COLLET Paul

Nivelles
parc de la Dodaine – Nivelles 1400

Monument Paul Collet ; 21 septembre 1969.
Réalisé par Georges Aglane.

Espace public destiné à la rencontre et au loisir du plus grand nombre, le parc de la Dodaine, créé au début du XIXe siècle par le premier maire de la municipalité, offre de nombreuses possibilités de mise en évidence « d’un panthéon nivellois », soit par des statues, soit par des plaques mémorielles inaugurées à diverses époques. C’est ainsi qu’un carré est dédicacé à plusieurs plaques commémoratives d’illustres habitants de la cité : s’y retrouvent, dans un espace aéré, les Wallons Albert du Bois, Franz Dewandelaer et Paul Collet. Sur une pelouse, devant un buisson de charmes, à quelques centimètres du sol, la plaque est ainsi mise en évidence et visible par tous. On peut y lire, en lettres d’or, à côté d’une de ses illustrations de Nivelles :

« A PAUL COLLET 1889-1952
AVOCAT, HOMME DE LETTRES, IMAGIER DE
NIVELLES ET DU ROMAN PAYS
DE BRABANT, DÉFENSEUR DE
LA TERRE WALLONNE ET DE LA
PENSÉE FRANÇAISE ».

Docteur en Droit de l’Université catholique de Louvain, avocat avoué à Nivelles, Paul Collet a consacré ses plus belles heures à sa ville natale qu’il illustre tant par ses talents littéraires qu’artistiques (croquis, illustrations à l’encre de chine, eaux-fortes, aquarelles, pastels, lithographies, clichés photographiques). « Imagier du Roman Pays », comme le surnommaient ses amis, dont Georges Willame, Paul Collet est le fondateur et principal rédacteur de revues nivelloises avant la Grande Guerre, et un actif collaborateur de diverses revues wallonnes dont La Terre wallonne d’Élie Baussart, par la suite. En 1917 et 1918, il s’occupe activement de l’accueil des réfugiés français du Nord et du Pas de Calais. Il s’agit là de l’une de ses nombreuses manifestations de sa francophilie ; en contact avec plusieurs cercles culturels français, il a été un ardent propagandiste de la culture française, récompensé de la Légion d’honneur en 1939 (chevalier). Professeur d’histoire de l’art en amateur éclairé, mais surtout avocat, juge suppléant en première instance et bâtonnier, Paul Collet est encore le délégué de Nivelles à l’Assemblée wallonne (1921-1940) et membre de son Bureau permanent. Régionaliste unioniste, il est le pionnier des fêtes de Wallonie à Nivelles ; en 1928, il crée en effet le Comité de Wallonie qui institue la Fête de la Wallonie à Nivelles. Séduit par le discours de Degrelle, ce catholique accepte d’être candidat rexiste dans l’arrondissement de Nivelles en 1936. Élu député, il représente le Roman pays de Brabant à la Chambre jusqu’en 1939. En désaccord avec le chef de Rex, il quitte alors ce parti. Après un court exil en France durant les premières semaines de la Seconde Guerre mondiale, il passe la guerre à Nivelles où il vit dans la clandestinité. À la Libération, il est à nouveau désigné par ses pairs comme bâtonnier de l’Ordre (1948).
Le 21 septembre 1969, un hommage officiel appuyé est rendu à Paul Collet, tant au Nivellois qu’au Wallon. À l’hôtel de ville de Nivelles, une foule nombreuse assiste à une séance académique qui associe dans un même hommage Paul Collet et la Fête de la Wallonie qu’il avait créée dans sa cité dès les années 1920. Au-delà de la personnalité de Paul Collet, la manifestation organisée en 1969 vise à affirmer l’appartenance à la Wallonie de l’arrondissement de Nivelles, en d’autres termes le Roman pays de Brabant, au moment où les parlementaires débattent d’une réforme de l’État et de la révision de la Constitution.
Sans conteste, l’hommage de Nivelles à Paul Collet doit beaucoup à Émile Delvaille, ancien résistant, président de la section de Nivelles de Wallonie libre et conseiller communal, qui a su convaincre les échevins Vander Heggen et Hemberg. Après la séance académique matinale, le mémorial Paul Collet est officiellement inauguré l’après-midi dans le parc de la Dodaine, en présence des autorités communales et du sculpteur nivellois Georges Aglane (1912-1994) qui signe le monument.
Aussi connu sous le pseudonyme d’Aglane de Nivelles, ce peintre, dessinateur, graveur, médailleur et sculpteur nivellois a reçu sa formation au sein de l’Académie de sa ville natale, avant de se rendre à Namur et à Bruxelles où il a bénéficié des conseils d’Émile Fabry et d’Anto Carte. Choisissant la femme comme modèle quasi exclusif, il fait varier son style entre classicisme et onirisme. Très attaché à la cité des Aclots, Aglane participe à la décoration de la collégiale (les blasons), surtout à la restauration de l’église de Bornival (série de bas-reliefs) et est aussi l’auteur de plusieurs portraits et de paysages où apparaît Nivelles. Choisi pour le mémorial Collet, il grave la stèle de la mention citée ci-dessus (en accord avec le comité organisateur et l’un des fils Collet) et y reproduit fidèlement un dessin de Paul Collet. Une vingtaine d’œuvres d’Aglane ont été léguées aux autorités nivelloises et plusieurs dizaines d’autres à l’asbl Arthémis. Pour certains critiques d’art, le talent d’Aglane n’était guère éloigné de celui d’un Magritte ou d’un Delvaux. Sans être véritablement surréaliste, son œuvre pêche par l’absence d’un trait récurrent permettant une identification… automatique.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Archives Paul Collet, 14-22, Chemise Commémoration 1969, notamment article du Peuple, 24 septembre 1969
Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse (1994)
Paul DELFORGE, Essai d’inventaire des lieux de mémoire liés au Mouvement wallon (1940-1997), dans Entre toponymie et utopie. Les lieux de la mémoire wallonne, (actes du colloque), sous la direction de Luc COURTOIS et Jean PIROTTE, Louvain-la-Neuve, Fondation Humblet, 1999, p. 285-300
Paul DELFORGE, Paul Collet, dans Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, Institut Destrée, 2000, t. I, p. 293-294
Georges LECOCQ, Pierre HUART, Dis, dessine-moi un monument… Nivelles. Petite histoire d’une entité au passé bien présent, Nivelles, Rif tout dju, mars 1995, p. 10
Paul PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003, t. I, p. 19
http://www.aglane.com/ (s.v. avril 2015)

Monument  Paul Collet

Monument  Paul Collet

Paul Delforge