Henri Dumont

Villers-l’Évêque 1610, Paris 08/05/1684

Musicien, Henri Dumont commence sa formation musicale, en 1621, à la Collégiale Notre-Dame de Maastricht où il est enfant de chœur puis organiste (1630-1632). Élève de Léonard Hodemont à la Cathédrale Saint-Lambert de Liège, il s’installe ensuite à Paris, en 1638, où il devient, en 1640, organiste de l’église Saint-Paul. Organiste et claveciniste au service du duc d’Anjou, à partir de 1652, intendant de la musique particulière de la reine Marie-Thérèse, à partir de 1660, ayant acquis une certaine notoriété, il publie son premier recueil de motets.
Sous-Maitre de la Chapelle royale, en 1663, compositeur de la Chapelle royale, en 1672 – il restera au service du roi jusqu’à sa mort –, il devient également Maitre de Musique de la reine, en 1673.
C’est dans la musique d’église et particulièrement dans la composition de motets que Henri Dumont se montre le plus novateur. Il a publié à Paris six recueils d’œuvres religieuses et un livre de messes en plain-chant. Il sait aussi s’éloigner d’une musique essentiellement liturgique comme en témoignent les dix-sept pièces pour clavier, disséminées dans ses livres de motets, édités en 1668 et 1681, et dans quelques recueils manuscrits. Il met au point la formule française du grand motet à deux chœurs, orgue et orchestre et assurera jusqu’à sa mort « la grandeur musicale des cérémonies religieuses de la cour de France ». Son influence sera grande sur ses contemporains et leurs héritiers.
Marie Dewez

Theodore BAKER et Nicolas SLONIMSKY, Dictionnaire biographique des musiciens, Paris, 1995, p. 1086-1087
La Médiathèque, http://www.lamediatheque.be/travers_sons/dumont.htm (s.v. octobre 2014)
Jérôme LEJEUNE, dans Robert WANGERMÉE et Philippe MERCIER (dir.), La musique en Wallonie et à Bruxelles, t. I : Des origines au XVIIIe siècle, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1980
José QUITIN, « Un âge musical nouveau : XVIIe et XVIIIe siècles, début du XIXe », dans La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. II, p. 326-327

Œuvres principales
Cantica sacra (1652)
Meslanges (1657)
Airs à quatre, basso continuo, et quelques-uns à trois en forme de motets à la fin du livre, sur la paraphrase de quelques psaumes et cantiques de Messire Anthoine Godeau (1663)
Motets à deux voix avec la basse continue (1668)
Cinq messes en plain-chant (1669)
Motets à deux, trois et quatre parties, pour voix et instruments, avec la basse continue (1681)

Marie Dewez, décembre 2014