Jean-Pierre Delwart

Uccle 07/07/1950

Licencié en Sciences économiques à l’Université libre de Bruxelles, Jean-Pierre Delwart entame sa carrière professionnelle comme analyste de crédit à la Chemical Bank, avec le statut de stagiaire Onem. Il est ensuite engagé à la Banque du Benelux où il se forge une expérience en matière d’acquisitions et de fusions d’entreprises ; il passe ensuite chez Indosuez Belgique (1979-1991). Actif dans le secteur bancaire en région liégeoise depuis 1982, il rejoint une spin-off de l’Université de Liège qui connaît en 1991 de sérieux problèmes. Pourtant, le secteur de l'aquaculture est en plein développement et J-P. Delwart est convaincu du potentiel d’Eurogentec dans les biotechnologies. Il investit lui-même dans la société où il s’impose en vrai manager, laissant aux scientifiques le soin de développer leurs recherches pendant qu’il s’occupe du volet commercial. Directeur financier puis administrateur délégué, il prend la direction, en 1993, de cette société qui va pâtir de blocages en matière d’agréation européenne pour un produit-phare (la Smoltine).

Contrainte à une profonde restructuration, Eurogentec établit de nouveaux bâtiments dans le parc scientifique du Sart-Tilman et, forte d’investissements privés complémentaires, la société se lance dans de nouveaux défis, quittant le domaine de la santé animale et son potentiel de développement pour les biotechnologies tout aussi prometteuses. Depuis 1995, Eurogentec rend des services dans le cadre de processus de développement et de production de nouveaux médicaments, pour le compte d'entreprises biopharmaceutiques, mais surtout elle produit des outils de recherche spécialisés et des réactifs chimiques pour des laboratoires dépendants d'universités ou d'entreprises du secteur des biotechnologies. 

En une quinzaine d’années, la PME Eurogentec s’impose sur le marché des oligonucléotides, en vendant notamment des morceaux d'ADN qui servent de matière première aux centres de recherche actifs dans la génétique. Elle se positionne aussi dans le secteur de la protéomique (fourniture d’outils permettant l'étude du comportement des protéines) et multiplie par dix son chiffre d’affaires, tandis que son personnel croît de 500%, qu’elle acquiert des sociétés à l’étranger (Angleterre, Japon, États-Unis) et dispose d’une joint-venture à Singapour (2003). Les années 2004-2005 sont plus difficiles, mais Eurogentec est courtisée par quelques importants groupes financiers qui prennent des participations.

Financier actif dans les biotechnologies, J-P. Delwart s’est vu confier la présidence de Solvac, le holding de la famille Solvay. Membre du Groupe de Redéploiement économique du pays de Liège (GRE, 2004), administrateur de l’Institut wallon virtuel de Recherche d’excellence dans les domaines des sciences de la vie (2009), président de l’Union wallonne des Entreprises liégeoises (UWEL) jusqu’en 2008, vice-président de l’UWE (2003-2009), il succède à Eric Domb à la présidence de l’Union wallonne des Entreprises en 2009, et devient ainsi le 16e président du syndicat des patrons wallons (2009-2012). Au sein de l’UWE, il porte un regard favorable et critique à l’égard du Plan Marshall 2.Vert, plaide en faveur d’un meilleur apprentissage des langues auprès des jeunes et de davantage d’esprit d’entreprise. Pour les encourager, Eurogentec est partie prenante au capital de Start Up Invest, filiale de Meusinvest destinée à soutenir les projets de diversification industrielle (2005).

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
http://www.uwe.be/uwe-1/historique 

Paul Delforge, septembre 2012