Tournai

Code postal : 
7500

Immeuble, rue Saint-Martin, 48

Rue Saint-Martin 48, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument le 29 août 1988

Cette maison fait partie d’un alignement remarquable d’édifices caractéristiques de l’architecture louisquatorzienne. Elle a été, comme ses voisines (nos 44-46 et 50-58) construite en 1714 en réponse à la prise de la ville par Louis XIV en 1667. Ce dernier, désireux d’embellir la ville et de la moderniser, impose un règlement urbanistique. Selon ces nouvelles règles, les constructions devront dorénavant être édifiées en briques et pierre de Tournai (encadrement des baies et soubassement), les fenêtres libérées des croisées et enfin les toitures parallèles à la rue. Cette dernière règle a pour but de minimiser la propagation du feu de maison en maison par les greniers.

La façade, où sont encore bien visibles les restes d’un badigeon, comprend deux niveaux de cinq travées. Elle est percée d’une porte à emmarchement et imposte ainsi que de hautes baies à encadrement de pierre. La verticalité de la façade est soulignée par les montants continus des fenêtres, tandis que la division des étages est marquée par un cordon-larmier. L’édifice est surmonté d’une toiture en bâtière d’ardoises sur corniche éclairée de trois lucarnes à croupe.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Hôtel de maître, rue Saint-Martin, 47

Rue Saint-Martin 47, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument et site le 27 avril 1982

Cet ancien hôtel de maître, appelé hôtel Peeters, dévoile tout son intérêt lorsqu’on pénètre dans sa cour intérieure. Au fond de cette cour se dresse un corps de logis rectangulaire néoclassique recouvert d’un enduit clair, construit par Alexandre Decraene, élève de Bruno Renard. La façade s’élève sur deux niveaux de trois travées reposant sur un soubassement marqué par un cordon de pierre. La travée centrale est percée d’une porte précédée d’un portique orné de deux cariatides supportant un balcon formé d’une grille et de deux pots-à-feu. Les extrémités de la façade sont renforcées par des pilastres d’angle soutenant un entablement. Les baies du rez-de-chaussée sont en plein cintre, tandis que celles de l’étage ont un linteau droit. La toiture en bâtière d’ardoises est percée d’une unique lucarne. Lors de la restauration et de la réaffectation de l’hôtel en musée de la Marionnette, le bâtiment s’est vu complété d’un ajout contemporain en verre et métal. Derrière l’hôtel se trouve un parc donnant accès à la tour Saint-Georges, témoin fortifié de la première enceinte communale de Tournai.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Immeuble, rue Saint-Martin, 46

Rue Saint-Martin 46, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument le 29 août 1988

Cette maison fait partie d’un alignement remarquable de constructions caractéristiques de l’architecture louisquatorzienne à Tournai. Elle a été, comme ses voisines (nos 44 et 48-58) construite en 1714 en réponse à la prise de la ville par Louis XIV en 1667. Ce dernier, désireux d’embellir la ville et de la moderniser, impose un règlement urbanistique. Les nouvelles constructions devront être édifiées en briques et pierre de Tournai (encadrement des baies et soubassement), les fenêtres libérées des croisées et enfin les toitures parallèles à la rue. Cette dernière règle a pour but de minimiser la propagation du feu de maison en maison par les greniers.

L’édifice présente une façade badigeonnée de blanc de deux niveaux de quatre travées. Elle est percée d’une porte à emmarchement à haute imposte et de hautes baies à encadrement en pierre. La verticalité de la façade est soulignée par les montants continus des fenêtres, tandis que la division des étages est marquée par un cordon-larmier. L’édifice est surmonté d’une toiture en bâtière d’ardoises éclairée de deux lucarnes à croupe.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Immeuble, rue Saint-Martin, 44

Rue Saint-Martin 44, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument le 29 août 1988 et le 4 août 1989 (escalier)

Cet édifice fait partie d’un alignement remarquable d’habitations caractéristiques de l’architecture louisquatorzienne. Il a, comme les constructions voisines (du n° 46 au n° 58), été bâti en 1714 en réponse à la prise de la ville par Louis XIV en 1667. Ce dernier, désireux d’embellir la ville et de la moderniser, impose un règlement urbanistique qui veut que les nouvelles constructions soient édifiées en briques et pierre de Tournai (encadrement des baies et soubassement), les fenêtres libérées des croisées et enfin les toitures parallèles à la rue. Cette dernière règle a pour but de minimiser la propagation du feu de maison en maison par les greniers.

