Amicale des Mineurs des charbonnages de Wallonie

Chevalier
(
2016
)

L’exploitation du charbon a contribué à l’extraordinaire succès de la Révolution industrielle en Wallonie mais a également fait de nombreuses victimes et marqué durablement les individus et les consciences.

Ainsi, le 8 août 1956, la Wallonie connaissait la pire catastrophe minière de son histoire. À la suite d’un accident, 274 mineurs restent bloqués dans deux puits du Bois du Cazier à Marcinelle. Pendant plusieurs jours, les sauveteurs recherchent inlassablement les survivants mais seulement une douzaine d’hommes pourront être sauvés. Le 23 août, un sauveteur italien prononce un macabre « Tutti cadaveri » pour évoquer l’ampleur du drame. 262 mineurs sont restés prisonniers du charbonnage : 136 Italiens, 95 Belges, 8 Polonais, 6 Grecs, 5 Allemands, 5 Français, 3 Hongrois, 1 Anglais, 1 Hollandais, 1 Russe et 1 Ukrainien.

Depuis lors, les mineurs ont toujours entretenu la mémoire de ce drame. En 1992, ils créent l'Amicale des Mineurs des Charbonnages de Wallonie (AMCW) pour leur apporter une aide concrète pour la reconnaissance de leurs droits, notamment en termes de maladie professionnelle. L’AMCW promeut également l’assistance et la solidarité entre les mineurs ayant travaillé dans les charbonnages de Wallonie.

Consciente du temps qui passe, cette amicale - qui compte parmi ses nombreux membres des orphelins et des petits-enfants de victimes de la catastrophe – se fixe également un objectif de mémoire, en allant à la rencontre des jeunes afin de transmettre aux générations montantes les souvenirs et enseignements d’une époque à la fois douloureuse et riche d’humanité. 

En cela, l’AMCW a contribué à entretenir le Bois du Cazier, avant que la Wallonie n’en assure la conservation et sa valorisation avec le concours de l’Europe. En 2002, le site a, en effet, été ouvert au public et, en 2012, il a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco avec trois autres sites miniers majeurs de Wallonie (Le Grand-Hornu, Le Bois-du-Luc et Blegny-Mine).

Soixante ans après la catastrophe de Marcinelle, soixante-dix ans après les accords italo-belges, la Wallonie a décidé d’honorer la mémoire des sauveteurs, des victimes et des familles meurtries par le système de production d’une époque en accordant à l’Amicale des Mineurs des Charbonnages de Wallonie le titre de chevalier du Mérite wallon, le 15 septembre 2016.

Représentant de l'Amicale avec Paul Magnette et Paul Furlan

Parce que la mémoire ne doit pas mourir il est important d’écrire le mot « Mineur » avec un « M » majuscule !

Cependant, au-delà de la mémoire de nos anciens mineurs, ce sont bien leur valeur de courage et de fraternité – celles-là mêmes qu’ils avaient « au fond » - qu’il est essentiel de transmettre aux jeunes générations.

                                                       Pour l’amicale des mineurs des charbonnages de Wallonie

                                                                                                                                    S. Aliboni

Septembre 2016