Composition du Parlement wallon (1992-1995)

La réforme institutionnelle de 1992-1993 consécutive aux accords de la Saint-Michel et de la Saint-Quentin accorde de nouvelles compétences à la Région wallonne et prévoit, à l’horizon 1995, l’élection directe de ses membres. La majorité reste constituée par le PS et le PSC.
Tentant d’anticiper les nouvelles échéances, plusieurs initiatives sont prises durant cette législature pour affirmer davantage l’institution wallonne dans le paysage politique belge. Sur le plan symbolique, on commence à abandonner les termes Conseil régional wallon et Exécutif régional wallon pour leur privilégier les expressions Parlement wallon et Gouvernement wallon. Ce dernier dispose d’ailleurs de nouveaux bâtiments, le long de la Meuse, qui prennent rapidement le surnom de l’Élysette. Quant à l’implantation de l’assemblée wallonne, elle donne lieu à un concours international dont le lauréat, le suisse Botta, propose un bâtiment imposant sur le site du Grognon. La législature s’achève sans que le dossier soit tranché.

Référence
Ency04

Institut Destrée (Paul Delforge et Marie Dewez) - Segefa (Pierre Christopanos, Gilles Condé et Martin Gilson)