Denis D'Hondt

Flobecq 7/01/1940

Député wallon : 1981-1985 ; 1985-1987 ; 1988-1991

Diplômé de l’École normale de l’État de Mons (1958) ainsi que de l’Institut supérieur universitaire section orthopédagogie, Denis D’Hondt est instituteur (1958-1967), avant de devenir le directeur de l’Institut d’enseignement spécial de l’État à Kain (1967-1981). Il se met en congé de ses fonctions lorsqu’il est élu député, fin 1981, sur les listes du PRL. Président francophone des Jeunesses pour la Liberté et le Progrès (1972-1977), Denis D’Hondt bénéficie déjà d’une expérience politique certaine, dans la mesure où il a été détaché à plusieurs reprises auprès des ministres Michel Toussaint à l’Éducation nationale (1973-1974), Henri-François Van Aal à la Culture française (1974-1977), et a été conseiller-chargé de mission auprès de Guy Mathot, ministre de l’Éducation nationale en 1981.
Conseiller communal depuis octobre 1970, dans la petite commune de Flobecq (2.500 électeurs), conseiller provincial du Hainaut (1977-1981), il est envoyé à la Chambre des représentants en 1981 par les électeurs de l’arrondissement de Tournai-Ath-Mouscron. Membre du Conseil de la Communauté française et du Conseil régional wallon, Denis D’Hondt s’était vu confier la responsabilité de chef de groupe PRL à Namur, du 27 novembre 1985 au 2 février 1988, sous la majorité PSC-PRL. Il est aussi le secrétaire de la Commission du Budget, des Finances et des Travaux subsidiés du Conseil régional wallon (1985-1987). Il est encore le chef de groupe libéral au Conseil régional wallon (3 février-10 mai 1988) avant d’être remplacé par Daniel Ducarme. Vice-président de la Commission « Intérieur » de la Chambre dans les années 1980, il a été aussi secrétaire du bureau du Conseil de la Communauté française. N’ayant pas obtenu le renouvellement de son mandat par l’électeur, Denis D’Hondt est coopté au Sénat par son parti (1992-1995). Lors du scrutin de mai 1995, il opte pour la Chambre fédérale où il siège jusqu’en 2003. Président de la fédération d’arrondissement d’Ath du PRL (1995), vice-président du PRL (2000), il décide de mettre un terme à sa carrière parlementaire sans se représenter en mai 2003, afin de protester contre la composition des listes du MR hennuyer.
Sur le plan local, Denis D’Hondt est devenu – in extremis – le nouveau bourgmestre de Flobecq en 1983. Six ans plus tard, il est cependant renvoyé dans l’opposition par une alliance PS-PSC. Celle-ci vole en éclat et, en 1995, le leader des libéraux « reprend » l’hôtel de ville de Flobecq pour six ans. En octobre 2000, le PS emmené par Rudy Demotte convainc le seul élu PSC de former majorité et Denis D’Hondt redevient conseiller communal de l’opposition (2001-2006). En octobre, il se retire de la vie politique active.

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 200-201

conseiller communal de Flobecq (1971-2006)
conseiller provincial du Hainaut (1977-1981)
député (1981-1991)
membre du Conseil régional wallon (1981-1991)
chef de groupe au CRW (1985-1988)
bourgmestre (1983-1988)
sénateur coopté (1992-1995)
bourgmestre (1995-2000)
député fédéral (1995-2003)

Paul Delforge, décembre 2014