Ville royale

Philippeville
Vue aérienne de la ville de Philippeville et de ses rues rappelant l’ancien tracé radioconcentrique de la place forte. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

Vue aérienne de la ville de Philippeville et de ses rues rappelant l’ancien tracé radioconcentrique de la place forte. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

Née au même moment que sa voisine de Mariembourg, Philippeville est héritière de la volonté de Charles Quint de défendre l’Entre-Sambre-et-Meuse par une série de places fortes suite aux terribles campagnes menées par Henri II en 1554. La forteresse de Philippeville est édifiée de toutes pièces près du village disparu d’Écherennes, entre Florennes et Sautour, et baptisée ainsi en l’honneur du roi d’Espagne Philippe II. La première garnison de la ville intègre ses quartiers le 17 janvier 1556, suivie par la suite d’une population civile. La place forte participe à toutes les opérations militaires de la fin du XVIe siècle. La forteresse est agrandie sous le gouvernement des archiducs Albert et Isabelle et devient alors une véritable ville. En 1659, le traité des Pyrénées fait passer Philippeville à la France en même temps que Mariembourg. Les fortifications sont renforcées et développées selon les plans de Vauban et jouent un rôle de premier plan dans les opérations militaires menées par Louis XIV dans la région. Rattachée au départ au comté de Namur, Philippeville fait ensuite partie du baillage d’Avesnes après son passage à la couronne de France. Malmenée d’une juridiction à l’autre, elle est définitivement rattachée au parlement de Douai en 1721 en même temps que Mariembourg et resta possession française jusqu’en 1815.

 

La halle de Philippeville avant restauration. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

La halle de Philippeville avant restauration. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

Le plan radioconcentrique de la place forte est encore aujourd’hui sensiblement apparent dans le tracé des rues de la ville, au départ de la place d’Armes, bien que les remparts aient disparu et aient été remplacés par des voiries. La prise de possession de Philippeville par les Français a modifié considérablement la physionomie de la place. Vauban repense les fortifications, tout en gardant le tracé primitif. De nombreux autres bâtiments de l’époque française subsistent encore de nos jours. Parmi ceux-ci, plusieurs casernes d’infanterie, l’ancien hôpital militaire, quelques pans de l’ancien arsenal, la halle, l’ancienne maison du gouverneur de la place forte et le magasin à poudre, devenu en 1922 la chapelle Notre-Dame des remparts. L’église Saint-Philippe, seul monument contemporain de la fondation de la ville par les Espagnols, décentré par rapport à la place d’Armes, conserve des monuments funéraires de hauts personnages liés au passé militaire de la ville à l’époque française. On y trouve également une longue inscription témoignant de la fondation de l’édifice en 1556. Des fortifications, nous conservons des galeries de contremine, en sous-sol, dont une partie est accessible au public. Les constructions en surface n’ont pas résisté au démantèlement de la forteresse entrepris en 1856.

La pierre de fondation de l’église de Philippeville. Photo de 1974. © KIK-IRPA, Bruxelles

La pierre de fondation de l’église de Philippeville. Photo de 1974. © KIK-IRPA, Bruxelles

 

 

 

La chapelle Notre-Dame des remparts de Philippeville, ancien magasin à poudre de la place forte. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

La chapelle Notre-Dame des remparts de Philippeville, ancien magasin à poudre de la place forte. Photo G. Focant © SPW-Patrimoine

Frédéric MARCHESANI, 2013