Jacquema(r)t Cuvelier

Tournai date inconnue, lieu inconnu 1387

Dès le XIVe siècle, les cours princières d’Europe repèrent de jeunes artistes et les attirent chez eux, souvent très jeunes. C’est le cas d’un Tournaisien dont l’orthographe du nom n’est pas fixée : Jacquema(r)t Cuvelier, ou Cimeliers voire Cuneliers; il apparaît aussi sous le nom de Matthis Cuvelier et on lui attribue aussi les prénoms de Jean, Charles, Jacques, voire Jacquelot. Quoi qu’il en soit, ce trouvère se signale lorsqu’il est au service de Bertrand du Guesclin, un grand de France qui se signale par ses exploits durant la Guerre de Cent ans. Après la mort de ce connétable de France sur un champ de bataille en 1380, Cuvelier lui consacre un poème épique, Chronique de Bertrand de Guesclin, où il décrit la vie du personnage tout en apportant un témoignage sur d’autres aspects de la vie de son époque, sur celle des musiciens et surtout sur les pratiques musicales ; les commentaires qu’il apporte sont d’un grand intérêt pour les musicologues. On lui attribue avec certaines réserves cette longue chanson de geste comportant plus de 23.000 alexandrins.

Entre-temps, Cuvelier a fait son entrée comme poète à la cour de Charles V, et se fait liseur de textes ou compositeur depuis 1372. Nous sont ainsi parvenues quatre balades qui figurent dans le codex Chantilly. Leur rythme est extrêmement complexe. L’une d’elles, Se Galaas et le puissant Artus, fait référence à Gaston Phébus, comte de Foix. Une dernière balade de Cuvelier, En la saison que toute riens s’encline, est dédiée à Olivier du Guesclin, le cousin du capitaine, et à sa mère, mais la musique n’est pas du Tournaisien, mais de Hymbert de Salinis. Dans sa trilogie sur la Guerre de Cent Ans (publiée entre 1976 et 1978), l’écrivaine néerlandaise Thea Beckman attribue à Cuvelier un rôle-clé dans son roman historique.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée 
La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. II
Jean-François POTELLE (dir.), Les Wallons à l’étranger, hier et aujourd’hui, Charleroi, Institut Destrée, 2000
La Chronique de Bertran du Guesclin par Cuvelier, éditée par E. Charribre, Paris, 1839
Carmen GOMEZ, Les musiciens du roi de Portugal : une mention de Jacquemart le Cuvelier, dans Revue de musicologie, t. 73, n° 1, 1987, p. 99-106.

Paul Delforge, septembre 2012