BÉRÉGISE

Près d’Emptinne vers 670, Saint-Hubert (lieu supposé) après 725

Le fondateur de l’abbaye de Saint-Hubert porte le nom de Bérégise. Pourtant, aux origines, l’abbaye porte un autre nom qu’aujourd’hui et peu de choses rappellent l’activité de Bérégise.
Après une formation au monastère de Saint-Trond, ce dernier est ordonné prêtre, entre à la cour du maire du palais, Pépin de Herstal, et devient un aumônier bénéficiant d’une grande influence auprès du prince. En 687, Pépin charge d’ailleurs Bérégise de réunir, au milieu de la forêt ardennaise, une première communauté religieuse et lui accorde une charte de fondation. Bérégise fonde ainsi l’abbaye d’Andage, qui porte ce nom en raison du ruisseau qui y coule. Plus tard, l’abbaye deviendra celle de Saint-Hubert.
Au tournant des VIIe et VIIIe siècles, les clercs réguliers qui s’établissent à Andage sont placés sous la direction de Bérégise. Celui-ci reste le supérieur de l’abbaye jusqu’à sa mort, survenue après 725 et semble-t-il avant 746. Dans le premier quart du IXe siècle, l’évêque de Liège Valcand décida de remplacer les chanoines réguliers d’Andain par une colonie de Bénédictins.

Eugène COEMANS, dans Biographie nationale, t. 2, col. 173-174
Léopold GENICOT (dir), Histoire de la Wallonie, Toulouse, Privat, 1973, p. 99
Pierre-Auguste-Florent GÉRARD, Histoire des Francs d’Austrasie, t. 1, p. 383 et sv.

Marie Dewez, décembre 2014