Pierre Descamps

Ath 15/10/1916, Bordeaux 19/04/1992

Député wallon : 1974-1977 ; 1980-1981 ; 1981-1985

Jeune licencié en Philosophie et Lettres, Pierre Descamps se distingue durant la Seconde Guerre mondiale au sein du groupe de résistance « O » et comme chef du service des réseaux Sabot en France. Industriel, administrateur de sociétés à la Libération, il est élu aux élections communales d’octobre 1958 et devient d’emblée le bourgmestre d’Aubechies. Il le restera jusqu’à la fusion de cette commune au sein du « grand Beloeil » (1959-1976). Pierre Descamps décide alors de se retirer de la politique communale.
Élu sénateur en mars 1961 sur une liste du Parti pour la Liberté et le Progrès, il est régulièrement reconduit à la Haute-Assemblée. Mais le PLP-PVV supporte difficilement les conséquences du Walen buiten et quand Omer Vanaudenhove renonce à la présidence du parti, c’est Pierre Descamps, issu des rangs des libéraux wallons, qui lui succède et devient, sans le savoir, le dernier président « unitaire » du parti libéral, puisque, dès 1972, se constituent des ailes wallonne, bruxelloise et flamande. En janvier 1977, lors de la création du PRLW, Pierre Descamps est l’un des vice-présidents du nouveau parti.
Sénateur de l’arrondissement de Tournai-Ath, devenu l’arrondissement Tournai-Ath-Mouscron, questeur puis vice-président du Sénat (1968-1970), responsable d’un parti qui se trouve dans l’opposition en 1968, il apporte pourtant le soutien de ses mandataires au gouvernement Eyskens lors du vote de la révision de la Constitution, en décembre 1970. Le soutien des libéraux wallons est décisif pour atteindre la majorité des deux tiers nécessaire à la réforme de l’État. Durant l’été 1974, Pierre Descamps figure parmi les sénateurs qui adoptent la loi de régionalisation provisoire concoctée par le duo Perin-Vandekerckhove. Dès le 26 novembre, il participe aux travaux du Conseil régional wallon provisoire (1974-1977). Dans une Lettre aux électeurs wallons (novembre 1976), il lance d’ailleurs un appel à davantage d’autonomie politique pour la Wallonie. « Nous sommes convaincus que des raisons économiques, sociales et culturelles font du combat pour la Wallonie un objectif primordial », écrivait-il notamment.
Nommé ministre d’État le 30 mars 1973, il est devenu un mandataire incontournable dans sa circonscription du Hainaut occidental. Pourtant, à la surprise générale, lors des élections anticipées de décembre 1978, il n’est pas réélu directement au Sénat ; il est repêché comme sénateur provincial de… Liège. C’est à ce titre qu’il vote les lois d’août 1980 et qu’il siège, dès le 15 octobre, au sein du nouveau Conseil régional wallon (1980-1981).
Retrouvant directement le Sénat par le choix de l’électeur en novembre 1981, Pierre Descamps achève sa carrière parlementaire comme sénateur provincial du Hainaut (1985-1987). Par conséquent, il ne participe aux sessions du Conseil régional wallon et du Conseil de la Communauté française que jusqu’en 1985. Sa matière de prédilection était la Défense nationale et il fut membre de la Commission du Sénat durant plus de vingt-cinq ans.
En 1987, alors qu’il a décidé de renoncer à tout nouveau mandat politique, P. Descamps accepte de « dépanner » le PRL en devenant le bourgmestre de Beloeil jusqu’aux élections d’octobre 1988, sans passer par la « case » des électeurs. Une grave crise de succession s’était en effet ouverte suite au décès du maïeur Georges Destrebecq (1986) et comme aucun accord ne semblait possible au sein du Conseil communal on fit appel à un sage venu de l’extérieur, en l’occurrence le ministre d’État Pierre Descamps, pour pacifier les esprits. Reprenant goût à la fonction, il se porte candidat en octobre 1988, mais l’électeur en décide autrement. En mars 1989, P. Descamps renonce à son mandat de conseiller communal et se consacre à l’Œuvre belge de lutte contre le cancer, dont il est devenu le président. Nommé président d’honneur en 1991, il crée un prix qui porte son nom et est attribué annuellement à un chercheur.

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 183-184

conseiller communal d’Aubechies (1959-1976)
bourgmestre (1959-1976)
sénateur (1961-1978)
membre du Conseil régional wallon provisoire (1974-1977)
sénateur provincial de Liège (1979-1981)
sénateur (1981-1985)
membre du Conseil régional wallon (1980-1985)
sénateur provincial du Hainaut (1985-1987)
bourgmestre de Beloeil (1987-1988)
conseiller communal (1989)

Paul Delforge, décembre 2014