Robert Jaspar

dit Bobby

Liège 20/02/1926, New York 28/02/1963

Dans la « boîte de jazz » chère à Michel Jonasz, le nom de Bobby Jaspar aurait mérité de rejoindre ceux des Américains Charlie Parker et Scott Hamilton, comme lui saxophonistes. Petit neveu de l’architecte Paul Jaspar, Robert Jaspar s’était emparé très jeune de l’instrument « inventé » par le dinantais Adolphe Sax et en tirait des sons exceptionnels. Malgré la guerre qui frappe sa ville alors qu’il est adolescent, Robert Jaspar a appris la musique en commençant par le piano et la clarinette, avant de découvrir le sax ténor et la flûte. Le jazz est d’autant mieux apprécié qu’il est interdit par l’occupant. Au sein de The Bop Shots dans les années d’immédiat après-guerre, il joue aux côtés de ses copains, René Thomas, André Putsage et autre Jacques Pelzer. Avec ses jeunes comparses, il fait résonner le jazz dans les rues de Liège, avant de décider de gagner Paris à l’entame des années 1950. Installé dans la capitale française, il compose, joue et enregistre avec les meilleurs de son époque (Charlie Parker, John Coltrane, Sidney Bechet, Albert Nicholas…). Avec sa maîtrise technique du saxo et ses improbables improvisations, il s’impose comme une figure centrale du Modern Jazz.

Marié à la chanteuse de jazz Blossom Dearie, Bobby Jaspar part tenter sa chance aux États-Unis où sa réputation l’a depuis longtemps précédé (1956), tant il développe une musique d’une facture exceptionnelle. Avec Miles Davis, JJ. Johnson et Kenny Burrell, Jaspar fait les beaux jours du jazz de la fin des années 1950 de l’autre côté de l’Atlantique, mais sa santé pâtit du mode de vie new yorkais. Certaines expériences se mêlent aux problèmes cardiaques dont il souffre depuis longtemps. En 1961 et 1962, il entreprend une tournée de concerts et d’enregistrements en Europe et, avec son comparse René Thomas à la guitare, il forme un quatuor, puis un quintette dont le succès s’élargit encore lorsqu’il accueille un sixième membre, en l’occurrence le trompettiste Chet Baker. C’est en pleine gloire que Bobby Jaspar est victime d’une crise cardiaque, à New York : il venait d’avoir 37 ans.

Jean-Pol SCHROEDER, Bobby Jaspar. Itinéraire d’un jazzman européen. 1926-1963, Liège, Mardaga, 1997

Jean-Pol SCHROEDER, dans Dictionnaire du Jazz à Bruxelles et en Wallonie, Liège, Mardaga, 1991, p. 175-180

La Wallonie à l’aube du XXIe siècle, Namur, Institut Destrée, Institut pour un développement durable, 2005

Liens : 

http://www.jazzinbelgium.com/person/bobby.jaspar (s.v. juillet 2013)

Pour une introduction à sa discographie :

Cfr http://homepage3.nifty.com/mrmanri/BobbyJaspar/index.html

Les parcours de Bobby Jaspar et de René Thomas s’étant croisés, on trouvera aussi ici des compléments utiles

Paul Delforge, décembre 2013