Alfred Putzeys

Liège 12/01/1892, Liège 14/04/1982

Licencié en Sciences commerciales et consulaires (1911), licencié en Sciences politiques (1913) de l’Université de Liège, président administrateur délégué de la Compagnie internationale des Pieux Franki, Alfred Putzeys figure parmi les fondateurs du Conseil économique wallon. En décembre 1944, Alfred Putzeys se montre intéressé par ce projet et accepte d’y apporter son concours. En raison de l’importance de l’entreprise dans laquelle il travaille, Putzeys apporte ainsi une caution majeure au projet développé depuis 1938 au sein du Mouvement wallon. Putzeys est cependant réticent à la présence d’hommes politiques au sein du Conseil économique wallon. À sa demande, notamment, les statuts seront revus et les industriels se retrouveront essentiellement dans le comité directeur alors que les politiques figureront au sein du Conseil d’administration. Ce choix provoque de fortes réticences auprès des initiateurs et collaborateurs bénévoles du Conseil économique wallon clandestin. Néanmoins, le Conseil économique wallon voit finalement le jour en juillet 1945 et Putzeys sera le seul, parmi les 94 membres fondateurs de 1945, à demeurer membre du comité de direction jusqu’à la transformation du Conseil économique wallon en Conseil économique de la Région wallonne, en 1971.
Administrateur de la Confédération nationale de la Construction, membre du comité organisateur de l’École des Hautes études de Liège, vice-président du Grand Liège, administrateur de la Société provinciale d’Industrialisation, collaborateur de la faculté des Sciences appliquées de l’Université de Liège, l’administrateur et directeur général des Pieux Franki est un des pionniers dans la défense de la notion de décentralisation économique au sein des milieux patronaux. En 1967, il contribue à la mise en place d’une Union wallonne des Entreprises ; elle voit le jour le 2 avril 1968 et va accompagner la mise en place des instruments de décentralisation et de planification en Wallonie, décidés par l’adoption de la Loi dite Terwagne, en juillet 1970. En réclamant la constitution d’une Société de développement régional unique en Wallonie, les patrons wallons sont sur la même longueur d’onde que les forces syndicales et du Mouvement wallon.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
http://www.uwe.be/uwe-1/historique
Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, Institut Destrée, 2001, t. III, p. 1312
Exposition internationale et universelle de Bruxelles 1958, Groupe 36, Le Génie civil, Bruxelles, 1958
Jean STEPHENNE, L’Union wallonne des Entreprises, dans Jean-Claude VAN CAUWENBERGHE (dir.), L’aventure régionale, Bruxelles, Luc Pire, 2000, p. 137-143

Paul Delforge, septembre 2012