Robert COLINET (lignée Gilles Colnet)

Leernes c. 1430 – Barbençon fin du XVe siècle/début du XVIe siècle

À la suite des sérieux doutes émis sur les travaux de Raymond Chambon (par J-A. Page et J. Lefrancq), les recherches sérieuses menées par Benoît Painchart et publiées notamment par la revue Éclats de verre montrent que, dans le dernier quart du XIVe siècle, il existe dans le pays de Chimay trois branches distinctes de la famille Colinet : l’une, établie à Bourlers, est active dans la menuiserie ; une autre, établie à Macon, fournira des agents administratifs ; enfin, celle établie à Momignies sera active dans la fabrication du verre et, très vite, pour diverses raisons, cette dynastie de verriers essaimera dans le pays wallon. Ainsi, dès le XVe siècle, trouve-t-on des Collinet/Colnet à Leernes dans le pays de Liège, ainsi que dans le comté de Namur, dans le pays de Brabant et dans la région de Barbençon. Comme l’a indiqué Benoît Painchart, les pseudo-origines italiennes des Colinet n’ont aucun sens.

Fils d’un Jehan Colinet, Robert Colinet (Leernes c. 1430 – Barbençon fin du XVe siècle/début du XVIe siècle) est le premier maître de verrerie identifié en terre de Barbençon, où il s’est établi entre 1490 et 1517, du temps de Louis de Ligne. Autour de plusieurs fours à verre, cette branche des Colnet restera active et prospèrera à Barbençon/Froidchapelle, où plusieurs fours à verre fonctionnent jusqu’en 1715. En soit, il s’agit là d’une exceptionnelle sédentarité dans un secteur de la verrerie forestière habituée à se déplacer tous les vingt ans. D’autre part, Barbençon s’impose alors comme le « principal pôle verrier et réservoir des Colinet au XVIe siècle » (PAINCHART, 4, p. 19).

À cette longue implantation à Barbençon contribue une succession de Colinet, dont Gilles (c. 1470 – après 1533), fils de Robert, et les petits-fils de ce dernier, à savoir Nicolas (Barbençon c. 1500-1572), Adrien I (Barbençon s.d. – apr. 1559), François (Barbençon s.d. – apr. 1559) et Engrand ou Enguerrant (Barbençon s.d. – apr. 1559). En 1559, les quatre frères ont reçu la confirmation par Philippe II des privilèges accordés à la fin du siècle précédent à leurs ancêtres maîtres-verriers et si Nicolas comme Adrien sont identifiés à Barbençon, il semble que François et Enguerrant travaillent aussi à Momignies.
En ce milieu du XVIe siècle, les Colinet sont déjà à la tête d’un important réseau international verrier, disposant d’implantations de part et d’autre de toutes les frontières existant à l’époque ; au prix d’une forte endogamie, les Colnet conserveront le contrôle de l’activité verrière dans le pays wallon pendant plusieurs générations. Face à une demande toujours plus pressante, les Colnet offrent une qualité reconnue. Lors de son passage dans les Pays-Bas méridionaux, l’historien Louis Guichardin a été frappé par la supériorité du verre à vitre produit à Barbençon, comparé à celui de Hesse voire à celui de Lorraine ou provenant de Normandie. Avec leur technique de verre à boudine, les Colnet détiennent alors quasi le monopole sur le marché des provinces romanes, trouvant leur clientèle auprès des grandes familles seigneuriales. Aux privilèges liés à leur activité, les verriers Colnet ajouteront de nombreux biens et propriétés qui, au XVIIe siècle, les identifient à la noblesse.
 
Les origines et les activités des Colnet font l’objet de débats depuis de très nombreuses années ; ils sont loin d’être terminés. En effet, depuis le début du XXIe siècle, les écrits de Raymond Chambon sont très sérieusement remis en cause. Or, son ouvrage de synthèse sur l’histoire du verre en Belgique est une référence qui pèse lourdement sur la vision traditionnelle de l’histoire du verre dans le pays wallon, en particulier dans la région de Chimay. On restera par conséquent attentif à toute nouvelle information permettant de cerner parfaitement les activités des Colnet, ceux de la branche de Barbençon en particulier.

Benoît PAINCHART, L’activité verrière des Colinet au Sart de Chimay, XIIIe-XVIIe siècles, cinq articles répartis  dans la revue Éclats de Verre, du n°21 au n°25, mai 2013-mai 2015, en particulier la deuxième partie : En quête de vérités, les preuves de la non-existence de Verreries au Surginet et au Fourmathot au XVIe siècle, dans Éclats de Verre, novembre 2013, n°22, p. 34-46 ; la troisième partie : En quête de découvertes, les voirreries de Barbençon et l’enracinement méconnu des Colinet aux limites des terres de Barbençon et de Beaumont, dans Éclats de Verre, mai 2014, n°23, p. 8-16
Benoît PAINCHART, Les Colinet non verriers et leur diffusion en terres de Chimay, de Trélon et d’Etroeungt, XIVe-XVIIe siècles, dans L’Avesnois. Bulletin du Cercle historique et généalogique de Berlaimont, septembre 2013, n°31, p. 33-45
Janette LEFRANCQ, Apports et incidences de l’œuvre de Raymond Chambon sur l’histoire de la verrerie en Belgique, dans Annales du XVIIe Congrès de l’AIHV (qui a eu lieu à Anvers en 2006), Anvers, 2009, p. 339-343
Jutta-Annette PAGE, The ‘Catalogue Colinet’ : a mid-16th-century manuscrit ?, dans Johan VEECKMAN (dir.), Majolique et verre de l'Italie à Anvers et au-delà : la diffusion de la technologie au XVIe et au début du XVIIe siècle, Anvers, 2002, p. 243-262
M. THIRY, Les verreries du Hainaut, dans Luc ENGEN (dir.), Le verre en Belgique : des origines à nos jours, Anvers, Mercator, 1989, p. 93-103
Virgile LEFEBVRE, La verrerie à vitres et les verriers de Belgique depuis le XVe siècle, Charleroi, Université du Travail, 1938
http://gw.geneanet.org/michubert?lang=fr;pz=maxine+marie+francoise+cicer...
http://gw.geneanet.org/michubert?lang=fr;pz=maxine+marie+francoise+cicer...
http://gw.geneanet.org/michubert?lang=fr;pz=maxine+marie+francoise+cicer...
http://gw.geneanet.org/michubert?lang=fr;pz=maxine+marie+francoise+cicer... (s.v. 27 novembre 2014)
Michel PHILIPPE, Naissance de la verrerie moderne XIIe-XVIe siècles. Aspects économiques, techniques et humains, Turnhout, Brepols, coll. dans De Diversis Artibus, XXXVIII, p. 80, 241-242, 402-403
Stanislas BORMANS, La fabrication du verre de cristal à Namur, dans Bulletin des commissions royales d'art et d'archéologie, Bruxelles, 1888, volume 27, p. 472, note 1 qui cite J-G. Le Fort, héraut d’armes du pays de Liège
Raymond CHAMBON, Histoire de la verrerie en Belgique du IIe siècle à nos jours, Bruxelles, 1955
Histoire de la Wallonie (L. GENICOT dir.), Toulouse, 1973, p. 256
La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Histoire. Économies. Sociétés, t. I, p. 277
La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. II, p. 277

Paul Delforge, février 2021