André FLAHAUT

Walhain 18/08/1955

Député wallon : *1994-1995 ; 2009*

Licencié en Sciences politiques et administratives publiques de l’Université libre de Bruxelles (1978), André Flahaut est membre du Parti Socialiste depuis 1973 où il remplit différentes fonctions, comme la présidence de la Fédération du PS Brabant wallon où il est élu de 1983 à 1995. Résolument favorable à la scission de la province de Brabant, il revendique la création d’une province du Brabant wallon et affirme l’attachement de cette province à la Wallonie. L’étudiant de l’ULB avait eu le professeur Guy Spitaels comme directeur de mémoire. Le sénateur socialiste l’invite à travailler pour l’Institut Émile Vandervelde comme collaborateur extérieur d’abord (1979). Dix ans plus tard, il en est le directeur (1989-1995). Nommé à la présidence de l’Office de la Naissance et de l’Enfant (ONE) en janvier 1989, il hérite d’une institution nouvellement communautarisée qu’il organise (1989-1995).
Conseiller communal de Walhain (1977), la liste socialiste d’A. Flahaut ne parvient pas à prendre la majorité. En 1994, il déménage à Wavre, mettant un terme à plusieurs années de lutte politique walhinoise. Vice-président de l’Intercommunale des Œuvres sociales du Brabant wallon (IOSBW) de 1993 à 1995, conseiller provincial du Brabant (1988-1991), le président de la Fédération socialiste négocie avec les libéraux les accords de majorité sur le Brabant wallon, province dont il prépare l’émergence inscrite dans les accords de la Saint-Michel. Quand V. Féaux est nommé gouverneur de la nouvelle province, A. Flahaut – son suppléant à la Chambre – devient parlementaire, représentant de l’arrondissement de Nivelles. Jusqu’en mai 1995, il siège également au Parlement wallon et au Conseil de la Communauté française. À partir de 1995, il opte résolument pour la Chambre fédérale où il est régulièrement élu comme représentant de l’arrondissement de Nivelles. Il réalise son meilleur score en 2003 et signe son deuxième meilleur résultat en mai 2014.
Sur le plan communal, André Flahaut qui espérait partager le dernier mandat de Charles Aubecq échoue dans sa stratégie, le maire de Wavre venant se servir dans les troupes du PS pour consolider sa propre majorité absolue (2000). En 2003, A. Flahaut vient s’installer à Nivelles mais la Cité des Aclots se choisit le Premier échevin sortant, le MR Pierre Huart, plutôt que le chef de file NiVl. A. Flahaut semble condamner à siéger comme conseiller communal de l’opposition. En octobre 2012, le PS se retrouve d’ailleurs tout seul dans l’opposition.
Sa désignation comme ministre de 1995 à 2007 l’oblige cependant à renoncer à l’exercice effectif de son mandat parlementaire durant cette période. En charge de la Fonction publique et des Infrastructures dans le gouvernement Dehaene II (28 juin 1995-13 juin 1999), André Flahaut hérite également des « victimes de guerre », de la Régie des bâtiments, du Comité supérieur de contrôle et du service du Contrôle médical des fonctionnaires. Dans l’équipe arc-en-ciel présidée par Guy Verhofstadt, il devient ministre de la Défense (14 juillet 1999-11 juillet 2003), ministère qu’il poursuivra dans l’équipe Verhofstadt II, sans les Écolo (11 juillet 2003-10 juillet 2007). Il devient le deuxième ministre socialiste wallon de la Défense de l’histoire de la Belgique, après Guy Coëme. Il va rester cent mois à la tête de ce département.
Redevenu député fédéral en juin 2007, il retrouve la présidence de la Fédération du PS et de la Mutualité socialiste où il avait été désigné en juin 1992, et dont il s’était mis en congé politique, de 1995 à 2007. Candidat élu aux scrutins régionaux de 2004 et de 2009, il renonce immédiatement à siéger à Namur, privilégiant son mandat fédéral. Ministre d’État (2009), A. Flahaut préside la Chambre fédérale de juillet 2010 à avril 2014. Durant la courte législature 2011-2014, il adopte parmi beaucoup d’autres textes législatifs l’ensemble des dispositions de la 6e Réforme de l’État qui comprend notamment la scission de BHV, la réforme profonde du Sénat, l’accroissement tangible de l’autonomie fiscale des Régions et le transfert d’importantes compétences vers les entités fédérées.
Bien qu’élu fédéral en 2014, André Flahaut abandonne son siège à la Chambre lorsqu’il est désigné comme ministre dans le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles présidé par Rudy Demotte en juillet 2014 ; il est en charge du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse 2009-2010
Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 246-248

conseiller communal à Walhain (1977-1993)
conseiller provincial du Brabant (1988-1991)
député (1994-1995)
membre du Parlement wallon (1994-1995)
conseiller communal de Wavre (1995-2003)
député fédéral (1995, 1999, 2003)
ministre fédéral (1995-2007)
conseiller communal de Nivelles (2006-)
député fédéral (2007-2014)
ministre communautaire (2014-)

Paul Delforge, décembre 2014