Cette façade de deux niveaux et de quatre travées est percée d’une porte à emmarchement et haute imposte ainsi que de hautes baies à encadrement de pierre. La verticalité de la façade est soulignée par les montants continus des fenêtres tandis que la division des étages est marquée par un cordon-larmier. L’édifice est surmonté d’une toiture en bâtière d’ardoises éclairée de deux lucarnes à croupe.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Ancien hôtel des Artilleurs

Rue Saint-Martin 40-42, 7500 Tournai (Belgique)

Classée comme monument le 22 août 1988

L’ancien hôtel des Artilleurs de la Garde civique présente une façade remontant probablement au XVIIIe siècle, composée de cinq travées de deux niveaux. Celle-ci est ouverte au rez-de-chaussée par un imposant portail en arc surbaissé. Ce niveau est surmonté d’un cordon profilé et d’un étage enduit datant du XIXe siècle. Les baies de l’étage présentent un encadrement en pierre dont les linteaux droits comptent en leur centre une clé trapézoïdale. Les allèges de ces mêmes baies sont ornées de panneaux moulurés en creux. Le bâtiment est couvert de deux croupes frontales en ardoises sur corniche profilée. La couverture de gauche est précédée d’un fronton triangulaire et celle de droite est percée d’une lucarne à croupe. La façade arrière est entièrement construite de briques. On y relève une fenêtre récente ainsi qu’une baie obturée munie d’un linteau sous arc de décharge.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Immeuble, rue Saint-Martin, 30

Rue Saint-Martin 30, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument le 17 mars 1980

Cet immeuble du XVIIIe siècle est constitué de quatre travées s’élevant sur trois niveaux dégressifs sur soubassement appareillé. La façade classique est caractérisée par son quadrillage rigoureux en calcaire contrastant avec les briques recouvertes d’un enduit blanc. La verticalité et l’horizontalité de l’ensemble sont soulignées par des bandeaux prolongeant les encadrements des percements au niveau des allèges et de l’entablement. L’édifice est couvert d’une toiture en bâtières d’ardoises à coyau percée de deux lucarnes à croupe.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Hôtel Duquesne

Rue Saint-Martin 28, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument et site (jardin) le 7 mai 1980

Cet ancien hôtel de maître classique a été construit en 1702 pour N.-F. de Saint-Genois. La façade en pierre et briques enduites se compose de six travées et deux niveaux. Elle est éclairée de baies de hauteur dégressive aux montants en harpe. Le frontispice, d’inspiration Louis XV, est orné de pilastres toscans et est ouvert d’un portail en anse de panier et d’une porte-fenêtre précédée d’un balcon avec grilles à volutes symétriques. Le fronton triangulaire comprend un tympan en pierre blanche sculptée figurant une coquille feuillagée. L’édifice est couvert d’une toiture en bâtière d’ardoises percée de deux lucarnes en pierre à fronton courbe.

La cour intérieure est bordée de quatre façades. La première est fort semblable à la façade à rue. La face est, de style Empire, ajoutée dans le premier tiers du XIXe siècle, cache un édifice du siècle précédent. Elle est composée de briques enduites sur deux niveaux et sept travées. La porte centrale est précédée d’un portique de petite dimension montrant deux colonnes ioniques supportant un balcon. Sous les seuils des baies du troisième niveau court une frise en rocaille stuquée finement travaillée.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Maison, rue Saint-Martin, 24

Rue Saint-Martin 24, 7500 Tournai (Belgique)

Classée comme monument le 17 mars 1980 (façade arrière principalement)

Cette façade du XIXe siècle enduite comporte trois travées. Elle s’élève sur deux niveaux à partir d’un haut soubassement de pierre appareillée qui remonterait au XVe siècle et où se distingue encore l’ouverture murée qui donnait accès à la cave (montants harpés, épais linteau composé de trois claveaux et écu arasé sur la clé). Le rez-de-chaussée est éclairé de deux baies rectangulaires sur seuils continus. À l’étage, les trois baies sont entourées d’un encadrement profilé. L’édifice est surmonté d’une croupe frontale en tuiles supportée par une corniche également profilée.

