Christian Brotcorne

Leuze-en-Hainaut 9/12/1953

Député wallon : *2002-2004 ; 2004-2007*

Licencié en Droit de l’Université catholique de Louvain (1976), avocat inscrit au barreau de Tournai, Christian Brotcorne est élu conseiller communal PSC de Leuze-en-Hainaut en 1976 et devient d’emblée échevin en charge de la Jeunesse, de la Culture et des Sports (1977-1982). Après une législature dans l’opposition, il devient Premier échevin, en charge de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, des Affaires économiques et de l’Environnement (1989-1994) et fait fonction de bourgmestre durant quelques mois (1991). Malgré une popularité croissante et observable à chaque scrutin (2000, 2006 et 2012), il est contraint à l’opposition dont il est le chef de file (1995-2012) jusqu’en octobre 2012 : s’alliant au MR du bourgmestre sortant, le cdH (IDEES) signe un pacte de majorité qui fait de Christian Brotcorne le nouveau bourgmestre de Leuze.
Conseiller provincial du Hainaut (1988-), vice-président puis président de l’assemblée provinciale hennuyère (1994-2000), il est le premier élu non socialiste à occuper ce poste depuis 75 ans. Initiateur d’une commission « avenir des provinces », il anime les travaux portant sur l’amélioration tant de la visibilité que de la transparence de ce niveau de pouvoir.
Promis à la succession de Georges Seneca depuis plusieurs années, tenté par le MCC de Gérard Deprez, mais en charge des dossiers « Environnement » au sein du Nouveau PSC, il entre au Parlement wallon en tant que représentant de l’arrondissement de Tournai-Ath-Mouscron suite au décès inopiné de G. Seneca (décembre 2002) et est confirmé par l’électeur en 2004. Choisi par son parti comme l’un des dix sénateurs de communauté francophones, il siège à la fois au Parlement wallon, au Parlement de la Communauté française et au Sénat (2003-2007). Président du groupe cdH au Sénat (2004-2007), il est attentif aux dossiers liés à la Wallonie picarde, à la bonne gouvernance, à la citoyenneté et à la lutte contre les extrémismes. Rapporteur de la Commission spéciale mixte Immo-Congo, il contribue à la rédaction des conclusions sous forme de 13 recommandations adoptées en séance plénière (2006-2007).
En 2007, il opte définitivement pour la Chambre fédérale où il est régulièrement élu dans la circonscription du Hainaut. Quittant le Parlement wallon et perdant son mandat de sénateur de communauté, il devient le chef de groupe du cdH, est membre de la Commission des Finances, siège en tant que vice-président dans la Commission d’enquête parlementaire sur la grande fraude fiscale (2008) et dans la Commission d’enquête Fortis (2009). De 2010 à 2014, il est membre de la Commission de la Justice, de celle des Relations extérieures et de celle de la Révision de la Constitution et de la Réforme des Institutions. Il préside aussi la Commission des Pétitions. Durant la courte législature 2011-2014, il adopte, parmi beaucoup d’autres textes législatifs, l’ensemble des dispositions de la 6e Réforme de l’État qui comprend notamment la scission de BHV, la réforme profonde du Sénat, l’accroissement tangible de l’autonomie fiscale des Régions et le transfert d’importantes compétences vers les entités fédérées. En mai 2014, il est réélu député fédéral.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2014
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 71-72

conseiller communal de Leuze-en-Hainaut (1977-)
échevin (1977-1982, 1989-1994)
bourgmestre ff (1991)
conseiller provincial du Hainaut (1988-2002)
député wallon (2002-2007)
sénateur de communauté francophone (2003-2007)
député fédéral (2007-)
bourgmestre (2012-)

Paul Delforge, décembre 2014