Yves Binon

Mont-sur-Marchienne 07/05/1964Député wallon : 2009-2014Diplômé A2 en électricité et chauffagiste, responsable d’une entreprise active dans le domaine du chauffage, Yves Binon est entré tout jeune en politique ; à 21 ans, il préside les Jeunes Réformateurs libéraux de Ham-sur-Heure (1985) ; dans les années 2000, il préside la Fédération d’arrondissement de Thuin du MR. Élu conseiller communal en octobre 1988 (163 vp.), il double ses voix de préférence en 1994 (338 vp.) et devient échevin des Travaux publics. En octobre 2000, il décroche le maïorat (1136 vp.), fonction dans laquelle il est reconduit en 2006 (2.944 vp.) et en 2012 (2.983 vp.). En 2006 comme en 2012, le MR dispose de la majorité absolue (15 sièges), mais maintient une alliance avec le cdH au Conseil communal. Parmi les priorités du bourgmestre figurent la sécurité et l’environnement, ainsi que la volonté de maintenir un espace vert naturel au sud de la métropole carolorégienne. Président de la zone de police Germinalt (2005-), il inaugure un tout nouveau commissariat central à Ham-sur-Heure (2009), répondant à des normes écologiques.Par ailleurs, il s’oppose à la fois à l’implantation d’éoliennes et au passage du dédoublement de la N5/E420 par Nalinnes. Pendant plusieurs mois, il est mobilisé par le dossier de ce dédoublement au sud de Charleroi, projet qui vise à établir une voie rapide entre Charleroi et le réseau autoroutier français, comprenant un contournement à hauteur de Couvin. S’opposant à l’option choisie par l’administration wallonne de traverser l’entité de Nalinnes, le maire de Ham-sur-Heure fait réaliser un projet alternatif par un bureau d’études et contribue à la prise en considération de nouveaux tracés. De consultation en études, six tracés sont sur la table en 2003, mais aucune décision n’est prise quand survient le scrutin régional de juin 2004.Afin de peser davantage dans la décision politique, Yves Binon se porte candidat ; premier suppléant dans l’arrondissement de Thuin (3.079 vp.), il réalise le 6e score tous partis confondus et le troisième du MR, mais c’est le PS qui emporte les trois sièges. En juin 2009, l’apparentement joue en faveur du MR thudinien et Yves Binon (5.471 vp.), troisième score de la circonscription, décroche le troisième mandat au Parlement wallon. Il n’est pas étonnant de le retrouver parmi les membres de la Commission des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité et du Patrimoine.Président du Conseil d’Administration et Administrateur-délégué de la s.a. Binon & Cie, président de la Prézone opérationnelle Hainaut-Est et administrateur de la SOCOFE, active dans les secteurs de l’énergie, des énergies renouvelables, de l’environnement et de l’eau, il est à nouveau tête de liste aux élections régionales du 25 mai 2014. Avec 7.526 vp, il obtient des électeurs de Thudinie le droit de poursuivre ses activités au Parlement wallon, mais le décret wallon décumul le contraint de choisir entre Namur et Ham-sur-Heure. En cédant son mandat wallon à Marie-Françoise Nicaise, il donne priorité à son mandat de bourgmestre de Ham-sur-Heure, dont le projet de dédoublement autoroutier s’est éloigné.Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse (-2014)conseiller communal de Ham-sur-Heure/Nalinnes (1989-)échevin (1995-2000)bourgmestre (2001-député wallon (2009-2014)

Paul Delforge, décembre 2014