À l’arrière, le pignon comporte un arc trilobé en bois reposant sur des consoles de pierre. Sous celui-ci sont percées deux baies. Elles sont dotées d’un encadrement en bois qui répond aux traverses et aux petits-bois. Au deuxième niveau, les deux fenêtres sont jumelées et conservent leur châssis du XVIIIe siècle. À gauche subsiste un mur en briques assez haut, vestige d’une ancienne chapelle vouée à saint Éloi (1726). On peut y déceler trois grandes baies en plein cintre aux montants harpés ainsi qu’une corniche en pierre moulurée.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Église Saint-Jean de Tournai

Rue Saint-Jean, 7500 Tournai (Belgique)

Classée comme monument le 15 septembre 1936 (tour)

Située au cœur de l’ancien quartier des Chaufours, l’église Saint-Jean-Baptiste offre au regard un bel exemple de tour gothique en calcaire de Tournai et un contraste important avec la brique utilisée pour l’élévation de sa nef. Construite au XIVe siècle pour remplacer un sanctuaire du XIIe siècle, l’église, dont ne subsiste que cette tour gothique, n’a acquis son aspect actuel qu’en 1780, lors de l’ajout d’un vaste vaisseau en briques.

La tour, raidie par les contreforts d’angle peu saillants, compte quatre niveaux inégaux soulignés par des cordons larmiers. Le rez-de-chaussée est accessible par un portail surbaissé encadré d’une gorge et de tores sur base prismatique tandis que le premier étage est éclairé par une belle verrière à triple lancette également encadrée d’un tore et de gorges. Le dernier niveau est, quant à lui, percé sur chaque face de deux ouïes. Surplombant la tour, la haute flèche hexagonale est cantonnée de quatre pinacles à niche. La nef et ses collatéraux, en briques sur soubassement appareillé et couverts d’une bâtière d’ardoises, conservent par endroit les traces du stuc qui rehaussait certains éléments structurels ou décoratifs. L’intérieur est orné de stuc, colonnes toscanes, dalles en pierre bleue…

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Hôtel de maître, rue Saint-Jacques, 41

Rue Saint-Jacques 41, 7500 Tournai (Belgique)

Classé comme monument le 13 juillet 1987

Cet hôtel de maître, construit en 1704 pour le baron de Joigny, présente une typologie classique, entre cour et jardin. La cour intérieure quadrangulaire donne accès à un corps de logis en L ainsi qu’à une aile plus basse abritant les remises. Cette cour est fermée par un mur de clôture percé d’un porche en frontispice, flanqué des façades latérales des ailes. Celles-ci comportent deux travées où prennent place des baies à encadrement appareillé. L’ensemble est marqué par une certaine horizontalité, soulignée par des bandeaux peu saillants au niveau des linteaux et des seuils des baies. L’aile formant mur de clôture est rythmée de pilastres à refends et surmontée d’une balustrade. Elle accueille un porche de style Louis XIV présentant une large gorge et un couronnement courbe en larmier.

Le corps de logis s’étend sur six et sept travées. La porte, précédée de trois marches, est couronnée par un entablement profilé ainsi que par une porte-fenêtre précédée d’un balcon fermé par une balustrade. Les baies disposent d’encadrements appareillés, formant au premier étage des allèges ornées de balustres engagés. La façade côté jardin comprend neuf travées de deux niveaux.

Lieu : 
Auteur de la fiche : 
Carte : 

Pages

S'abonner à RSS - Tournai