Victor Beauduin

Rosoux 13/04/1845, Ixelles 09/11/1904

Depuis les années 1820, Jean-Joseph Beauduin (1790-1861) exploite un moulin, ainsi que la ferme du château de Fumal, sur les terres de la riche Hesbaye, avant de reprendre l'exploitation de la ferme du château de Rosoux puis de construire sa propre ferme au centre de Rosoux. A sa mort, ses trois fils connaissent une destinée exceptionnelle, contribuant à doter de racines wallonnes l'épopée industrielle de la sucrerie de Tirlemont.
À côté de Jean-Joseph et de Jules, Victor entreprend des études à l’Université de Louvain. Docteur en Droit (1865), il fait un stage à la sucrerie de Rosoux que dirige son frère Jules, avant de prendre la succession de Henri Vinckenbosch – son fondateur – à la tête de la sucrerie de Tirlemont et ce qui allait devenir la Raffinerie Tirlemontoise. Désigné en 1880 secrétaire de la Société Générale des Fabricants de Sucre et directeur du journal La Sucrerie belge (1880-1890), il contribue à l'étonnante aventure de l'entreprise de fabrication de sucre en s'intéressant particulièrement aux progrès de la chimie. Membre honoraire et fondateur de l’Association belge de Chimistes et membre de la Société Technique et Chimique de Sucrerie de Belgique, il marque assurément son époque au point d'être élu à la fois comme bourgmestre de Tirlemont (1892-1904) et à la Chambre (1900-1904) comme représentant libéral de l'arrondissement de Louvain.

Daniel PIROTTE, Les Beauduin, dans Grands hommes de Hesbaye, Remicourt, éd. du Musée de la Hesbaye, 1997, p. 7-12.
Hendrik DEELSTRA, Michel PÉTERS, L'Ecole sucrière belge de Glons, dans Studium 3, 2008, p. 226-230.
Y. STINGLHAMBER, Beauduin, Victor-François-Joseph, dans Biographie nationale, t. XXXIX (1976), col. 105-107

Paul Delforge, septembre 2012