André Putsage

Liège /1924

C’est durant la Seconde Guerre mondiale qu’André Putsage fait la rencontre de Robert Jaspar et de Jacques Pelzer ; ayant quitté l’École de Jonfosse pour l’Athénée, Putsage découvre des jeunes qui partagent la même passion pour la musique, le jazz et Django Reinhardt en particulier ; ce genre est d’autant mieux apprécié qu’il est interdit par l’occupant. À la batterie, Putsage accompagne Jaspar, le leader, ainsi que René Thomas et Jacques Pelzer dans l’aventure The Bop Shots dans les années d’immédiat après-guerre. Ensemble, les jeunes complices font résonner le jazz dans les rues de Liège jusqu’en 1948/49. Avec Jacques Pelzer, Putsage est l’un des premiers musiciens européens à s’attaquer au be-bop. Après avoir tourné en Allemagne, il se lasse cependant des contraintes commerciales qui lui sont imposées et quand ses amis Jaspar et Pelzer quittent Liège pour Paris, celui qui est considéré comme le premier batteur bop du pays met un terme à sa propre carrière musicale.

Jean-Paul SCHROEDER, dans Dictionnaire du Jazz à Bruxelles et en Wallonie, Liège, Mardaga, 1991, p. 235
Jean-Paul SCHROEDER, Bobby Jaspar. Itinéraire d’un jazzman européen. 1926-1963, Liège, Mardaga, 1997
La Wallonie à l’aube du XXIe siècle, Namur, Institut Destrée, Institut pour un développement durable, 2005
http://www.jazzinbelgium.com/person/bobby.jaspar (s.v. juillet 2013)

Paul Delforge, décembre 2014