Guy Fontaine

Waremme 31/03/1945

Producteur des sizes walones (soirées wallonnes) du vendredi soir sur les ondes radio de la RTBf pendant de longues années, producteur à la télévision du magazine Wallons nous, producteur des émissions radiophoniques quotidiennes Interwallonie puis Voisins Voisines qui contribuent à l’intégration des immigrés dans la société wallonne, producteur d’émissions économiques sur les sociétés innovantes en collaboration avec les Centres d’Entreprises et d’Innovation de Wallonie, Guy Fontaine a entamé sa carrière comme instituteur à la ville de Liège (1964-1971), tout en étant correspondant de presse pour La Cité, avant de devenir journaliste professionnel en 1972. Engagé dans les mouvements chrétien, wallon et pacifistes, il assume quelques responsabilités au sein du Rassemblement wallon, mais c’est la défense de la langue wallonne qui l’occupe principalement : marqué par Jean Van Crombrugge qui était son directeur lorsqu’il était étudiant à Jonfosse, Guy Fontaine produit de nombreux scénarios pour la radio et la télévision, écrit des chansons et des pièces de théâtre, préside les Ateliers de Ratintoz, est administrateur-délégué de Djasons Walon et, de 1978 à 1994, toujours en radio, il signe un billet wallon hebdomadaire qui se transforme, de 1994 à 2001, en une longue série de sketchs, les Mots wallons, dits avec la collaboration de Gabrielle Davroy. De 1996 à 2001, en sept volumes, les 1.000 Mots wallons sont publiés chez Dricot sous la forme de compilations. Il est aussi l’auteur des volumes français-wallon et néerlandais-wallon de la collection Assimil. Membre titulaire et administrateur de la Société de Langue et Littératures wallonnes, Guy Fontaine est encore président du jury des Rencontres provinciales d'art dramatique wallon en Province de Liège et membre du jury des Critiques wallons.

Dans le cadre du plan de restructuration de la RTBf (plan Magellan), Guy Fontaine est forcé de quitter ses fonctions de producteur et de journaliste au centre de production de Liège de la RTBf le 31 décembre 2003, centre qu’il a contribué à développer, tout essayant de donner une dimension réellement wallonne à la décentralisation régionale de son employeur. Tournant la page d’une facette de sa personnalité qui l’avait aussi conduit à présider la section belge de l'Union Internationale des Journalistes et de la Presse de Langue française et à être membre du Conseil de déontologie de l'Association des Journalistes professionnels (AGJPB), Guy Fontaine s’implique totalement dans la communauté orthodoxe russe de Liège. Ayant découvert la liturgie byzantine au début des années 1970, il s’y investit en apprenant le slavon, la langue russe de la liturgie, devient lecteur d’épîtres et de psaumes, et est ordonné successivement lecteur (1988), diacre (1999) puis prêtre orthodoxe en juin 2000.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse

Encyclopédie du Mouvement wallon, Charleroi, Institut Destrée, 2001, t. II, p. 653

Freddy JORIS, Natalie ARCHAMBEAU (dir.), Wallonie. Atouts et références d’une région, Namur, 1995

Principales publications :

  • Vos, mi, come has' et roy, traduction d’un texte de Paul Biron, 1982
  • Les Mots wallons, éd. Dricot, vol. 1 1996 – vol. 7 2001
  • La pastorale des Santons wallons, suivi de Contes di Noyé, 2009
Paul Delforge, décembre 2013