LEBEAU Joseph

Huy
avenue Godin-Parnajon – 4500 Huy

Statue Joseph Lebeau, réalisée par Guillaume Geefs, 16 août 1869.

Située au cœur d’une place transformée en rond-point, à l’intersection des avenues Godin-Parnajon, Ch et L. Godin, Delchambre et Joseph Lebeau, à Huy, une imposante statue émerge dans le paysage urbain, rendant hommage à « l’un des pères de la Belgique de 1830 », le hutois Joseph Lebeau (1794-1865). Très vite après son décès, les autorités communales ont pris l’initiative d’ériger un monument à la mesure de leur concitoyen disparu. Le sculpteur Guillaume Geefs fut chargé du bronze, tandis que le piédestal était dessiné par Vierset-Godin. L’inscription est minimaliste :
« A Joseph Lebeau ».
L’inauguration ne tarde guère : le 16 août 1869, à une date qui ne correspond à aucun élément biographique de Lebeau, c’est en grandes pompes que les autorités locales célèbrent l’achèvement du monument. Vêtu d’une longue veste où sont représentées ses principales décorations, Joseph Lebeau se tient debout, la main droite légèrement tendue vers l’avant, tandis que la gauche tient un document qui évoque le texte de la Constitution belge. À l’arrière de sa jambe gauche, un bloc rectangulaire présente les armoiries belges sur ses côtés ; il est recouvert d’un drap. Quant au visage de Lebeau, il présente des traits fermes et décidés.
L’œuvre est due au sculpteur anversois Guillaume Geefs (1805-1883), qui signe sa réalisation par la mention « Gme Geefs/statuaire du roi/Bruxelles » gravée dans le bronze. Formé à l’Académie d’Anvers, le jeune Geefs avait été très rapidement repéré par ses professeurs ; une bourse lui a permis de parfaire sa formation à Paris et, à son retour, il était nommé professeur de sculpture à l’Académie d’Anvers (1833-1840). Membre de la classe des Lettres de l’Académie dès 1845, il la préside de 1858 à 1883. Il était membre de l’Institut de France. Présent dans différents salons, il s’impose avec le modèle de la statue du Général Belliard et le monument funéraire du comte Frédéric de Mérode. Le jeune royaume de Belgique venait de trouver l’un de ses sculpteurs capables de figer dans la pierre (ou le bronze) les personnes et les événements les plus illustres du pays. Répondant aux multiples commandes destinées à orner les églises, les places, les édifices, les cimetières ou les salons de toute la Belgique, il livre à Anvers une statue de Rubens (1840) et à Liège, celle de Grétry (1842), avant de réaliser de nombreuses statues de Léopold Ier. C’est donc un artiste renommé qui réalise, pour Huy, la statue en l’honneur de celui qui contribua à la naissance de la Belgique et qui, lui aussi, fut un proche du premier roi des Belges.
Joseph Lebeau avait vingt ans quand fut constitué le Royaume-Uni des Pays-Bas. Jeune universitaire, diplômé en Droit de l’Université de Liège en 1819, il se passionne pour la politique et va être un acteur décisif dans les événements de 1830 et 1831. Député du Congrès national, il est membre de la Commission chargée de rédiger le projet de Constitution pour le nouvel État, étape décisive de la vie de Lebeau que G. Geefs a illustrée. Partisan d’un statut de monarchie constitutionnelle, il est ministre des Affaires étrangères durant la Régence et, tacitement, occupe le poste de chef du gouvernement jusqu’à la prestation de serment du roi Léopold. Ministre à plusieurs reprises, premier gouverneur de la province de Namur (1834-1840), il dirige le tout premier et éphémère gouvernement libéral homogène (1840-1841). Député jusqu’en 1863, il représente tour à tour Huy (1831-1833), Bruxelles (1833-1848) et Huy (1848-1864). En 1857, il est nommé Ministre d’État.
À de multiples reprises, le monument Lebeau a été l’objet de commémorations. Ainsi, par exemple, dans les années soixante, à la fin septembre, les militants wallons de Huy, qu’ils soient de Wallonie libre ou du Rassemblement wallon, s’y donnaient rendez-vous. Autre exemple, en septembre 1994, ce sont les autorités locales qui organisent une manifestation à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Joseph Lebeau. Une plaque est alors apposée sur le piédestal, mentionnant une citation datant de 1819 :

 « Tous les hommes ont la même origine, la même
patrie, les mêmes droits.
L’humanité est aussi outragée sur les rives du
Tage, du Bosphore, de la Plata, du Sénégal,
qu’elle le serait sur les bords de la Meuse et de
la Seine, et pour nous, le jour de la victoire doit
être celui où le sang des hommes sera partout
respecté et leurs droits reconnus et sanctionnés
sur les deux hémisphères.
Joseph Lebeau, 1879.

Bicentenaire de la naissance de Joseph Lebeau, inauguré
Le 27-9-1994 par Madame Anne-Marie Lizin-
Vanderspeeten députée-bourgmestre de Huy »

Sybille VALCKE, dans Jacques VAN LENNEP, La sculpture belge au 19e siècle, catalogue, t. 2, Artistes et Œuvres, Bruxelles, CGER, 1990, p. 415-417
A. FRESON, dans Biographie nationale, t. XI, 1890-1891, col. 503-517
Joseph Lebeau Recueil d’articles sur Joseph Lebeau 1794-1865, Huy, 1980
Joseph Lebeau. Commémoration du centième anniversaire de sa mort en 1865. Expositions de documents. Catalogue par R. Thielemans, Conservateur aux Archives générale du royaume, Bruxelles, 1965

Monument Joseph Lebeau

Monument Joseph Lebeau

Paul Delforge