CHÂTEAUBRIAND François-René (vicomte de)

Nassogne
Au Zéro – route de Lignières - 6951 Bande (Champlon)

Stèle en souvenir de Châteaubriand, réalisée à l’initiative de l’Académie luxembourgeoise, 21 août 1948.
 

 

Sur les hauteurs du village de Bande, dans un endroit particulièrement isolé, le lieu-dit Au Zéro accueille depuis 1948 une borne en souvenir de François-René vicomte de Châteaubriand (Saint-Malo 1768 – Paris 1848). Précurseur du romantisme français, grand nom de la littérature française, Châteaubriand évoque explicitement dans ses Mémoires d’outre-tombe le périple qui le conduit de Longwy à Namur, puis à Bruxelles et finalement à Jersey.
Dans ses jeunes années, celui qui n’a pas encore la notoriété que lui vaudront Atala (1801), René (1802), Génie du christianisme (1802) et ses Mémoires d’outre-tombe (1848) est un lieutenant au service du régiment de Navarre, qui arrive à Paris en 1788, participe aux États de Bretagne et, après avoir effectué un périple dans Le Nouveau monde retrouve Saint-Malo (mars 1792), avant de partir pour Paris « offrir son épée à Louis XVI » ; mais en juillet, fuyant la Terreur, il décide de rejoindre l’armée des émigrés à Coblence (juillet), en passant par Lille, Tournai, Bruxelles et Liège. Engagé dans les armées favorables au retour du roi de France contre les armées de la jeune République, Chateaubriand participe au siège de Thionville (août) et arrive à Verdun où, comme l’ensemble de la troupe il attrape ce qu’il appelle « la maladie des Prussiens ». L’armée de Condé étant licenciée, Châteaubriand obtient son congé le 16 octobre à Longwy et gagne directement Arlon. Il cherche alors à sortir de la République par le Nord et à gagner Jersey via Ostende, pour rejoindre les royalistes en Bretagne. Atteint aussi par la petite-vérole, Châteaubriand entreprend de traverser à pied le pays wallon ; il évoque explicitement Attert, Flamisoul, et un endroit nommé Bellevue atteint après six jours de voyage effectué de charrettes en charrettes.
Désormais, il se retrouve seul et obligé de marcher, s’appuyant sur une béquille. Gagné par la fièvre et la fatigue, celui qui tient dans sa besace les premiers pages d’Attala s’évanouit soudain au bord du chemin et la mort l’eut cueilli si des hommes du Prince de Ligne ne l’avaient ramassé et ramené à la vie. Une fois soigné, il gagne Namur où il est aidé par de nombreuses habitantes de la cité, Bruxelles et Jersey convalescent. Châteaubriand met alors un terme à sa carrière militaire. Il vit ensuite à Londres jusqu’en 1800 et y publie son premier ouvrage, un essai historique mais surtout politique. De retour à Paris, il y dirige le Mercure de France et y publie ses premières œuvres déjà citées, de même que son Itinéraire de Paris à Jérusalem, dont il a trouvé l’inspiration lors d’un périple dans l’est de la Méditerranée en 1806.
En lisant avec attention le chapitre 1 du livre 10 des Mémoires d’outre-tombe, on ne trouve à aucun endroit une mention explicite du lieu-dit Au Zéro. C’est pourtant dans ce coin perdu qu’est inaugurée la stèle Châteaubriand, le 21 août 1948, soit quasiment un siècle, presque jour pour jour, après la mort de l’écrivain (4 juillet 1848). Pour l’occasion s’est déplacé un aéropage de personnalités dont le ministre C. Hysmans, l’ambassadeur de France à Bruxelles, ainsi que de nombreux écrivains et amis des lettres dont Carlo Bronne, Thomas Braun, Gustave Charlier et bien sûr Pierre Nothomb, président de l’Académie luxembourgeoise depuis le 25 avril 1948. Après avoir commémoré en 1947 le passage de Pétrarque en Ardenne, la dite Académie plante dans le sol wallon une nouvelle « borne au sceau du génie latin ».
Comment l’Académie a-t-elle identifié l’endroit ? Cela reste un mystère, même si aujourd’hui les offices du tourisme, se référant à Émile Tandel, affirment que Châteaubriand fit halte au Zéro, dans ce petit hameau qui comptait alors trois maisons dont une auberge. Placé sur l’ancienne voie de circulation nommée « Vieille Pavée » ou « Route Marie-Thérèse », le bourg aujourd’hui disparu avait déjà vu s’arrêter l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche lors d’un périple sur ses terres d’en bas. À son tour, Châteaubriand est accueilli, logé et surtout soigné en ce lieu qui, en 1948, est surtout reconnu comme un haut lieu de la Résistance active durant la Seconde Guerre mondiale. Au-delà de la localisation, on peut aussi s’interroger sur la nature du message véhiculé par cette simple stèle de schiste, où les mentions sont réduites au minimum :

CHÂTEAUBRIAND
1792

L’Académie luxembourgeoise voulait-elle célébrer le lieu de (re)naissance de Châteaubriand, écrivain en devenir alors au bord de la mort ? Entendait-elle rendre hommage dans un même ensemble à la Résistance, à la France (représentée officiellement par l’ambassadeur et comte de Hautecloque) et à Léopold III ? On peut le supposer en ces années d’immédiat après-guerre marquées notamment par la question royale, même si la valorisation du Luxembourg est au cœur de la reconstitution historique réalisée par les Compagnons de Saint-Lambert, à l’occasion de l’inauguration officielle du monument.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
La Vie wallonne, 1948, III-IV, n°243-244, p. 276-277
Émile TANDEL, Les communes luxembourgeoises, 1870
http://www.tourisme-marche-nassogne.be/fr/decouvertes-a-loisirs/patrimoine-et-nature/item/17820-lieu-dit-au-zero-et-stele-chateaubriand (s.v. mars 2015)
http://www.ebooksgratuits.com/ebooksfrance/chateaubriand_memoires_outre-tombe.pdf
Les Cahiers de l’Académie luxembourgeoise, Chronique 1938-1958, Arlon, Fasbender, 1959, nouvelle série 1, p. 16

 

Stèle Châteaubriand (Bande - Champlon)

Stèle Châteaubriand (Bande - Champlon)

Paul Delforge