Philippe Gilbert

Verviers 5/07/1982

Avec Philippe Gilbert, le cyclisme wallon des années 2000 a retrouvé un porte-drapeau qu’il n’avait plus connu depuis la période faste où Claudy Criquielion porta notamment le maillot de champion du monde. Sacré champion du monde sur le circuit de Valkenburg le 23 septembre 2012, Philippe Gilbert avait profondément marqué la saison 2011 en s’imposant dans toutes les « classiques ardennaises ». Après l'Amstel Gold Race, il gagne la Flèche wallonne et, le week-end suivant, il accroche Liège-Bastogne-Liège à son palmarès. Et si cela ne suffisait pas à asseoir son leadership, il s’impose encore au sommet de la Citadelle de Namur, en septembre, pour remporter le Grand Prix de Wallonie. Dès lors, en totalisant l’ensemble de ses excellents résultats tout au long de la saison, il termine en tête du classement UCI World Tour en 2011.
Professionnel depuis 2002, Philippe Gilbert avait remporté son premier bouquet en 2003, confirmant ainsi la centaine de succès qu’il avait déjà remportés dans les catégories d’âge : depuis 1997, le jeune Gilbert pédale sur les routes de sa province, d’Europe puis du monde, attirant déjà les regards des spécialistes par sa pugnacité et sa combativité. Il s’impose ensuite sur les routes du Circuit Het Volk en 2006, puis pour la première fois, il inscrit son nom au palmarès du Grand Prix de Wallonie en septembre 2006. En 2008, il assume son statut de favori sur le Het Volk et franchit en solitaire la ligne d’arrivée. Souvent très bien classé durant la saison 2008, il la termine par un succès à Paris-Tours, offrant ainsi un dernier bouquet à l’équipe La Française des jeux qui l’avait lancé. Plusieurs belles places et podiums jalonnent sa saison 2009 sous les couleurs Omega Pharma-Lotto, où le Giro et la Vuelta sont à son programme. Mais c’est lors des quatre dernières épreuves – la Coppa Sabatini, Paris-Tours, le Tour du Piémont et le Tour de Lombardie – qu’il atteint son pic de forme, remportant les quatre épreuves en moins de quinze jours. Désigné par la presse sportive belge comme sportif de l’année 2009, celui qui vit à Monaco et s’entraîne l’hiver sur les routes de la côte d’Azur réserve pourtant ses meilleures prestations pour 2010, mais surtout 2011, voire 2012.
Son premier Amstel Gold Race remonte à 2010, année où il enlève deux étapes sur la Vuelta, y porte le maillot rouge de leader, avant de signer un doublé Tour du Piémont, Tour de Lombardie. Deuxième au classement UCI en 2010, il signe une saison 2011 époustouflante. Outre les succès ardennais, wallon et mondiaux déjà évoqués, il s’impose au classement général du Tour de Belgique, devient champion de Belgique sur route, gagne la 2e étape du Tour de France et porte le maillot jaune, puis le vert pendant quelques jours. La Classique de San Sébastien figure encore à son palmarès en 2011, de même qu’un titre de champion de Belgique en contre-la-montre et le Grand Prix cycliste de Québec. 2011 est l’année de tous les succès pour Philippe Gilbert, comme en témoigne le trophée du Vélo d’or qui lui est décerné.
Sous les couleurs de BMC, à partir de 2012, Philippe Gilbert est attendu par tous ses rivaux avec l’étiquette de grandissime favori. Mais la forme tarde à venir : deux victoires d’étape sur la Vuelta et une deuxième place dans le contre-la-montre par équipe du championnat du monde rassurent les supporters du Remoucastrien à la veille du championnat du monde sur route, à Valkenburg. En s’imposant en solitaire, il y devient le troisième coureur cycliste wallon à décrocher le titre de champion du monde sur route professionnel. En 2013, une étape sur la Vuelta sera le seul succès d’un Philippe Gilbert régulièrement aux avant-postes, mais sans parvenir à conclure victorieusement. Avec la Flèche Brabançonne remportée très tôt dans la saison 2014, la pression redescend des épaules du coureur wallon qui inscrit son nom pour la troisième fois au palmarès de l’Amstel Gold Race : le Cauberg est décidément son lieu de prédilection. En fin de saison, il remporte une étape et le classement général du Tour de Pékin.

Centre d’archives privées de Wallonie, Institut Destrée, Revues de Presse
Stéphane THIRION, Philippe Gilbert, Ma saison arc-en-ciel, Bruxelles, Racine Lanoo, 2012

Paul Delforge, décembre 2014