Alexis Godin

Huy 27/06/1796, Huy 31/07/1866

Petits-enfants de Gilles-Barthélemy Godin (1726-1775) et enfants de Jean-Léonard Godin (1762-1827) qui était le directeur de la papeterie de Chinet et exerçait la fonction de receveur communal à Huy, Eugène (1794-1830), Léopold (1802-1867) et Alexis Godin sont trois des huit frères et sœurs qui poursuivent l’exploitation des moulins à papier de la région hutoise à Chinet. En 1822, le père Godin associe Alexis et Eugène à la direction de la nouvelle société « J-L. Godin et fils ». La même année, Alexis acquiert le moulin à papier de Fleury et le met en société.
Alexis Godin se montre particulièrement entreprenant en modernisant son usine de Fleury, où il fait venir de nouvelles machines toujours plus performantes, et laisse ses ingénieurs faire preuve d’imagination et de créativité. Surtout, en 1844, il rachète aux héritiers de John Cockerill les papeteries d’Andenne ouvertes en 1828, à un prix nettement moins élevé que le coût des investissements qui y ont déjà été réalisés. Désormais, les Godin disposent de trois lieux d’implantation : Chinet, Fleury et Andenne.
À la tête de près de 3.000 ouvriers, ce patron papetier est à l’origine de ce que l’on appelle le système Godin dans l’industrie, à savoir la substitution du salaire à la journée par une rémunération par quantité et qualité des produits fabriqués : chacun est payé selon ce qu’il produit. On lui reconnaît une attention toute particulière pour la question sociale, contribuant au développement des Hospices à Huy.
Oncle paternel d’Eugène Godin, il a pourvu à son éducation avant de lui laisser ses affaires à partir de 1862. Les Papeteries Godin deviennent alors la SA Eugène Godin. Au cimetière de la Buissière, Alexis Godin a fait ériger un mausolée néo-classique impressionnant pour honorer la mémoire de deux de ses petites filles décédées en bas âge.

Michel ORIS, Une culture économique originale, dans Jean-Marie DOUCET (dir.), Hommes de fer et de fonte, Huy, 1994, coll. Histoire d'une ville, p. 30-39
Jean-Marie DOUCET, Une dynastie traditionnelle de maîtres de forges, les Delloye, dans Jean-Marie DOUCET (dir.), op. cit., p. 49-58
Jean-Marie DOUCET, Le temps des ingénieurs : les machines exquises de François Thiry, dans Jean-Marie DOUCET (dir.), op. cit., p. 49-59
Jean-Marie DOUCET, L’imaginaire social, dans Jean-Marie DOUCET (dir.), op. cit., p. 94-95
Michel ORIS, dans Freddy JORIS, Natalie ARCHAMBEAU (dir.), Wallonie. Atouts et références d’une région, Namur, 2005
Michel ORIS, dans Jean-François POTELLE (dir.), Les Wallons à l’étranger, hier et aujourd’hui, Charleroi, Institut Destrée, 2000, p. 375
Jacques VANDENBROUCKE, De Godin à Intermills. Histoire de l’industrie papetière à Andenne 1828-1983, Seilles, 1994
Le CLXXVe anniversaire de la fondation des papeteries Godin, Huy, 1932
http://gw1.geneanet.org/geneahuy?lang=fr;p=pierre+jacques+alexis;n=godin

 

Paul Delforge, décembre 2012