Frédéric Maréchal

Chevalier
(
2013
)

Né à Liège, Frédéric Maréchal est diplômé de la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège en Sciences informatiques et a suivi un programme de management aux HEC-ULg, École de Gestion de l'Université de Liège.

Après avoir créé, brillamment, sa première société durant ses études, il poursuit sa carrière chez le leader mondial des cabinets d’audit et de conseil pour ensuite revenir dans sa ville natale. Frédéric Maréchal est également passionné depuis toujours par la musique et joue de plusieurs instruments.

En 2010, Frédéric Maréchal s’associe avec son ami Tony Ciccarella pour créer la start-up liégeoise Modalisa-Technology, fruit de leur travail et de plusieurs années de recherche et travaux soutenus par différentes Universités (Harvard et ULg essentiellement). La société, aujourd’hui multisectorielle, est spécialisée dans la gestion de processus en temps réel sur plateformes mobiles.

En 2013, après de nombreux sacrifices consentis tant professionnellement que personnellement pour assurer la croissance de leur société totalement financée sur fonds propres, ils voient leurs efforts couronnés quand leur entreprise, Modalisa-Technology, est sélectionnée parmi les 50 start-up technologiques les plus innovantes au monde lors d’un des plus importants événements mondiaux (TiEcon) se déroulant dans la Silicon Valley aux Etats-Unis.

Déterminés à défendre leur région et à conserver leur ancrage local, ils ont réussi à prouver au travers de leur success story qu’il est possible d’innover en Wallonie et de briller au point de susciter l’intérêt des géants mondiaux, notamment ceux de la Silicon Valley.

Le 12 septembre 2013, Frédéric Maréchal a été élevé au rang de Chevalier du Mérite wallon.

Frédéric Maréchal et Tony Ciccarella avec Rudy Demotte et Jean-Claude Marcourt

La Wallonie n’a rien à envier à la Silicon Valley sur le plan technique : les Universités, l’innovation, la Recherche, l’intelligence…. Tout ceci n’est cependant possible que grâce à l’appui inconditionnel des autorités locales. Les responsables politiques doivent poursuivre le redressement de notre région par une politique concertée et intelligente d’encouragement des talents et des processus de financement accélérés, simplifiés et accessibles aux start-ups. La Wallonie possède un énorme potentiel et c’est maintenant qu’il faut investir avant qu’il ne soit trop tard et que tous les talents désertent !

Septembre 2013