Edgard Flandre

Erpion 3/01/1943

Député wallon : 1985-1987

Délivrant des conseils en jardinage biologique dans la revue Ardennes magazine, Edgard Flandre fait partie de l’équipe de « Nature&Progrès » Belgique : il est membre du Bureau depuis les années quatre-vingt. Parallèlement, il crée une Union des Professionnels du Bio qu’il préside. Cette association est surtout tournée vers le commerce bio (Asblad), plutôt que vers sa promotion. Se présentant comme un « pionnier belge de l’agriculture biologique », Edgard Flandre a été président national des agrobiologistes belges, association défendant ce type de nouvelle culture.
Passant de la culture bio à l’écologie politique, cet éducateur de formation (il s’est occupé d’enfants en difficultés) est l’un des pionniers de ce qui deviendra le mouvement Écolo. En avril 1977, on le retrouve sur une liste « Écologistes » dans l’arrondissement de Thuin. Candidat au Sénat dans l’arrondissement de Charleroi lors du scrutin législatif d’octobre 1985, il parvient à être élu avec près de 40.000 voix de préférence. Edgard Flandre siège au Sénat durant deux ans, ainsi qu’au Conseil de la Communauté française et au Conseil régional wallon (1985-1987).
Il s’agit là des seuls mandats d’Edgard Flandre dont l’orientation politique conservatrice paraît entrer en contradiction avec l’option progressiste défendue au sein de la fédération Écolo de Charleroi. Par la suite, il prétendra avoir été la victime d’un complot ourdi par sa formation politique du moment. En 2002, on retrouve un article de Flandre sur des questions d’agrobiologie dans un organe de presse du Front national de Belgique (2002).

 

Cfr Encyclopédie du Mouvement wallon, Parlementaires et ministres de la Wallonie (1974-2009), t. IV, Namur, Institut Destrée, 2010, p. 248

sénateur (1985-1987)
membre du Conseil régional wallon (1985-1987)

Paul Delforge, décembre 2014