Franz Dewandelaer

Nivelles 20/05/1909, Bruges 23/08/1952

Issu d’un milieu modeste, Franz Dewandelaer est bercé par le wallon dès l’enfance. Passionné de lecture, il se met rapidement à écrire beaucoup et des textes de tous types. À 17 ans déjà, il voit sa première revue franco-wallonne Ça… C’est Nivelles !, créée par le Cercle Bric-Broc de Nivelles.
Très tôt, son talent est reconnu et apprécié du plus grand nombre, comme lorsqu’il édite Bouquet tout fét, primé en 1933. Il passe pour être le plus précoce, mais aussi le plus doué de sa génération, une génération d’écrivains wallons qui cherchent à renouveler la poésie dialectale, à explorer des formes neuves et inattendues.
Employé dans l’administration, il épouse Marthe Plisnier, cousine de l’auteur belge Charles Plisnier. Nourri par son engagement social, il fait preuve dans ses écrits d’un lyrisme fougueux à la mesure de son sentiment de révolte. Cet esprit de révolte ne s’amenuise évidemment pas lorsqu’il est fait prisonnier en 1940. Dès son retour au pays, il s’applique sans relâche à l’illustration de la langue wallonne, et fait œuvre de journaliste et de publiciste. À l’Institut National de Radiodiffusion, il produit de nombreuses pièces radiophoniques et articles invitant à découvrir la Wallonie.
En 1952, il décède à seulement 43 ans, des suites d’une maladie contractée en captivité. 

 

Bibliothèque des dialectes de Wallonie (MVW), Dossiers Franz DEWANDELAER.

DEWANDELAER, F., Œuvres poétiques, édité par J. GUILLAUME, Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 1970.

DEWANDELAER, Y., éd.  Anthologie Franz Dewandelaer : poèmes, chœurs parlés, théâtre, contes et nouvelles en français, Nivelles, Bibliothèque publique de la Communauté française, 1989.

DEWANDELAER, Y. et alii, L’œuvre poétique wallonne de Franz Dewandelaer, Liège, Société de langue et de littérature wallonnes, 2003.

Musée de la Vie wallonne - Baptiste Frankinet, janvier 2014