Paul de Stexhe

Marchienne-au-Pont 17/03/1913, Charleroi 2/05/1999

Député wallon : 1974-1977 ; 1980-1981

Docteur en Droit, licencié en Notariat, licencié en Sciences politiques et diplomatiques de l’Université catholique de Louvain, avocat au barreau de Charleroi où il va réaliser une brillante carrière d’avocat, il s’engage dans la voie politique dès 1946, quand il est élu conseiller provincial PSC du Hainaut. Vice-président de l’assemblée provinciale (1949-1958), membre du Comité national du PSC depuis 1950, il opte pour le Sénat en juin 1958. Coopté à la Haute Assemblée (1958-1965), sénateur de l’arrondissement de Charleroi-Thuin (1965-1981), Paul de Stexhe figure dans le gouvernement Harmel formé en 1965, en tant que ministre de la Culture française. C’est la première fois qu’un gouvernement belge compte en ses rangs un ministre exclusivement dédié à la Culture française. Le pli est pris et jusqu’en avril 1979 vont se succéder des ministres titulaires de ce seul département. Très vite pourtant, le gouvernement Harmel tombe sur les dossiers du Zwartberg et des médecins. Paul de Stexhe ne sera plus jamais ministre.
Par contre, le juriste participe régulièrement aux travaux de la commission sénatoriale chargée d’étudier les modalités d’une révision de la Constitution. Membre de la Commission du Sénat chargée de la révision constitutionnelle (1968-1971), il en est l’un des rapporteurs et participe assidûment à toutes les réunions qui conduisent finalement à la rédaction de nouveaux articles dans le texte constitutionnel de 1831. En 1972, le sénateur-juriste décrira cette Révision de la Constitution 1968-1971 dans un ouvrage publié chez Larcier.
Membre de l’Assemblée du Conseil de l’Europe (1968-1977), sénateur direct (1965-1978), puis sénateur provincial du Hainaut (1979-1981), Paul de Stexhe vote tant la révision de la Constitution en 1970, que la loi de régionalisation provisoire (1974) et les lois d’août 1980. En conséquence, il va siéger tant au Conseil régional wallon provisoire (1974-1977) qu’au Conseil régional wallon (1980-1981). Il le fait par discipline de parti, davantage que par conviction car, pour Paul de Stexhe, l’émergence des Conseils culturels de Communauté en 1971 était le point d’aboutissement de la transformation institutionnelle de la Belgique et il n’envisageait pas que les régions puissent disposer d’autonomie.
Membre du Conseil culturel (1971-1981), il dépose, avec Marc-Antoine Pierson, une résolution – vivement débattue – pour désigner Bruxelles comme siège du Conseil culturel (de préférence à Namur). Trois ans après ce décret, P. de Stexhe se rallie à la troisième proposition de décret de Fernand Massart relative au choix du drapeau et du jour de la fête de la Communauté française. Le choix du 27 septembre n’étant pas nécessairement très clair dans tous les esprits, Paul de Stexhe prend l’initiative, quand il accède à la présidence du Conseil culturel de la Communauté culturelle française de Belgique (1977-1979), de faire publier une brochure intitulée Pourquoi le 27 septembre ?

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 187-188

conseiller provincial du Hainaut (1946-1958)
sénateur coopté (1958-1965)
sénateur (1965-1978)
ministre (1965-1966)
membre du Conseil régional wallon provisoire (1974-1977)
sénateur provincial du Hainaut (1979-1981)
membre du Conseil régional wallon (1980-1981)

Paul Delforge, décembre 2014