Hymne

Par le décret du 23 juillet 1998, le Parlement wallon a reconnu officiellement le «  Chant des Wallons » comme hymne de la Wallonie. Ce faisant, comme pour les autres symboles wallons, il a consacré un usage et une décision prise antérieurement au sein du Mouvement wallon.

C'est, en effet, l'Assemblée wallonne - premier parlement, officieux, de la Wallonie – qui avait envisagé la question, dès 1913, en même temps que celle de la fête et du drapeau. « Li Tchant dès Walons » figurait déjà parmi les prétendants mais l’Assemblée estima qu’il fallait laisser le texte s’imposer par la pratique avant d’opérer sa consécration officielle. Pour une majorité de militants, c’est chose faite en 1935 et, sur la proposition de Joseph-Maurice Remouchamps, soutenue par le Namurois François Bovesse, « l’Assemblée wallonne adopte comme hymne régional de la Wallonie le "Tchant dès Walons", de Théophile Bovy, musique de Louis Hillier ».

Ce chant avait été composé dans le cadre d'un concours organisé en 1900-1901 par la Ligue wallonne de Liège - organe pionnier du Mouvement wallon - dans le but de donner à la Wallonie un hymne qui transcende et unifie les chants traditionnels de ses différentes villes. Ses paroles - originellement en wallon liégeois - sont de Théophile Bovy (1900) et la musique de Louis Hillier (1901).

En 1998, le Parlement wallon a décidé de retenir pour la version officielle trois des quatre couplets originels, dans leur forme française.

Le Chant des Wallons 

(version française officielle)

Li Tchant des Walons 

(version originale en wallon liégeois)

I. 

Nous sommes fiers de notre Wallonie,

Le monde entier admire ses enfants.

Au premier rang brille son industrie

Et dans les arts on l'apprécie autant.

Bien que petit, notre pays surpasse

Par ses savants de plus grandes nations.

Et nous voulons des libertés en masse :

Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallons !

I.

Nos-èstans fîrs di nosse pitite patrèye,

Ca lådje èt long, on djåse di sès-èfants.

Å prumi rang on l' mèt' po l' industrèye

Et d'vins lès-årts èle riglatih ot'tant.

Nosse tére èst p'tite, mins nos-avans l' ritchèsse

Dès-omes sincieûs qu'anôblihèt leû nom.

Et nos-avans dès libèrtés timpèsse :

Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d' èsse Walon !

Et nos-avans dès libèrtés timpèsse :

Vola poqwè! Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d' èsse Walon !

Non repris dans la version officielle

Quand on relit les faits de notre histoire,

A chaque page on se sent transporté ;

Et l'on tressaille en pensant à la gloire

De nos aïeux qui n'ont jamais tremblé.

Quand l'ennemi voulu les rendre esclaves,

Il fut vaincu, broyé sous leur talon ;

César les a proclamés les plus braves :

Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallon !

II.

Di nosse passé, qwand c'èst qu'on lét l'istwère,

On s'rècrèstêye vormint à chaque foyou,

Et nosse coûr crèh' qwand c'èst qu'on tûse al glwère

Di nos vis péres qui n'avit måy pawou.

C'est gråce a zèls qui n'djouwihans dèl påy,

Il ont språtchî l'inn'mi d'zos leû talon;

On l'z-a r'clamé lès pus vaillants qu'i-n-åye

Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

On l'z-a r'clamé lès pus vaillants qu'i-n-åye

Vola poqwè! Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

II.

Entre Wallons, toujours on fraternise.

Dans le malheur, on aime s'entraider ;

On fait le bien sans jamais qu'on le dise,

En s'efforçant de le tenir caché.

La charité visitant la chaumière

S'y prend le soir avec cent précautions ;

On donne peu, mais c'est d'un cœur sincère :

Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallons !

III.

On s'veût vol'tî inte frés dèl Walon'rèye

Et l'on-z-èst prèt'onk l'aûte a s'diner l'main ;

On s'fait plaisir bin sovint sins qu'on l'dèye,

Nouk ni s'hågnêye qwand c'èst qu'i vout fé l'bin

Li tcharîté qui mousse èl mohinète

N'î va qu'al nut' avou mèye précôcions ;

Li pô qu'on done on nèl donne qu'è catchète :

Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

Li pô qu'on done on nèl donne qu'è catchète :

Vola poqwè! Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

III.

Petit pays, c'est pour ta grandeur d'âme

Que nous t'aimons, sans trop le proclamer.

Notre œil se voile aussitôt qu'on te blâme

Et notre cœur est prêt à se briser.

Ne crains jamais les coups de l'adversaire.

De tes enfants les bras te défendront

Il ne faut pas braver notre colère:

Voilà pourquoi l'on est fier d'être Wallons !

IV.

Pitit payîs, vos qu'a tant d'grandeûr d'âme,

Nos v's-inmans bin, sins qu'nos l'brèyanse tot haut ;

Qwand on v'kidjåse, ås-oûy montèt nos låmes

Et nos sintans nosse coûr bate a gros côps !

N'åyiz nole sogne èt vikése è liyèsse

Di vos èfants lès brès èt l'coûr sont bons,

Et nos avans lès dj'vès fwèrt près dèl tièsse :

Vola porqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

Et nos avans lès dj'vès fwèrt près dèl tièsse :

Vola poqwè! Vola poqwè qu'on-z-èst fîr d'èsse Walon !

 En partenariat avec le Musée de la Vie wallonne, découvrez-en plus dans l'article historique téléchargeable ci-dessous.

Frontispice du Chant des Wallons © Province de Liège – Musée de la Vie wallonne - BDW  Frontispice du Chant des Wallons © Province de Liège – Musée de la Vie wallonne - BDW

Liens :