Louis Dupont

Waremme 1896, Liège 06/03/1967

Après avoir étudié le dessin à l’Académie de Liège, dont il deviendra professeur entre 1949 et 1967, Louis Dupont s’oriente vers la sculpture ; il est accueilli dans l’atelier de Georges Petit qui le suit pendant deux ans. Bénéficiant d’une bourse du gouvernement, il ouvre son propre atelier à Waremme. Ses premières réalisations sont des bustes, des nus et des compositions symboliques. Louis Dupont est aussi médailleur.

En 1935, son Ariane vient décorer l’un des palais de l’Exposition universelle de Bruxelles, mais c’est à Liège qu’il reçoit de nombreuses demandes des autorités publiques à la fois pour les parcs publics (de nombreux bancs et bustes de personnages historiques) et la mise en valeur de grands travaux : ainsi est-il l’auteur de l’impressionnante statue du roi Albert qui figure à l’entrée du canal éponyme. Il est encore l’auteur des bas-reliefs sur le pont des Arches, projet auquel l’a associé l’architecte Georges Dedoyard. Les thèmes de la Nativité et du Cheval Bayard lui ont été suggérés par Rita Lejeune. Il aime le marbre blanc, mais pratique aussi la pierre de Vinalmont. Auteur du bas-relief placé sur la façade de l’ancienne régie des téléphones (rue de l’Université, à Liège) (1951), il travaille aussi à la décoration de la façade du bâtiment de l’Université de Liège (1958). Cependant, l’œuvre la plus connue de Louis Dupont est celle qui est inaugurée le 8 mai 1955, à savoir le Monument national de la Résistance. À titre personnel, Louis Dupont a eu à souffrir de l’occupation allemande de 1940-1945 puisqu’avec son frère, Georges, il a été arrêté en 1941 et fait prisonnier à la citadelle de Huy.

Françoise DUMONT, Woman in Art, œuvres provenant des collections du Musée de l’Art wallon (s.v. août 2013)

La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, t. III, p. 360

Paul Delforge, décembre 2013