Jean-Lambert Obin

Namur 16/10/1699, Vienne 13/10/1750

Né au temps où le Namurois était une province des Pays-Bas espagnols, Jean-Lambert Obin fait sa carrière au service des nouvelles autorités autrichiennes, puisqu’au terme de la Guerre de Succession d’Espagne menée par Louis XIV, sont signés une série de traités (Utrecht, Rastatt et enfin d’Anvers, 1713-1715) par lesquels la branche autrichienne des Habsbourg hérite des anciennes provinces espagnoles.
L’aisance financière familiale – son père est un marchand établi à Namur à la fin du XVIIe siècle – permet à Jean-Lambert Obin de suivre des études à l’Université de Louvain (1716-1725), où sa grande intelligence est déjà remarquée. Brillant avocat au barreau de Namur, Obin va accomplir une carrière prestigieuse dans l’administration autrichienne des Pays-Bas : conseiller au Conseil provincial (1727), conseiller surnuméraire auprès du Conseil privé (1735), il est nommé avocat fiscal de ce même conseil (1738) et, à ce titre, il supervise tous les fiscaux des conseils de justice. Considéré comme « l’Aigle du Conseil privé » par ses supérieurs, il reçoit une mission délicate à partir de 1740 : régler les contestations territoriales qui opposent les anciens belligérants, notamment à propos des provinces wallonnes. Responsable de la Jointe des Terres Contestées, il multiplie les contacts avec les représentants des puissances voisines et acquiert une forte expérience diplomatique à laquelle recourent les autorités de Vienne quand, après la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), il faut rédiger le traité de paix d'Aix-la-Chapelle (18 octobre 1748).
En récompense de sa précieuse expertise, Jean-Lambert Obin est nommé membre du Conseil suprême établi à Vienne (octobre 1748) et c’est là, à Vienne, qu’il devait finir brusquement sa vie, ayant obtenu, un an auparavant les lettres d’anoblissement lui conférant le titre de baron. Par son second mariage, Obin était devenu le beau-frère du jeune Patrick-François de Neny ; il sera le mentor de celui qui s’imposera comme l’une des plus fortes personnalités politiques et administratives des Pays-Bas dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Cécile DOUXCHAMPS-LEFEVRE, Une belle carrière de magistrat au XVIIIe siècle : Jean-Lambert Obin (Namur 1699 – Vienne 1750), Annales de la Société archéologique de Namur, 1955-1956, t. 48, p. 129-143
Cécile DOUXCHAMPS-LEFEVRE, dans Biographie nationale, t. 31, col. 603-605
Cécile DOUXCHAMPS-LEFEVRE,dans Françoise JACQUET-LADRIER (dir.), Dictionnaire biographique namurois, Namur, Le Guetteur wallon, n° spécial 3-4, 1999, p. 189

Paul Delforge, décembre 2014