Willy BURGEON

Haine-Saint-Pierre 11/01/1940

Député wallon : 1980-1981 ; 1981-1985 ; 1985-1987 ; 1988-1991 ; 1992-1995 ; 1995-1999
6e Président du Parlement wallon : 1988-1991 ; 1992-1995

Licencié en Sciences commerciales et financières de l’Institut Warocqué à Mons (1962), professeur d’économie à l’École normale provinciale à Charleroi (1963-1969), sous-directeur de l’École commerciale de l’Université du Travail de Charleroi (1969-1971), Willy Burgeon s’engage en politique selon une longue tradition familiale (un arrière-grand-père maternel avait contribué à la construction de la Maison du Peuple de Jolimont, une des premières d’Europe). Marqué par les événements de la grève de l’hiver ‘60-’61, il est élu conseiller communal de Haine-Saint-Pierre et en 1970, et devient d’emblée échevin de l’Instruction publique (1971-1977). En raison de la fusion des communes, il déménage à Leval-Trahegnies, dans le « grand Binche » où il est élu conseiller communal et (re)devient échevin de l’Enseignement, de la Culture et des Affaires économiques (1977-2000). Binche connaît alors une profonde rénovation urbaine et architecturale.
Député de l’arrondissement de Thuin (1971-1977), représentant du PS au Conseil économique régional de Wallonie (1975-1983), partisan d’une rapide concrétisation de l’article 107 quater, W. Burgeon participe à l’adoption des principales réformes institutionnelles (1980, 1988, 1993) qui attribuent une autonomie certaine à la Wallonie et transforme la Belgique en un État fédéral.
Membre du Conseil régional wallon (1980-1995), secrétaire du bureau de l’assemblée (1983-1988), vice-président de la Commission de l’Économie, de l’Emploi et des Classes moyennes (1981-1988), il accède à la présidence du Parlement wallon (1988-1995), en devient le sixième titulaire, et reste à ce jour celui qui a assuré le plus long mandat à ce poste. Il s’emploie à faire connaître son institution tant au niveau international que par des démarches transfrontalières, à lutter contre l’absentéisme et à améliorer les conditions de travail à Namur. Il ne parvient cependant pas à imposer la construction d’un nouvel hémicycle selon les plans de l’architecte Mario Botta, sur le Grognon. Le 6 avril 1995, il fait adopter in extremis une résolution attribuant au Conseil régional wallon le nom de Parlement wallon.
Reconduit à Namur par les électeurs de l’arrondissement de Thuin, Willy Burgeon figure parmi les 75 premiers députés élus directement au Parlement wallon (1995-1999). Il garde une fonction au bureau de l’assemblée en tant que secrétaire (1995-1999). Avec Gustave Hofman, Léon Walry, Pierre Wintgens et Ghislain Hiance, il dépose notamment une proposition de décret devant le Parlement wallon, début juillet 1997, visant à doter la Wallonie d’un hymne officiel. Après plusieurs réunions de travail au sein d’une Commission spéciale dont il est membre, Le Chant des Wallons est retenu et fait l’objet d’un décret adopté le 15 juillet 1998 par le Parlement wallon. Par ailleurs, il est aussi membre du Comité des Régions et rapporteur de la Commission Fonds structurels européens. De 1995 à 2001, il préside l’Union des Villes et des Communes de Wallonie.
Suite à des différends au sein de la Fédération socialiste de Thuin et de la section locale de Binche, W. Burgeon refuse de se présenter au scrutin pour le Parlement wallon en 1999, et se retrouve conseiller communal de l’opposition suite au succès de la liste d’André Navez (2001-2006). Chef de groupe PS, il renonce à tout mandat en 2006. Il reste actif dans les associations qu’il a créées et qui valorisent des spécialités traditionnelles de Binche, comme la dentelle, tout en mobilisant de l’emploi local. Après une profession de foi républicaine publique (2001), Willy Burgeon déclare vouloir faire le choix de la France (2008).

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 73-77

conseiller communal de Haine-Saint-Pierre (1971-1976)
échevin (1971-1976)
conseiller communal de Binche (1977-2006)
échevin (1977-2000)
député (1971-1995)
membre du Conseil régional wallon (1980-1995)
Président du Parlement wallon (1988-1995)
député wallon (1995-1999)

Paul Delforge, décembre 2014