Adrien Thiebault

Ath 1496, Courtrai 10/03/1546

Fils de Clément Thiebault, grand clerc et bateleur athois, et d’Isabelle de Quesnoit, Adrien Thiebault étudie la musique sous la direction de son père. Après des humanités au collège d’Ath, il devient prêtre et entre comme chantre, après 1520, dans la chapelle musicale de Charles Quint. Avant de Lassus et peut-être dans la tradition de Josquin des Prés, Thibault est l’un de ses chanteurs formés dans le Hainaut dont les qualités sont appréciées à travers l’Europe. Promu par la suite maître de chant, il assume cette fonction, de 1526 jusqu’en 1541, à la Capilla Flamenca de Madrid. L’empereur lui octroie diverses prébendes, à Lierre, Seclin ou encore à Courtrai, où il est reçu chanoire de la collégiale Notre-Dame, en 1529. En 1542, il s’y installe. Le 6 décembre 1544, il obtient encore la cure de Saint-Brice à Marke, près de Courtrai, mais il meurt peu de temps plus tard. Même si l’on ne conserve aucune œuvre d’Adrien Thiebault, le catalogue de la bibliothèque musicale de la chapelle de Philippe II, élaboré en 1602 à Valladolid, mentionne un manuscrit contenant plusieurs de ses œuvres, notamment une messe à cinq voix, Veni Creator. Son surnom, Pickart, atteste de ses origines.

Paul BERGMANS, Adrien Thiebault, dans Biographie nationale, t. XXIV, col. 807-809
Jean-François POTELLE (dir.), Les Wallons à l’étranger, hier et aujourd’hui, Charleroi, Institut Destrée, 2000

Marie Dewez, septembre 2012