1886 : la Wallonie née de la grève

18 mars 1886... la commémoration de la Commune de Paris se termine à Liège dans le désordre, des bagarres et des boutiques dévastées. Les forces de l’ordre passeront toute la nuit à rétablir le calme. Le lendemain pourtant, la grève générale s’étend dans le bassin industriel de Seraing, Jemeppe et Flémalle... Pendant plusieurs jours, l’armée et la gendarmerie vont occuper les points stratégiques et s’opposeront aux ouvriers. À peine les ouvriers liégeois ont-ils repris leur travail que des émeutes éclatent dans le Hainaut ; la violence est telle que des usines, des propriétés privées sont détruites... La riposte de la troupe est sanglante : plus d’une vingtaine de tués parmi les manifestants, quant aux blessés, on ne les compte pas... Le Borinage, le Namurois, Dinant, le Tournaisis, Sprimont seront aussi touchés par la grève.
La colère du printemps 1886 était celle des travailleurs wallons écrasés par la loi du marché : le chômage généralisé, l’érosion constante des salaires. Le monde ouvrier a peur devant la dégradation progressive de l’économie et donc des salaires, il a peur du chômage. Carriers, verriers, mineurs, sidérurgistes réclament une hausse des salaires. Dans la Belgique censitaire et centralisatrice de la fin du XIXe siècle, des forces vives de Wallonie ont constitué à la fois le détonateur et le démarreur d’une Belgique nouvelle, plus sociale et plus démocratique.
1886, l’unité de la Wallonie ouvrière se manifeste, écrit Robert Demoulin (Histoire de la Wallonie, 1973). Véritable jacquerie ouvrière qui a traversé toute la Wallonie, le mouvement de révolte s’est répandu comme la poudre à travers toute la Wallonie industrielle. Seul le textile de Verviers n’a pas bougé. Le mouvement n’a pas été prémédité. La présence d’étrangers est attestée mais ils ne sont pas nombreux ; la propagande des socialistes en faveur du suffrage universel leur fait prôner le calme. L’émeute liégeoise a été l’étincelle. S’il n’y a pas d’unité d’action, il y a une unité de réaction sur un fond de misère et de chômage.
La Wallonie est-elle née de cette grève ? Des professeurs d’université se sont posé la question à l’occasion d’un colloque organisé dans le cadre du centième anniversaire de l’événement. À l’issue de leur exposé, ils n’ont pas enlevé le point d’interrogation. En partie parce que le terme Wallonie recouvre plusieurs acceptions différentes. D’autre part, parce que la grève avait un caractère essentiellement social. C’est sous l’impulsion des événements sociaux de 1886 que des initiatives vont être prises par le pouvoir politique afin de permettre progressivement l’élaboration d’une véritable législation sociale. Une étude rapide de la législation de cette époque prouve qu’avant 1886, il n’existe que peu de dispositions légales en matière de protection des travailleurs et de sécurité sociale. Une chose est certaine, la grève a fait la cohésion de la Wallonie industrielle, dynamique et novatrice.

Références
GeHW ; vKlK ; VSb1886 ; WnG1886

Institut Destrée (Paul Delforge et Marie Dewez) - Segefa (Pierre Christopanos, Gilles Condé et Martin Gilson)