Frédéric d'Ardenne, devenu le pape Étienne IX

Dun-sur-Meuse 01/01/1020, Florence 29/03/1058

Fils du duc Gothelon Ier, frère des ducs Gothelon II et Godefroid le Barbu, personnalités lotharingiennes en vue dont les règnes s’étendent au milieu du XIe siècle, Frédéric est issu de la maison d’Ardenne, dite aussi de Verdun. Connu sous le nom de Frédéric d’Ardenne, il a été formé à Liège et a d’abord été chanoine de Saint Lambert et archidiacre de Liège, au moment où la principauté épiscopale de Liège est en pleine expansion et où l’évêque Wazon prend position contre le césaro-papisme de l’empereur Henri III. Beau-frère du comte Albert II de Namur, il contribue à la fondation du Chapitre de Namur pour la collégiale dédiée à Saint-Aubain (1047).
Devenu chancelier du pape Léon IX (1051), Frédéric d’Ardenne prend alors part à l’histoire européenne de son temps ; légat pontifical à Constantinople (1053-1054), il est nommé abbé de la prestigieuse abbaye du Mont-Cassin (1057). Cardinal (1057), il est élevé à la fonction pontificale sous le nom d’Étienne IX. Succédant à Victor II, son règne ne dure que quelques mois, du 3 août 1057 au 29 mars 1058. Marqué par la forte volonté d’indépendance de l’Église à l’égard du pouvoir temporel de l’empereur, notamment dans la nomination des papes, son règne s’est peut-être brutalement achevé à la suite d’un assassinat (même si une autre thèse invoque la maladie). Entouré d’ardents disciples de la pensée de l’ordre de Cluny, il travaillait à relever l’autorité de l’Église et plusieurs historiens le présentent comme le théoricien de la réforme du milieu du XIe siècle.

Georges DESPY, La carrière lotharingienne du pape Étienne IX, dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Bruxelles, 1953, t. XXXI, p. 955-972
Jean-Louis KUPPER, Liège et l'église impériale, XIe   XIIe siècle, Liège-Genève, éd. Droz, 1981, p. 322
http://gw.geneanet.org/gonemichet?lang=fr&p=frederic&n=d%2Bardenne&oc=0 (s.v. novembre 2014)

Paul Delforge, décembre 2014