Marc Hordies

Etterbeek 11/11/1951

Député wallon : 1999-2002*

Licencié en Communication sociale appliquée (IHECS), Marc Hordies est animateur puis trésorier du Foyer culturel d’Ittre, éducateur pour enfants caractériels, avant de prendre la direction de l’asbl Inform’action (Nivelles), un service audiovisuel d’éducation permanente dans le monde syndical, proche du Mouvement ouvrier chrétien. En 1991, il s’établit comme indépendant, devenant consultant en communications sociales. Choisi, en 1993, comme président du Centre de Loisirs et d’Information (CLI) d’Ittre, il est responsable du journal Petit tram. Fer de lance du groupe Astérix qui s’oppose résolument à l’incinérateur de Virginal, il ajoute le combat écologique à ses préoccupations sociales et culturelles.
Après avoir milité au sein du groupe local ittrois « Présence Autrement », Marc Hordies fait ses premiers pas chez Écolo au début des années nonante. Expert pour Écolo dans le dossier Boël, défenseur d’une activité durable sur le site de Clabecq, opposé au projet de liaison entre les autoroutes E 19 et A 8,  Marc Hordies est encore le délégué d’Écolo à la Commission nationale permanente du Pacte culturel, dont il devient le vice-président. Acteur de terrain, impliqué dans plusieurs dossiers « chauds », il arrache un deuxième siège pour Écolo dans l’arrondissement de Nivelles et rejoint ainsi le Parlement wallon et le Conseil de la Communauté française. De plus, le 6 juillet 1999, il est désigné comme l’un des dix sénateurs de communauté francophones. Pour son premier mandat parlementaire, il siège donc dans trois assemblées et est appelé à jouer un rôle de relais entre les trois, durant les majorités arc-en-ciel.
Les expériences gouvernementales provoquent des soubresauts à la tête d’Écolo. Quand le trio Defeyt-Bauduin-Ernst remet sa démission, Marc Hordies accepte de relever le défi, avec Philippe Defeyt et Évelyne Huytebroeck. Seuls candidats, ils sont choisis par l’assemblée générale d’Écolo comme les nouveaux secrétaires généraux du parti (juillet 2002) et, comme l’exigent alors les statuts d’Écolo, Marc Hordies démissionne dès lors de tous ses mandats (17 septembre 2002). Le nouveau trio ne survivra pas aux élections fédérales de 2003. Contribuant à la réorganisation interne d’Écolo (2004) et à la création d’Étopia (2005), responsable du développement local, Marc Hordies est également en charge des dynamiques d’éducation permanente au sein d’Écolo et siège au Conseil supérieur de l’Éducation permanente jusqu’en septembre 2012. De juin 2009 à juin 2010, Marc Hordies devient conseiller de Cabinet, membre de la cellule stratégique auprès du ministre Écolo du gouvernement wallon en charge de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire. Conseiller communal Écolo d’Ittre élu en octobre 2006, le co-fondateur de la locale Écolo dans les années nonante exerce cette fois son mandat. En décembre 2009, il devient échevin d’Ittre, fonction qu’il exerce jusqu’en novembre 2012. Il n’a pas été réélu aux communales. Président de la Commission de surveillance pénitentiaire à Ittre dont il est membre depuis 2011, il est administrateur d’Étopia.

 

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 319-320

député wallon (1999-2002)
sénateur de communauté francophone (1999-2002)
conseiller communal d’Ittre (2000, 2006-2012)
échevin (2009-2012)

Paul Delforge, décembre 2014