Charles Hanin

Wellin 19/09/1914, Marche-en-Famenne 16/06/2012

Député wallon : 1974-1977 ; 1980-1981

Docteur en Droit et licencié en Notariat de l’Université de Liège (1936), avocat-avoué, Charles Hanin est substitut de l’auditeur militaire en 1945-1946 et se lance en politique dans les années cinquante, au sein du PSC. Conseiller communal catholique de Marche-en-Famenne (1953-1958, 1971-1994), conseiller provincial du Luxembourg (1956-1965), il est désigné comme député permanent de cette province entre 1958 et 1965, en charge de l’expansion économique. En mai 1965, il entre au Sénat après son élection dans l’arrondissement d’Arlon-Bastogne-Marche. Au lendemain du Walen buiten et au moment où les deux ailes linguistiques du PSC prennent leur autonomie, Charles Hanin contribue fortement à la rénovation du PSC. Son discours au congrès du 31 mai 1969 est marqué par un défi résumé dans la formule « se renouveler ou disparaître ». À la tête d’un directoire, il pilote le PSC de 1970 à 1972 et organise sa structure wallo-bruxelloise.
Ministre des Classes moyennes (17 juin 1968-8 novembre 1971) dans le gouvernement Eyskens-Merlot puis Eyskens-Cools, président du directoire gérant le PSC au tournant des années ’70, le sénateur adopte la Loi Terwagne de décentralisation économique (juillet) et la révision de la Constitution (décembre 1970). Ministre de la Culture française dans le dernier gouvernement belge présidé par Gaston Eyskens (21 janvier-23 novembre 1972), puis ministre de la Politique scientifique dans le gouvernement Leburton (26 janvier-23 octobre 1973), il hérite ensuite des Cantons de l’Est et du Tourisme (24 octobre 1973-25 avril 1974). Ministre de l’Intérieur durant les 50 premiers jours du gouvernement Tindemans (25 avril-11 juin 1974), Ch. Hanin n’est plus dans la coalition au moment où elle s’élargit au Rassemblement wallon. Les motivations de cette « éviction » restent mystérieuses. Ayant adopté la loi de régionalisation préparatoire concoctée par le duo Perin-Vandekerckhove, le sénateur se retrouve parmi les membres du Conseil régional wallon provisoire qui entame ses travaux à Namur, dans les locaux du Conseil provincial ; Ch. Hanin est d’ailleurs le chef de groupe PSC (26 novembre 1974-2 mars 1977).
Régulièrement reconduit comme sénateur direct, il cède son mandat au lendemain de l’élection de décembre 1978 à son jeune suppléant, Guy Lutgen, avant d’être désigné par le comité directeur de son parti comme sénateur provincial du Luxembourg et d’être appelé à la rescousse pour assumer l’intérim de la présidence du PSC (avril-octobre 1979). Après avoir voté les lois d’août 1980 relatives à la régionalisation définitive, Ch. Hanin siège au sein du nouveau Conseil régional wallon, établi provisoirement à Wépion (1980-1981). Membre de l’Assemblée du Conseil de l’Europe (1977-1982), membre du Conseil culturel de la Communauté française (1971-1981), Charles Hanin quitte le monde de la politique nationale et régionale en novembre 1981, pour se consacrer exclusivement à sa commune de Marche.
Au soir des élections d’octobre 1976, les premières consacrant la fusion des communes, il devient le premier bourgmestre du « grand Marche-en-Famenne ». Il exerce cette fonction jusqu’en 1986, moment où il cède le relais à André Bouchat, tout en restant conseiller communal jusqu’en décembre 1994. Actif dans de nombreux domaines, de la culture au logement en passant par les hôpitaux, Charles Hanin a été notamment président de « La Famennoise », une société coopérative régionale visant à la création d’habitations sociales (1969-1990), président de l’Association intercommunale des œuvres médico-sociales de Marche, président de la Commission royale des monuments et des sites, secrétaire de l’asbl du Musée de la Famenne, président du musée des Francs et de la Famenne, inauguré en 1991, et président d’honneur de l’asbl Qualité village Wallonie (Q-V-W), association à laquelle il avait accordé une reconnaissance officielle lorsqu’il était ministre, en 1973.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 287-289

conseiller communal de Marche-en-Famenne (1953-1958, 1971-1994)
conseiller provincial du Luxembourg (1956-1965)
député permanent du Luxembourg (1956-1965)
sénateur (1965-1978)
ministre (1968-1974)
membre du Conseil régional wallon provisoire (1974-1977)
chef de groupe au CRW (1974-1977)
bourgmestre (1977-1986)
sénateur provincial du Luxembourg (1979-1981)
membre du Conseil régional wallon (1980-1981)

Paul Delforge, décembre 2014