Willy Demeyer

Liège 17/03/1959

Député wallon : 2004-2005* ; 2009*

Licencié en Droit de l’Université de Liège (1982), Willy Demeyer entame une carrière d’avocat quand il s’inscrit au barreau de Liège. Militant socialiste affilié aux étudiants socialistes à l’Université, membre du comité central de l’Union socialiste communale (1985), il bifurque rapidement vers la politique lorsqu’il est élu conseiller communal de Liège en octobre 1988, à un moment où les problèmes sont particulièrement vifs en Cité ardente. Porte-parole des élus PS de la périphérie auprès du Conseil communal (octobre 1989), chef de groupe socialiste (novembre), il joue la carte de la conciliation dans la « guerre de succession du maïeur ». Choisi comme échevin des Bâtiments communaux, de la Gestion territoriale et du Parc automobile (février 1991-1994) sous le maïorat d’Henri Schlitz, puis en charge des Travaux publics sous celui de Jean-Maurice Dehousse (1995-1999), il succède à ce dernier (septembre 1999) qui choisit de siéger à Strasbourg. À quarante ans, Willy Demeyer devient le plus jeune bourgmestre que Liège ait connu. Les élections de 2000 confortent son mandat, de même que celles de 2006 marquées par le duel entre les deux prétendants à l’hôtel de ville, Willy Demeyer et Didier Reynders.
Élu au Parlement wallon en juin 2004, Willy Demeyer est bien décidé à exercer son mandat pour faire entendre la voix des grandes villes et mettre un terme à ce qu’il appelle « une injustice statutaire qui empêche les bourgmestres socialistes des grandes villes de siéger en même temps au parlement ». Suite au décès de Guy Mathot (2005), Willy Demeyer accède à la présidence de la Fédération liégeoise du PS et renonce à son mandat de député wallon. En juin 2009, il est à nouveau élu à Namur, mais laisse son mandat à la première suppléante Maggy Yerna. Président du Port Autonome de Liège, de l’Opéra royal de Wallonie et du Conseil d’administration de l’Association Liégeoise du Gaz, Willy Demeyer est aussi administrateur de l’intercommunale de Gestion Immobilière Liégeoise, de Dexia Holding communal et d’Ethias. Président de la Conférence des Bourgmestres de l’Agglomération liégeoise et du Trianon liégeois, il est administrateur de la FIL, de l’Université de Liège, du Grand Liège et du GRE.
Avec Jean-Claude Marcourt n°2 à Namur et Jean-Pascal Labille ministre au fédéral, Willy Demeyer apparaît d’autant plus comme la personnalité la plus forte de la place de Liège que Didier Reynders quitte Liège pour Bruxelles (février 2012) et qu’après Guy Mathot, c’est Michel Daerden (août 2012) qui disparaît. En octobre 2012, il n’y a pas de combat des chefs. Sans concurrent sérieux, Willy Demeyer est confirmé dans son rôle de maïeur et prolonge le pacte de majorité unissant PS (22, +1) et cdH (7).
Bourgmestre d’une des deux grandes villes de Wallonie, Willy Demeyer souhaiterait siéger au Parlement wallon, mais les dispositions décrétales l’en éloignent de plus en plus. Par conséquent, c’est au fédéral que le maire de Liège fait entendre sa voix. Élu à la Haute Assemblée lors du scrutin fédéral anticipé de 2010, il ne peut que déplorer la plus grande crise politique jamais connue pour former un gouvernement belge. Ensuite, durant la courte législature 2011-2014, il adopte parmi beaucoup d’autres textes législatifs l’ensemble des dispositions de la 6e Réforme de l’État qui comprend notamment la scission de BHV, l’accroissement tangible de l’autonomie fiscale des Régions, le transfert d’importantes compétences vers les entités fédérées et la réforme profonde du Sénat. Désormais, les sénateurs seront désignés par les entités fédérées (50) ou cooptés (10). Il fait donc partie des tout derniers sénateurs élus directs.
Tête de liste au scrutin fédéral du 25 mai 2014, Willy Demeyer est battu par le MR Daniel Bacquelaine. En progression de près de 3%, le MR gagne un député, mais c’est surtout sur sa gauche que le PS de Willy Demeyer est débordé : avec 8%, le PTB-Go ! enlève un siège. En reculant de près de 6%, le PS liégeois perd deux députés, hypothéquant les chances de Willy Demeyer de devenir ministre.
Le 4 août 2014, Liège (ville et province) organise les premières cérémonies officielles du centenaire de la Grande Guerre, en présence d’une multitude de hautes personnalités étrangères ; à cette occasion, Willy Demeyer reçoit de François Hollande la croix d’officier de la Légion d’honneur dans les salons de la Violette, en raison notamment de l’engagement de la ville de Liège dans la francophonie.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 178-179

conseiller communal de Liège (1989-)
échevin (1991-1999)
bourgmestre (1999-)
député wallon (2004-2005, 2009)
sénateur (2010-2014)
député fédéral (2014-)

Paul Delforge, décembre 2014