Alphonse Royen

Plombières 07/01/1938

Député wallon : 1981-1982*

Licencié en Philologie classique de l’Université de Liège (1960), professeur de latin et de grec au Collège Saint-Michel à Verviers (1960-1970), Alphonse Royen part enseigner le français et la culture française au Zaïre, dans le cadre d’accords de coopération (1970-1973). À son retour en Europe, il ne renoue pas avec son métier d’enseignant, et travaille en usine (1973), avant de devenir éducateur social à Liège (1974-1980). À l’entame des années quatre-vingt, il devient ouvrier-forestier au service des Eaux et Forêts et milite au sein du tout jeune mouvement écologiste, dont il est l’un des pères fondateurs dans la région de Verviers.
Tête de liste au Sénat dans l’arrondissement de Verviers aux législatives de novembre 1981, il est élu à sa grande surprise et devient l’un des tout premiers parlementaires Écolo de Belgique et du Conseil régional wallon, où il va siéger durant une année. Déçu par le peu d’efficacité de l’opposition parlementaire, il remet sa démission en décembre 1982.
De 1983 à 1998, Alphonse Royen retrouve ses activités forestières et évitera à l’avenir de figurer en situation d’être éligible. Jusqu’à la fin des années nonante, il continue de militer au sein du mouvement Écolo et d’être présent aux rendez-vous électoraux, tant au Sénat qu’à la province. Il participe également volontiers aux actions de terrain d’Écolo. En désaccord avec la participation d’Écolo aux majorités arc-en-ciel, il renonce à son affiliation en 1999. En plus de ses préoccupations environnementales, A. Royen a un intérêt tout particulier pour la coopération au développement et est l’un des premiers militants antimondialistes. Régulièrement, le citoyen d’Andrimont tente d’attirer l’attention de ses contemporains sur l’importance du problème de la faim dans le monde.

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 505-506

sénateur (1981-1982)
membre du Conseil régional wallon (1981-1982)

Paul Delforge, décembre 2014