Vestiges du Mont-Féron

Ath

Chaussée de Tournai 70, 7800 Ath, Belgique

Classement comme monument le 16 août 1978

Tout au long de son histoire sous l’Ancien Régime, Ath est une ville fortifiée de première importance. Cette Bonne Ville du comté de Hainaut protège les frontières de l’État au Moyen Âge face aux possessions des comtes de Flandre. Outre deux enceintes communales érigées à l’époque médiévale, la position fortifiée est modifiée par Vauban à la fin du 17e siècle, détruite par les Français en 1745 et relevée par les Hollandais entre 1815 et 1826. Les plans de la nouvelle place forte sont dressés par l’architecte athois Jean-Baptiste Mottrie et le Hollandais Krayenhoff. Parmi les réalisations de cette époque se trouve le fort du Mont-Féron, ouvrage pentagonal aménagé en 1824 sur une hauteur dominant la ville. Démantelé comme le reste des fortifications de la ville, il n’en subsiste qu’un alignement de trente-trois casemates sur les 117 d’origine. Construites en briques et voûtées, elles sont aujourd’hui complètement enterrées. Quatre d’entre elles sont accessibles depuis les bâtiments de l’ancienne gendarmerie. Un long tunnel assurait la liaison entre le fort et la ville : il a été percé par le contournement de la ville et l’entrée située au pied de la rue du Fort a été grillagée.

Institut du Patrimoine wallon