Yvon Harmegnies

Dour 15/07/1943

Député wallon : 1981-1985 ; 1985-1987 ; 1988-1991 ; 1992-1995

Régent en Éducation physique de l’École normale de l’État de Nivelles (1964), instituteur aux écoles communales de Dour (1965-1976), détaché pédagogique à la Confédération des Jeunesses socialistes (1977-1981), Yvon Harmegnies est le fondateur de la Maison des Jeunes de Dour, et est président national des Maisons de Jeunes. À ce titre, il établit divers contacts au niveau européen, puis international et devient, comme délégué des socialistes, secrétaire de la fédération européenne des Maisons de jeunes.
Élu député socialiste dans l’arrondissement de Mons en 1981, il va siéger jusqu’en 1995 tant à la Chambre des représentants qu’au Conseil de la Communauté française et au Parlement wallon. Durant cette période, il est amené à voter les réformes institutionnelles de 1988-1989 et 1992-1993. En mai 1995, lors des divers scrutins législatifs, Yvon Harmegnies opte pour la Chambre et demeure député fédéral de la circonscription de Mons-Soignies jusqu’en 2003. Secrétaire du bureau de la Chambre (1987-1991), questeur (1991-1999), président du Collège des questeurs de la Chambre (1999-2003), vice-président de l’association parlementaire belge de l’OTAN et membre de l’Assemblée du Conseil de l’Europe (1995-1996), il n’est plus que 3e suppléant lors du scrutin législatif de 2003 (7.609 vp.). Sa carrière parlementaire paraissait achevée quand il est appelé à remplacer Elio Di Rupo qui se résout à prendre la présidence du gouvernement wallon après la démission de Jean-Claude Van Cauwenberghe. Du 11 octobre 2005 au 10 juin 2007, Y. Harmegnies redevient donc l’un des sept représentants fédéraux socialistes de la circonscription électorale du Hainaut.
Conseiller communal élu à Dour en octobre 1976, Yvon Harmegnies siège d’abord dans l’opposition avant de devenir Premier échevin, en charge des Affaires sociales, des Relations publiques et des Rapports avec les autorités de tutelle, ainsi que de l’Expansion économique et des Finances (en janvier 1995), puis bourgmestre (2001-2006). Alors que le pacte de majorité paraît conclu entre les deux partis sortants (MR et PS), une élue PS décide de quitter son parti et d’apporter son soutien, en tant qu’indépendante liée à Écolo, au cdH de Carlo Di Antonio. Se disant dégoûté par ses tractations qui le poussent dans l’opposition, Yvon Harmegnies démissionne, refusant de siéger dans le futur Conseil communal. C’est dans ces circonstances qu’il met un terme à trente ans de vie communale.

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 303-304

conseiller communal de Dour (1977-2006)
député (1981-1995)
membre du Conseil régional wallon (1981-1995)
échevin (1995-2000)
député fédéral (1995-2003, 2005-2007)
bourgmestre (2001-2006)

Paul Delforge, décembre 2014