS - VAN NECK Joseph